55% des nouvelles consultations d’accueil du SAS en soins primaires sont résolues sans médecin

Une infirmière voit des sans rendez-vous. Les quartiers où la pression à l’école primaire est la plus élevée sont Mlaga-Guadalhorce, Costa del Sol, Séville et Metropolitano de Granada.

Une infirmière inocule la troisième dose du vaccin Covid à un homme de plus de 70 ans
Une infirmière inocule la troisième dose du vaccin Covid à un homme de plus de 70 ans à Séville.
  • Crise Le Conseil ne renouvelle pas 8 000 des 20 000 professionnels du SAS qu’il a embauchés en renfort contre le Covid
  • Santé Soins primaires : Le problème, ce ne sont pas les consultations en face à face, c’est que nous sommes débordés

Le Service de santé andalou (SAS) a lancé un plan pour décongestionner les soins primaires, dans laquelle les professionnels de infirmière jouent un rôle clé, puisqu’ils sont chargés d’assister à ce qu’on appelle demandes d’accueil, auquel sont référés tous les patients qui se rendent quotidiennement au centre de santé, mais qui n’ont pas de rendez-vous avec leur médecin de famille.

Ce plan a été présenté le 20 février 2020, avant la pandémie, à l’École andalouse de santé publique, et a été mis en œuvre expérimentalement dans 11 des 34 districts sanitaires d’Andalousie. Depuis ce mois-ci, des consultations d’accueil sont mises en place dans tous les centres de soins primaires. Actuellement, ils opèrent déjà dans environ 400 centres, 90 % du réseau de soins primaires, selon les données du Conseil.

La phase expérimentale de ces nouvelles consultations – qui s’est déroulée entre le 1er janvier et le 30 septembre – révèle que le 55% des cas ont été résolus sans l’intervention d’un médecin, puisque les infirmières ont pu prendre en charge de manière satisfaisante les patients qui sont arrivés sans rendez-vous au centre de santé, selon le Conseil.

Parmi les patients traités dans cette phase expérimentale, 17% ont été référés à un médecin de famille avec rendez-vous, moins de 4% ont été référés immédiatement urgences et 24% ont été référés à des consultations d’infirmières avec rendez-vous ou à d’autres services tels que la physiothérapie.

Dans ces consultations d’accueil, les infirmières peuvent résoudre et assister 18 processus de santé préalablement convenus avec les sociétés scientifiques et les associations professionnelles, qui sont : le muguet buccal, anxiété, la contraception, arthralgie (douleurs articulaires), diarrhée, douleurs cervicales et dorsales, lombalgies, élévation aiguë de la tension artérielle, boutons de fièvre, hypoglycémie légère, gêne urinaire, maux de dents, orgelet, piqûres, brûlures, réactions allergiques, traumatisme léger et vomissements.

Le professionnel infirmier applique les protocoles et, s’il peut suivre ces processus jusqu’au bout, le patient rentre chez lui avec le problème résolu et, dans le cas contraire, le réfère au service correspondant.

Concernant les raisons pour lesquelles les patients ont assisté à cette consultation, il s’agissait le plus souvent Renseignements généraux: (67,2%), système locomoteur (17,2%), système génito-urinaire (8,4%), risque cardiovasculaire (3,2%), système digestif (2,8%) et santé mentale (1,2%).

Au cours des derniers mois, il y a eu plaintes des syndicats et des patients pour la en retard pour obtenir un rendez-vous avec le médecin du centre de santé. L’objectif du SAS est qu’en 72 heures un rendez-vous peut être obtenu. Actuellement, selon le Conseil, le délai varie selon le district sanitaire et le centre de santé. Il y a des centres où il n’y a pas de retard et d’autres où il peut y avoir jusqu’à deux semaines.

Les quartiers les plus saturés

Les districts de santé où la pression sanitaire est la plus élevée dans les soins primaires sont Mlaga-Guadalhorce, Costa del Sol, Séville et Metropolitano de Granada.

Selon la Junte, durant l’étape du précédent gouvernement PSOE, les médecins généralistes pouvaient assister chaque jour à cent patients ou plus dans les centres de santé. Ce chiffre a été considérablement réduit au stade du Gouvernement des PP et C et actuellement, la moyenne est de entre 36 et 38 patients par jour et il n’est pas souhaitable qu’ils desservent plus de 44, rapporte le SAS.

Les soins primaires comptent aujourd’hui 495 médecins de plus et 2 784 infirmières de plus qu’au début de cette législature. Sur les 20 000 professionnels de la sauvegarde pendant la pandémie de coronavirus, 4 475 étaient en soins primaires. Tous conserveront leurs fonctions, dans le cadre des 12 000 contrats à renouveler.

Selon le SAS, le nombre de médecins (82) et d’infirmières (464) en soins primaires sera augmenté de 20%. Par conséquent, le 1er novembre, les centres de santé auront encore plus de personnel que pendant la pandémie.

Une autre amélioration qui a été introduite dans cette législature, selon le SAS, est qu’avant, le temps qu’un médecin consacrait à un patient ne dépassait pas cinq minutes et maintenant le temps minimum est de 8 minutes.

De plus, dans le passé, les médecins étaient récompensés par des primes pour ne pas orienter les patients vers des spécialistes, une pratique qui a été abolie, selon le SAS.

Les syndicats se mobilisent pour les 8.000 « licenciements »

CCOO, UGT et CSIF ont appelé ce jeudi 21 octobre à des concentrations dans toutes les provinces andalouses contre la décision unilatérale et sans possibilité de négociation du ministre de la Santé et de la Famille d’éliminer, du jour au lendemain, 8.000 travailleurs de nos hôpitaux, en plus de la le fait que le reste des CDD actuellement embauchés (12 000) ne leur propose qu’un renouvellement de six mois.

CCOO, UGT y CSIF mostraron su disconformidad con dichas medidas, anunciadas por el consejero de Salud, Jess Aguirre, y que para nada tiene que ver con la afirmacin del presidente de la Junta, Juanma Moreno, en el Parlamento donde dijo que no iran a la rue. Le temps a mis peu de temps pour lui enlever la raison et donner un coup dur au personnel du SAS déjà épuisé, ont-ils déploré.

Ainsi, ils ont souligné que si notre santé publique boite déjà du côté des soins primaires, avec ce rejet des soins hospitaliers, il ne semble pas que les beaux jours arrivent pour nos hôpitaux et cela suggère le peu de considération que nos dirigeants ont pour maintenir un système de santé publique solide et capable de faire face à toute résurgence de la pandémie ou d’éliminer les terribles listes d’attente.

Ils ont indiqué que la Santé a perdu une belle opportunité de renforcer la santé publique, si affaiblie ces dernières années, en améliorant le personnel et en l’adaptant aux besoins actuels et aux retards produits par la pandémie.

Dans les concentrations, ils demanderont également la mise à jour des listes boursières qui empêchent une application correcte des barèmes d’embauche, puisque plus de 70 n’ont pas été mis à jour depuis 2019. Ensuite, nous écouterons les déclarations et les lamentations de notre ministre de la Santé sur la manque de professionnels, ont-ils déclaré.

Ainsi, à Almera, la concentration aura lieu à l’hôpital Torrecrdenas (à l’hôpital maternel et infantile), tandis qu’à Cdiz ce sera à l’hôpital Punta Europa d’Algésiras et à Cordoue, à l’hôpital Reina Sofa. Il y aura également des manifestations à l’hôpital de Baza, à Grenade, entre autres.

Vous pourriez également aimer...