‘Affaire Yremi’: de la bataille au juge au témoignage clé qui rapproche la disparition

La famille du garçon fait appel de la décision du magistrat de ne pas convoquer le principal suspect. La ronde des déclarations commence le 5 novembre

Ithaisa Su
Ithaisa Surez, mère d’Yremi Vargas, ainsi que son père et son avocat.EFE
  • Nouvelle étape Un sticker palmier, indispensable à la réouverture du dossier
  • Tribunaux Le juge de « l’affaire Yremi » n’accepte pas d’appeler « El Rubio » comme témoin

Après avoir obtenu la réouverture du dossier le 8 septembre, la famille d’Yremi Vargas – le garçon disparu en 2007 Quartier (Îles Canaries) en jouant dans un champ avec ses cousins ​​- il a une nouvelle fois planté une bataille avec le juge d’instruction.

Par l’intermédiaire de votre avocat, Marcos García Montes, a fait appel de la décision du juge de ne pas citer Antonio Ojeda comme témoinLe blond, le principal suspect de la disparition du garçon après que, selon les enquêteurs, il a révélé des détails à ses codétenus alors qu’il purgeait une peine pour un crime d’abus sexuel sur mineur.

L’un des détenus avec qui il partageait une cellule a déclaré que Le blond -le seul enquêté comme prétendument responsable de la disparition de l’enfant jusqu’au dossier provisoire de l’affaire en 2017- a relaté dans un climat de confiance le crime allégué commis.

Il a dit que le suspect lui a dit que le garçon était bleu, que, a-t-il ajouté, il est arrivé mort et que, finalement, je devais le faire disparaître.

Il est nécessaire d’affirmer à cette partie son droit fondamental d’accès à la preuve, afin de pouvoir exposer et démontrer que la déclaration du témoin détenu susmentionné était totalement véridique, García Montes approfondit son appel.

Le magistrat n’estime cependant pas nécessaire de l’appeler à témoigner et a précisé dans son ordonnance que, s’il le faisait, il ferait l’objet d’une enquête.

Dans son cas – a indiqué le juge Juan Manuel Hermo– Votre déclaration doit faire l’objet d’une enquête et elle doit l’être au moment où il y a suffisamment de preuves ou d’indications pour diriger l’enquête contre cette personne.

Et il se souvint que si je le citais comme témoin, Le blond Il serait obligé de dire la vérité – en tant qu’accusé, il a le droit de démentir – ce qui entraînerait un risque évident pour l’activité d’enquête s’il y avait plus tard des motifs de l’imputer, en raison des garanties constitutionnelles qui protègent la présomption d’innocence et le droit de la défense. La décision judiciaire qui est en partie contestée actuellement est celle qui a dicté la prolongation de six mois de l’enquête sur la disparition d’Yremi.

Ronde de déclarations

Après avoir été réactivée, l’information judiciaire entre désormais dans une phase décisive avec la ronde des déclarations fixée au 5 novembre prochain.

Le plus important est sans doute celui d’un garçon de 11 ans, devenu adulte, qui jouait dans le quartier où se trouvait Yremi avec ses cousins. Le jeune homme a assuré à la police avant la clôture de l’affaire que le garçon était monté dans une camionnette blanche portant un autocollant de palmier sur le dos. Il a aussi parlé d’un homme en casquette.

La voiture de Le blond C’était une Renault 5 Oasis et elle avait un autocollant de palmier au dos. Une de ses caractéristiques est qu’il portait toujours une casquette.

Cependant, ce témoignage est invalidé pour avoir des contradictions, dans le jugement du magistrat. La Garde civile, en revanche, a toujours considéré qu’il était impliqué dans la disparition du mineur. Sans fissures.

Les mandataires de la Unité centrale d’exploitation (UCO), ils n’envisagent pas d’autre piste d’investigation à ce jour. Le juge, pour le moment, ne valide pas les soupçons de la police et, pour le moment, préfère ne pas convoquer Le blond afin, dit-il, de ne pas compromettre cette première phase d’instruction.

Vous pourriez également aimer...