Andalousie: Vox annonce sa rupture avec le gouvernement andalou du PP et des C en attendant l’implantation du «pin parental»

Le parti de Santiago Abascal serre la corde avec le «  populaire  » en Andalousie après le dernier affrontement avec Pablo Casado

Porte-parole de Vox Alejandro Hern

Le porte-parole de Vox, Alejandro Hernndez, lors de son discours.
Jose Manuel Vidal. EFE

  • PyR.

    Quelle est la broche parentale

  • Équateur de la législature.

    Vox marque son territoire pour se démarquer du gouvernement andalou dans la seconde moitié de la législature

La facture des accidents de plus en plus fréquents entre Pablo Casado et Santiago Abascal pourrait finir par être payée par le gouvernement andalou formé par le PP et Ciudadanos. Quelques jours seulement après que le président du PP, Pablo Casado, se soit réaffirmé dans sa rupture totale avec Vox, le parti d’Abascal a frappé la table en Andalousie et a quarantaine son soutien à l’exécutif régional présidé par Juanma Moreno.

Le porte-parole parlementaire de Vox dans cette communauté, Alejandro Hernndez, lui a personnellement annoncé ce jeudi la interruption au président andalou lors de la séance de contrôle dans la chambre autonome et avec l’épingle parentale en arrière-plan. Vox, a déclaré Hernndez à Moreno, ne soutiendra pas une seule initiative du gouvernement andalou ou des partis qui le soutiennent à partir de ce vendredi et tant que le pin parental qu’il laisse aux parents le droit de veto en fonction de quel contenu et d’activités parascolaires.

Ne comptez pas sur Vox jusqu’à ce qu’un mécanisme soit mis en place d’une manière que nous comprenons suffisante et satisfaisante pour que les parents puissent éviter l’endoctrinement sectaire de ses enfants, le porte-parole de Vox a craqué sur le président andalou avant la session plénière du Parlement.

La pause a une date et une heure, puisque la décision de Vox prend effet à partir de minuit ce vendredi. Reste à savoir s’il est définitif ou s’il s’agit d’un produit du stratégie que Vox visualise en Andalousie depuis des mois et qui consiste à marquer des distances avec le Parti populaire et avec l’exécutif qui composent ce parti et Ciudadanos.

La mise à distance, du moins sur le papier, a été lancée par Vox peu de temps après avoir apporté son soutien aux troisièmes budgets de Moreno Bonilla, ceux de 2021, et après un négociation qu’il s’est échoué dans un premier temps précisément après que Pablo Casado a claqué la porte sur Abascal lors du vote de défiance contre Pedro Sánchez présenté par le parti de droite radicale.

Après cela, et bien que Vox ait fini par soutenir les comptes andalous, ses parlementaires ont durci leur ton et critique vers le gouvernement de coalition jusqu’à ce qu’il demande, dans quelques semaines à peine, la démission de plusieurs conseillers, dont celui de Transformation économique, Rogelio Velasco, et celui de Culture et patrimoine historique, Patricia del Pozo.

Vox, aligné avec la gauche

Hernndez a rappelé hier comment l’accord budgétaire signé en 2019 inclut explicitement l’autorisation expresse des parents lorsque leurs enfants participent à des activités éducatives complémentaires et, contrairement à cela, le ministre de l’Éducation, Javier Imbroda, a récemment décliné.

Nous débattons avec confiance et respect, a révélé le porte-parole de Vox, et le président andalou lui a demandé de reconsidérer sa position car la faire avancer implique ligne avec l’opposition de gauche et la seule alternative est le PSOE.

L’alternative à continuer à soutenir l’exécutif du PP et des C est, selon Moreno, de tomber dans l’opportunisme, affrontement et nous pouvons gâcher le changement politique en Andalousie.

Moreno voulait préciser que les accords Ils vont être comblés et que les parents andalous auront la capacité non seulement de savoir ce que font leurs enfants dans cette activité extrascolaire, mais aussi de l’autoriser ou non.

Mais indépendamment du fait que Vox remplisse ou non sa menace, dans le gouvernement andalou, ils ne le sont pas trop préoccupé puisque le soutien de Vox n’est plus aussi vital qu’avant l’approbation des derniers budgets.

Ces comptes, avec plus de 40 000 millions de dépenses, permettent au PP et aux C d’épuiser le législateur, en les prolongeant si nécessaire.

A cela, il faut ajouter la conviction que, selon des sources du gouvernement autonome, Vox devra assumer un très haut coût électoral s’il matérialise sa menace et retire définitivement son soutien à l’exécutif, en étant dépeint avec le PSOE ou Podemos.

Vous pourriez également aimer...