Ángel Víctor Torres, président des îles Canaries: « Un été de plages ouvertes est possible »

Comment la situation de l’Isl

comme Canarias?

Les déportations et le transit régulier doivent être activés le plus tôt possible. Pour cela, les confinements et fermetures de périmètre des autres autonomies doivent prendre fin. Et bien sûr, il y a des dérivations, le maximum possible. De personnes vulnérables et de ceux qui demandent l’asile et que personne n’est empêché de se déplacer s’il en a le droit. Le fardeau doit être partagé. L’obligation du gouvernement est de l’exiger de l’Europe. Mais le reste des communautés doit nous donner un coup de main.

Quelle est votre estimation des nouveaux arrivants, maintenant que les mois froids se terminent?

La prévision est compliquée. L’Afrique souffre de la faim, des guerres civiles et d’une pandémie. Covid-19 fuit également. L’Atlantic Way est la plus dangereuse. 26 000 personnes sont arrivées mais nous ne savons pas combien sont mortes pendant le voyage. Des milliers et des milliers. La vigilance doit être intensifiée. L’immigration a toujours existé et ce fut une erreur de démanteler les infrastructures de 2006. Si l’Europe tourne le dos aux pays frontaliers, nous aurons un problème de coexistence.

Les îles Canaries en souffrent déjà, craignez-vous l’explosion sociale?

Nous sommes une terre de paix. Il n’est pas anecdotique que Vox ne soit pas représenté dans les institutions. Il y a maintenant une perception subjective d’une insécurité accrue. Les données montrent que c’est faux. Mais un terreau se crée dont l’extrême droite tente de profiter. Les pires sont les canulars. Si un immigré est impliqué dans des épisodes violents, il est immédiatement expulsé.

Avez-vous des sondages indiquant une augmentation de Vox?

Pour l’instant, seule la réalité politique est que lors des élections d’avril 2019, ils n’ont remporté aucun siège au Congrès et aux élections de novembre, deux. Tout sera vu. Mais nous devons trouver des solutions au phénomène migratoire. Je pense que la majorité des canaris se reflète dans les pêcheurs d’Órzola qui ont sauté à la mer pour sauver ceux qui venaient en bateau et non ceux qui manifestaient dans les rues.

En Europe, il y a débat pour établir un carnet de vaccination qui favorise la mobilité internationale. L’Espagne veut un accord mondial mais n’exclut pas des pactes concrets comme l’ont fait la Grèce, Chypre et Israël.

Nous devons d’abord faire le travail nous-mêmes. Aux îles Canaries, nous avons réduit l’incidence et il y a déjà plus de vaccinés que d’infectés. Il est nécessaire d’arbitrer les mécanismes pour que les personnes vaccinées puissent voyager. Nous devons nous entendre au niveau mondial pour ne pas perdre de temps. Le début de la mobilité pour profiter du tourisme est la clé.

Quelle est votre vision de la reprise du secteur?

Nous sommes préoccupés par les souches, l’approvisionnement en vaccins et il est clair que nous allons avoir quelques mois difficiles. Nous avons Pâques aux portes et tout le monde met le plus d’objectif à l’été. Si tout se passe comme prévu et qu’il n’y a pas de surprises, dès le second semestre, l’économie doit se réveiller. Notre haute saison commence après le mois d’août, il est essentiel que nous y contrôlions la pandémie. Je suis convaincu que le tourisme va se redresser et qu’il y aura un boom.

L’horizon des îles Canaries est l’automne, mais comment pensez-vous que l’été sera dans le reste de l’Espagne?

Malheureusement, nous avons encore besoin de quelques mois pour contrôler la pandémie. En attendant, nous devons attirer le soutien du public. La disparition des règles budgétaires a été la clé et devrait se poursuivre l’année prochaine. Dans le reste de l’Espagne, si la vaccination avance, on peut atteindre l’été avec des plages ouvertes et une réactivation du secteur hôtelier. Il est possible de l’obtenir.

Comment vivez-vous les différences continues au sein du gouvernement entre le PSOE et United We Can.

Il est un dirigeant de coalition et il y a différentes sensibilités. Ce qui est souhaitable, c’est qu’ils soient résolus à l’intérieur, il faut faire un effort.

Pensez-vous qu’une aide directe à l’industrie hôtelière soit nécessaire?

Je salue le soutien du gouvernement avec des milliards pour les îles Canaries dans l’ERTE ou l’IMV. Nous avons approuvé une aide directe et nous aurions souhaité davantage de contribution d’autres administrations du secteur du tourisme, du commerce ou du sport. Mais il faut aussi admettre que nous ne pouvons pas répondre aux attentes de pertes des entreprises. La meilleure aide directe est d’encourager la vaccination.

Vous pourriez également aimer...