Apparition controversée d’une banderole en faveur de Staline à la mairie de Valence le jour des victimes du stalinisme

Des membres du soi-disant Parti marxiste-léniniste visitent le balcon de la mairie, qui est librement accessible, et déploient la grande banderole qui était visible pendant de nombreuses minutes. PP et Cs demandent au maire Rib d’ouvrir une enquête

La banderole pro-Staline accrochée au balcon
La banderole en faveur de Staline était accrochée au balcon de la mairie de Valence.EM

Depuis l’arrivée au maire de Valence de Joan Rib (Comproms), le balcon de la Conseil municipal de Valence elle s’est ouverte aux citoyens, non sans poser problème. Le dernier était l’affichage d’une grande banderole à l’effigie du dictateur russe Isif Staline et le thème « Pour la défense de Staline » juste le jour où l’Europe rend hommage aux victimes du communisme et du nazisme.

L’action a été menée par des membres du soi-disant Parti de la reconstruction marxiste-léniniste-communiste pour dénoncer « la criminalisation du communisme et la tentative de dissimuler les succès du mouvement ouvrier ». Ces militants sont entrés sur le balcon en toute normalité (il suffit de passer par un détecteur de métaux) et ont déployé l’immense banderole. Selon des sources municipales, il s’agissait d’un incident « fugace » devant la mairie et la banderole a été retirée par la police locale, qui a ouvert une enquête.

De l’opposition, le groupe municipal populaire de la mairie de Valence a demandé qu’une enquête soit menée sur la manière dont une banderole en défense de la figure du dictateur russe a été accrochée lundi, malgré la surveillance à l’entrée du bâtiment. Dans un communiqué, le groupe populaire a demandé des explications au gouvernement Comproms et PSPV-PSOE, présidé par Joan Rib, et s’est demandé « s’il y avait eu complicité avec un mouvement proche de l’idéologie du maire », puisqu’ils disent « ne pas « comprendre ». comment il est possible d’afficher une banderole de cette taille sur le balcon de l’Hôtel de Ville ». « Ce n’est pas la première fois que quelque chose comme cela se produit, car il y a quelques années une bannière similaire a été accrochée à Torres de Serranos, et le gouvernement de Rib et le PSOE n’ont jamais enquêté sur les auteurs », assurent-ils du PP. .

Des citoyens ont demandé au maire Rib d’accorder les faits, « cet outrage, qui embarrasse la ville de Valence », selon le chef municipal de la formation orange, Fernando Giner, qui a également rappelé comment le maire a pris « des minutes pour condamner les actes du Des policiers dans les manifestations en faveur de Pablo Hasel ».

Vous pourriez également aimer...