Aragons se vante d’avoir assis le gouvernement à la table de l’indépendance

Sanchez demande que le « rencontres, affection et harmonie » organiser la célébration de la Diada pour avancer « vers ce qui nous unit ».

Pere Aragons fait face à une semaine décisive pour son mandat alors qu’il n’a pas encore terminé ses quatre mois de mandat. Après avoir enterré le gouvernement l’investissement millionnaire de El Prat, le président de la Generalitat Il craint que la table des négociations sur le conflit ne s’effondre également, ce qui reviendrait à voir démolir l’étai sur lequel le leader de l’ERC a décidé de construire la législature.

Ce matin, quelques jours seulement avant la table de dialogue que le président de la Generalitat veut convoquer, le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a tenu à féliciter les Catalans avec raison pour la célébration de la Diada aujourd’hui via son compte Twitter.

Sánchez, dans deux messages en catalan et en espagnol, espère que le « rencontres, affection et harmonie » Ils célèbrent la célébration de la Diada pour avancer « vers ce qui nous unit » et s’engagent à œuvrer pour une « Catalogne positive, qui avance résolument vers un avenir de progrès ».

Après avoir accusé l’exécutif central de chantage pour avoir exclu l’extension de l’aéroport de barcelons et confirmé publiquement son intention d’abandonner le dialogue, le Président il a insisté ce vendredi pour que le sommet au cours duquel il souhaite se mettre d’accord sur la célébration d’un nouveau référendum sur l’indépendance, se poursuive et ait lieu jeudi ou vendredi prochain à la Generalitat.

A ce stade, il semble qu’Aragons exprime plus un souhait qu’un fait irréfutable, puisque le Gouvernement ne confirme toujours pas leur présence au rendez-vous, encore moins celle de Pedro Sánchez, qu’il Président il prétend accorder au sommet l’emballage nécessaire. Bien qu’en juin, lors de leur rencontre à La Moncloa, Sánchez et Aragons ont convenu de réactiver la table au cours de la troisième semaine de septembre, le président du gouvernement a montré un bon exemple qu’il ne craint pas de quitter l’ordre du jour de la réunion annoncée après l’octroi de grâces aux dirigeants sécessionnistes catalans.

Le gouvernement a exclu la reconversion d’El Prat sur la base des différences insurmontables entre les forces séparatistes qui composent le gouvernement et le même facteur peut être utilisé pour reporter le retour de la table.

JxCat continue sans cacher son rejet du forum, malgré le fait qu’il a promis de donner deux ans à Aragons pour accepter un vote sécessionniste avec le gouvernement. Aujourd’hui, à la veille de la Diada, Laura Borrs a réduit le tableau à la condition d’un slogan. Pas une seule prise de conscience et pas une seule perspective que ce ne soit pas un échec. Demander aux autres des concrétions alors que vous êtes si pauvre dans vos concrétions n’est pas acceptable. Mais l’alternative est : l’unilatéralisme, a affirmé le président du Parlement pour répondre lui-même à Aragons, qui quelques heures auparavant avait exhorté ses partenaires de cabinet à préciser leur alternative à la table pour obtenir l’indépendance.

La formation dirigée par Carles Puigdemont, en étroite collaboration avec l’ANC, a conçu ce 11 septembre comme un piège pour l’ERC et, en particulier, pour le Président, que de venir après avoir mûri sa décision pendant des semaines. Aragons n’avait pas le choix même en sachant que la marche pouvait se retourner contre lui et que la menace d’être pointé du doigt comme un botifler (traître) devant des milliers de personnes est réel.

En attendant de voir si le mouvement indépendantiste se rebelle contre son président, le leader de l’ERC s’est servi du message institutionnel de la Diada pour exiger que la masse sécessionniste démobilisée et très ancienne fasse de la manifestation d’aujourd’hui une arme de pression, pour contraindre le Gouvernement à asseyez-vous pour négocier.

Aragons a demandé de transférer la force de chaque 11 septembre, remplissant les places et les rues de tout le pays à la table, après avoir admis qu’un chemin semé d’obstacles pour leurs aspirations s’en venait et vendre comme le seul succès irréfutable le fait que le gouvernement a accepté l’existence d’un conflit politique.

Le président de la Generalitat a demandé du temps, de l’unité et de la persévérance, sachant qu’elles lui sont refusées et en retour il a fait la même promesse prononcée lors de son investiture, de ne pas se reposer jusqu’à ce qu’un référendum inaliénable devienne réalité.

Malgré les difficultés, nous avons réussi à faire asseoir l’État à une table de négociation où les Gouverne défendre l’amnistie et l’autodétermination, a assuré le chef de l’exécutif catalan. La Catalogne est sur le point de faire quelque chose qu’elle n’avait jamais réalisé : ouvrir une négociation de gouvernement à gouvernement pour déterminer comment nous résolvons le conflit. Et nous le faisons avec l’engagement des deux parties que le résultat de cette négociation ait l’approbation du citoyen catalan par un vote, a insisté Aragons, paraphrasant les termes de l’accord conclu avec Sanchez pour le restituer à La Moncloa ; un pacte qui semble avoir expiré selon les derniers mouvements de l’Exécutif présidé par le socialiste.

Le président sécessionniste a jugé bon de s’adresser à la moitié des Catalans exclus à plusieurs reprises de la Diada, surtout depuis le début de la procs. Il l’a fait pour les exhorter à se lancer dans l’aventure de ce référendum concerté auquel la moitié de son gouvernement ne croit pas. Selon Aragons, le vote sur la séparation des Espagne c’est la proposition la plus inclusive car elle permet à toutes les options d’avoir une chance de gagner. Aucun projet ne peut reposer sur une imposition au-dessus de la majorité, a poursuivi Aragons, essayant de convaincre les électeurs constitutionnels que ce n’est pas précisément ce qui s’est passé ces dernières années en Catalogne et surtout avec le référendum illégal organisé en 2017. , dont les résultats nécessitent toujours l’application de unilatéralement de vastes secteurs du mouvement indépendantiste.

Les mêmes factions qui menacent de transformer la Diada en cauchemar pour le président toujours imberbe de la Generalitat, qui est passé en quelques mois de la levée des grâces, du retour de la table des négociations et de l’agrandissement de l’aéroport d’El Prat à la vérification que son l’engagement à négocier avec l’Etat ne tient qu’à un fil, tandis que Puigdemont attend, menaçant, que le projet politique de l’ERC échoue et ait ainsi à nouveau des options pour reconquérir la Generalitat, livrée à contrecœur aux Aragons après la victoire républicaine sur JxCat dans l’autonomie élections du 14 février.

Vous pourriez également aimer...