Arrimadas : « Alors que les Espagnols en 2021 ont donné l’exemple, ce que notre gouvernement a donné est la honte »

Le président de Cs dénonce « les infâmes grâces » des ‘procs’, le rapprochement de l’ETA et le transfert de prisons

Dans
Ins Arrimadas, ce mercredi, à Jerez (Cdiz).PE

Le président de Ciudadanos, Ins Arrimadas, a fait le point sur 2021 ce mercredi, « une année historique parce que les souffrances qu’ont subies les Espagnols n’ont pas été vues depuis de nombreuses décennies et parce que la leçon de responsabilité que les Espagnols ont donnée a également été hystérique », a-t-il mentionné. « Alors que les Espagnols ont donné l’exemple, ce que notre gouvernement a donné est de la honte », a-t-il ajouté.

Lors d’une conférence de presse, Arrimadas a déclaré que les Espagnols « ont donné une leçon dans le strict respect des restrictions très douloureuses pour toutes les familles et toutes les activités économiques, une leçon de vaccination et de confiance, et aussi une leçon car malgré toutes les difficultés, de nombreuses entreprises ont enduré. « 

« Je suis convaincu que malgré ce gouvernement et toutes les difficultés, l’Espagne sortira de cette crise comme nous sommes sortis d’autres situations », a déclaré le président de Cs, ajoutant que « c’était l’année des infâmes grâces, où l’ETA les prisonniers se sont approchés et les pouvoirs des prisons ont été donnés au nationalisme basque ».

En outre, il a souligné que « c’est l’année où l’on a le plus constaté que les partenaires préférés du président du gouvernement, Pedro Sánchez, sont des partis qui ne respectent pas le moindre niveau éthique, comme Bildu ».

La « honte », selon Arrimadas

Le président de Cs a rappelé que « cela a été l’année du sauvetage de Plus Ultra ; au cours de laquelle le constitutionnalisme a été abandonné de la Catalogne ou du Pays basque ; que les fonds européens vont être distribués à la main sans aucun type de contrôle ; ou le manque de réformes consensuelles comme dans d’autres pays ».

Pour Arrimadas, « comme cerise sur le gâteau tout au long de cette terrible année pandémique, les seuls pactes qui ont existé entre le PSOE et le PP ont été de distribuer RTVE et les charges de la Cour constitutionnelle et des comptes ». « Ou hier, nous avons vu comment les budgets sont revenus au Congrès grâce au PP, mais pas pour baisser les impôts des travailleurs indépendants ou renforcer les soins primaires, mais pour augmenter le peu d’argent que certains partis nationalistes vont prendre pour poursuivre leurs procs identité », a affecté.

Pour cette raison, pour Arrimadas, « alors que les Espagnols ont donné l’exemple, ce gouvernement et de nombreux partis ont eu honte, car cela a dû être une année d’accords d’État et non de division de l’État ».

Le rôle des Cs

Au contraire, il a affirmé que Cs était un « parti responsable, qui a défendu l’idéologie libérale et centriste ». « Nous avons présenté plus de 500 amendements aux budgets, alors que Vox n’en a pas présenté un seul ; nous avons défendu l’augmentation du budget pour défendre les indépendants ; augmenter les mesures de conciliation, les mesures pour favoriser les jeunes, baisser les impôts ou augmenter ressources en science et innovation », a rappelé le président de Ciudadanos.

Enfin, Arrimadas a souligné que « au cours de cette année, Ciudadanos a collaboré avec des réglementations importantes pour l’Espagne telles que la loi sur le changement climatique ou l’amélioration de la vie des personnes handicapées ».

Vous pourriez également aimer...