Au total, 209 691 personnes comparaissent ce samedi pour les oppositions pour 17 756 postes d’enseignants

Le CSIF voit l’offre « insuffisante » et prévient qu’il laisse de côté 26 061 enseignants du corps enseignant, en attendant la stabilisation de leur position

Oppositions des enseignants lors d'un précédent appel.
Oppositions des enseignants lors d’un précédent appel.Jos Cullar
  • fonctionnaires C’est ainsi que se répartissent les 44 787 places de la plus grande offre publique d’emploi

Un total de 209 691 personnes choisissez ce samedi à 17 756 places convoqués pour différents corps d’enseignement dans toutes les communautés autonomes, à l’exception de la Communauté valencienne où ils ont déjà été réalisés la semaine dernièreet la Catalogne, qui les réalisera dans un proche avenir.

Face à ces chiffres, la Centrale des Syndicats Indépendants et des Fonctionnaires (CSIF) considère que cette offre d’emploi est « insuffisante compte tenu du fait que l’intérim est actuellement à un 25,16 %« .

En outre, le syndicat a souligné que la convocation de ce samedi correspond aux vacances du taux de remplacement (couverture des personnels qui ont pris leur retraite au cours des deux dernières années), donc « ils sont laissés de côté 26 061 enseignants du corps des enseignants sur un total de 65 966 ​​postes vacants en attente de stabilisation d’ici à Décembre 2024tel qu’établi par la loi 20/2021 sur la stabilité ».

CSIF a réalisé une étude sur la situation intérimaire qui souligne qu’ils ont convoqué 65 966 ​​sièges conformément à la présente loi, qui doit être exécutée tout au long 2023 et 2024.

En revanche, ils restent 45 850 places de convoquer des dérivées du taux de remplacement et de la nouvelle création qui, comme il le souligne, « ne laisseront pas le temps d’être réalisées en raison de la manque de leadership du ministère de l’Éducation et les intérêts politiques des Communautés autonomes qui les ont empêchées d’adhérer les deux appels dans un modèle d’accès unique ».

Manque de prévoyance du gouvernement

« Cette circonstance, générée par la manque de prévoyance du gouvernementva entretenir la précarité dans l’Education, qui continue d’enregistrer des taux provisoires inabordables », a déclaré CSIFqui a ajouté qu’après ces processus de stabilisation, l’enseignement temporaire restera dans un 16,95 %n’ayant pas atteint l’objectif de réduction inférieur à 8 % fixé par la loi pour 2025.

Il a également expliqué que ce processus impliquera plus de 13 170 enseignants qui feront partie des tribunaux d’opposition, combinant cette tâche avec la activités pédagogiques et non pédagogiques du dernier trimestre de l’année scolaire, « face à une tâche complexe, de grande responsabilité et très peu reconnue ».

D’autre part, CSIF s’est montré préoccupé par « la situation d’incertitude » dans laquelle se déroulent ces oppositions, « compte tenu les différences entre les organisations politiques, le gouvernement et les communautés autonomes sur le développement de la LOMLOÉ« . « Cette situation nuit aussi bien aux enseignants qu’aux familles et aux élèves », a-t-il critiqué.

« Il se trouve que pas de communauté autonome a développé les programmes dans leur intégralité et, comme on pouvait s’y attendre, le prochain cours commencera sans l’adaptation de ces contenus. La la faculté sera à nouveau surchargé de bureaucratie dans la mise en œuvre d’une loi, qui doit être mise en œuvre sans même avoir été consultée », a-t-il soutenu.

Depuis CSIFont demandé au ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle « d’ouvrir un processus de négociation avec le organisations syndicales améliorer l’éducation publique » dans le pays, en tenant compte de l’avis des professionnels.

Concrètement, une fois le bulletin officiel de l’état a publié l’arrêté de préparation des budgets généraux de l’État pour 2023, CSIF considère que l’augmentation du financement de l’éducation doit être abordée maintenant pour se rapprocher de la 7% du PIB.

renforcement progressif

En outre, il a prétendu planifier un renforcement progressif des modèles et réduction des ratios, supprimant le taux de remplacement et accélérant la processus sélectifs pour stabiliser les postes vacants, parallèlement aux concours de transfert.

« Il est essentiel l’entretien des soutènements et renforts qu’il a été possible de réaliser au cours deux coursainsi que le maintien des contrats réalisés, qui, comme nous l’avons demandé à la début de la pandémieils doivent rester dans le système éducatif », a-t-il détaillé.

Elle a également demandé l’approbation d’un Droit des enseignants qui comprend le statut de l’enseignement et une carrière professionnelle qui « réduit les écarts de rémunération actuels entre les communautés autonomes, qui s’élèvent à 500 euros ».

CSIF Il a prévenu que « l’avis du personnel enseignant est déjà pressant et si le ministère n’ouvre pas ce processus de négociation, le syndicat évaluera le début de mobilisations« .

Par ailleurs, le 22 juin prochain, le Secteur de l’Education Nationale de CSIF participer à des rassemblements convoqués par le syndicat tout au long Espagne pour la défense de la qualité des services publics et l’amélioration des conditions de employés publicsqui accusent déjà une perte de pouvoir d’achat d’environ 20 %, due à l’inflation.

Vous pourriez également aimer...