Ayuso entraîne Casado dans la polémique sur le roi et les grâces : « Nous pensons exactement la même chose, ce qui est une humiliation »

Il dit que le gouvernement « tend un piège » au chef de l’État car « tout ce qu’il fait est remis en question » ; Almeida corrige : « Ce n’est pas en cause »

Ayuso nie avoir rectifié les propos sur le roi et dit que Casado pense la même chose qu’elle
  • Pardon Zarzuela rappelle que le roi est en marge de la lutte politique
  • Analyse Le roi Felipe doit signer les grâces

La présidente de la Communauté de Madrid, Isabel Daz Ayuso, a assuré ce mardi, à son arrivée à un petit-déjeuner pour le maire de Madrid, qu’elle n’avait fait « aucune rectification » lundi et qu’elle continuait à penser la même chose que dimanche. elle a assuré que le roi pouvait être un « complice » des grâces aux dirigeants de procs.

« Je pense toujours absolument la même chose », a-t-il assuré aux journalistes, « c’est une honte absolue que le Roi de tous les Espagnols doivent signer un tel document. « Il a ensuite souligné que désormais le Roi » mettra en doute tout ce qu’il fera « avec le pardonne. Le président régional a entraîné le président du PP, Pablo Casado, dans cette polémique, en assurant qu’il pense « exactement la même chose » qu’elle.

De l’avis de Isabel Daz Ayuso, le gouvernement veut soumettre le chef d’état à « une humiliation » car il est le garant de l’unité de l’Espagne et « symbolise l’égalité de tous les Espagnols ». Il a été Philippe VI, a insisté, qui « qui a fait la lumière et la vérité le 3 octobre », 2017, dans son discours à tous les Espagnols après le coup d’Etat institutionnel du référendum illégal du 1er octobre.

Ayuso a inculpé « les politiciens qui se moquent de tout le monde » et qui « célébrent avoir mis » Felipe VI « dans un piège » car « s’il signe » ou « ne signe pas » les grâces aux condamnés des procs, « quoi que vous fassiez, vous êtes en question. »

Almeida corrige : « Ce n’est pas en cause »

Quelques heures après ces déclarations d’Ayuso, dont elle a assuré qu’elles coïncident également avec l’opinion de Pablo Casado, le porte-parole national de la PP et le maire de Madrid, Jos Luis Martnez-Almeida, l’a rectifié.

Le leader national a souligné que «le Roi doit signer les grâces « parce que c’est » son devoir constitutionnel« Et il a répondu aux journalistes qu’il n’était pas du tout « en cause », comme il l’a souligné à deux reprises, contrairement à ce qu’a dit le président de Madrid. » Le Roi n’est pas en cause, c’est la garantie et la clé de le caveau de l’ordre constitutionnel ; la figure du Roi n’est pas en cause », a-t-il insisté.

Le président par intérim de Madrid a souligné que « le roi n’est complice de rien », malgré ses déclarations de dimanche. Et que lundi, il a seulement clarifié ses propos sur la manifestation de la Plaza de Coln. Pour Isabel Daz Ayuso, « c’est une honte absolue que le roi de tous les Espagnols, qui est l’ennemi à battre par les indépendantistes et par ceux qui veulent promouvoir une république de rêve en Espagne, doive signer un tel document ».

« Marié pense que c’est une humiliation »

La cheffe du PP a tenu à souligner que le chef de son parti, Pablo Casado, également présent au petit-déjeuner, pense « la même » qu’elle. « Nous pensons exactement la même chose, que c’est une humiliation et une honte » la manière de procéder dans ce domaine du Gouvernement.

Autrement dit, il a inclus le président de son parti parmi ceux qui font entrer le monarque dans le débat politique, malgré le fait que Casado ait corrigé lundi les propos d’Ayuso et souligné qu' »il n’y a pas plus de complices qu’eux ».

Selon Ayuso, Pedro Sánchez est responsable de « l’humiliation permanente à laquelle sont soumises les institutions espagnoles ». « C’est pourquoi j’ai dit qu’ils voulaient faire de lui un complice, même si, bien sûr, il n’est pas un complice », a-t-il poursuivi.

Le président madrilène a de nouveau insisté sur le fait qu’« il n’y a eu aucune rectification, aucune soumission, aucune imposition ou absolument rien ; Pablo Casado et je pense exactement la même chose. »

Vous pourriez également aimer...