Ayuso tente de montrer la voie à Feijo : « Si nous ne sommes pas une véritable opposition à la catastrophe, nous irons tous dans le ravin »

Il prévient que des accords ne peuvent être conclus avec « des gens qui ne comprennent pas un grand pays comme l’Espagne »

Elisabeth D.
Isabelle Diaz Ayuso.I. BERASALUCEPRESSE EUROPÉENNE
  • politique Feijo donne le feu vert à Ayuso pour célébrer le congrès du PP à Madrid « le plus tôt possible »

Isabel Díaz Ayuso maintient son pouls avec le gouvernement central et maintenant elle essaie également d’ouvrir la voie au nouveau chef du polypropylène. « Si nous ne sommes pas une véritable opposition à la catastrophe, nous descendrons tous le ravin. Et je refuse », a prévenu le président madrilène en référence à la rencontre entre Pedro Sánchez et Alberto Nez Feijo.

Lors de son allocution ce vendredi lors d’une conférence à Pampelune, la dirigeante régionale a déclaré qu’elle ne veut « rien » avec « des gens qui ne comprennent pas un grand pays comme l’Espagne » et « ce que signifie cette grande puissance ». Comme exemple de cette affirmation, il a censuré que la coalition des PSOE et Pouvons destiné à « s’immiscer dans la vie quotidienne des conseils d’administration des sociétés et dans l’immobilier à travers les plafonds des loyers ».

« Et ils peuvent me dire que ce n’est pas de la modération. Il me semble qu’il n’y a rien de moins modéré que d’avoir selon quoi des partenaires à La Moncloa ou de détruire l’Espagne ou de briser notre héritage ou de mépriser nos entreprises à l’étranger », a souligné Ayuso. « Ce qui se passe, je sais que c’est extrême. Et vous devez être fort pour ne vous laissez pas emporter par ce rouleau totalitaire dans lequel ils t’imposent un seul discours, dans lequel ‘je détruis l’Espagne, tu viens avec moi dans l’abîme et si tu ne m’accompagnes pas c’est parce que tu es sectaire' », a-t-il ajouté.

Le président madrilène considère que l’exécutif Sánchez, avec qui Feijo a tenté de faire un rapprochement, « dépense l’argent de tous les Espagnols sans avoir fait un seul geste au cours des trois dernières années » qu' »ils comprennent le moins du monde ce qui se passe ici ». . » Et il a ajouté : « Je ne veux rien avec tout ça ».

Alors que le président du gouvernement et celui du PP se rencontrent ce jeudi à La Moncloa, Ayuso a déjà eu recours à son soutien à l’Assemblée de Madrid mantra qu’elle il n’a pas l’intention de « faire face au désastre ». A cela s’ajoute son rejet de « ceux qui ruinent l’Espagne », « ceux qui soumettent les institutions espagnoles, l’éducation et l’image du pouvoir judiciaire à la plus grande détérioration de l’histoire » et « ceux qui ont l’intention d’augmenter les impôts des Madrilènes « .

« Et je ne flirte pas avec le nationalisme et avec les putschistes et je ne me rapproche même pas de ceux qui sont d’accord avec ceux qui chaque matin doivent me dire comment se déplacer dans mon pays, en tant qu’Espagnol, en tant que représentant de les Madrilènes dans n’importe quelle partie du territoire. Ne cessez pas de travailler un seul jour pour dénoncer leurs abus, parler librement dans les médias, ce que je ne cesse de faire non plus et, comme je le dis, représentent les Madrilènes partout où ils jouent », J’ai conclu.

Vous pourriez également aimer...