Baldov resserre les rangs avec Oltra bien qu’il admette qu’il s’agit peut-être d’une « erreur politique »

Il demande à Ximo Puig « de ne pas se précipiter » et lui rappelle qu’il est président grâce aux votes de Comproms

Joan Baldov
Joan Baldov, ce samedi à Valence.Juan Carlos CardenasEPE
  • tribunaux La TSJ reproche à Mnica Oltra d’avoir dissimulé les abus de son ex-mari sur un mineur sous tutelle
  • Podcast Monica Oltra: montée et chute du fléau de l’accusé

Le représentant de Comproms au Congrès, Joan Baldov, a fait une défense fermée du vice-président du Généralité valencienne, Mónica Oltra, « victime », a-t-elle souligné, « d’une chasse politique » encouragée par « l’extrême droite ». Cependant, et malgré cette déclaration, le député a admis qu’il commettait peut-être une « erreur politique ».

Baldov a fait référence à la réunion que tiendra cet après-midi l’exécutif du parti et au cours de laquelle, a-t-il déclaré, une décision sera prise concernant l’avenir d’Oltra. Une décision qui, en outre, a-t-il ajouté, « devrait être prise conjointement » entre les partenaires de la coalition du gouvernement valencien.

En ce sens, le député a demandé au président de la Generalitat, Ximo Puig, « de ne pas se précipiter ». Il lui a rappelé que le porte-parole socialiste de l’exécutif et désormais défenseur du peuple valencien, ange lune, a été inculpé et poursuivi et sa démission n’a pas été demandée. Finalement, il a été acquitté. Il lui a aussi rappelé qu' »il est président grâce aux votes Comproms ».

Baldov a voulu répondre aux sévères critiques que son parti a reçues pour l’événement festif qu’il a organisé le week-end dernier, alors que l’accusation d’Oltra était déjà connue, et dans lequel le vice-président et lui-même ont dansé dans une explosion de joie. Le député a nié qu’il ne s’agissait « ni d’une fête ni d’un hommage », il a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’un acte politique préparé depuis plusieurs mois et qu’il s’est clôturé par de la musique « et quelques pass de danse » comme le fait habituellement sa formation.

Réunion ou célébration, la vérité est que le président Puig n’a pas accueilli les images qui lui sont venues de l’acte. « Je ne suis pas du genre à faire la fête », a-t-il déclaré laconiquement. Et Joan Baldov a également répondu à ces propos, en fouillant la plaie laissée au PSOE par les élections en Andalousie : « Je comprends très bien qu’il n’est pas là pour les partis ; moi non plus, après les résultats de dimanche. »

Le député de Comproms a insisté sur le fait qu’il croyait en Oltra et aux « principes » avec lesquels elle a été éduquée dans une « famille d’immigrés » ; il la croit « parce qu’il n’y a aucune preuve directe pour l’incriminer », mais « seulement des conjectures » et aussi parce que derrière les accusations portées contre elle se trouvent « un ultra agitateur et Vox ».

« Je suis fidèle à mes principes. Politiquement je peux me tromper mais personnellement je suis fidèle à ce que je crois », a-t-il assuré avant de souligner que « personne n’est responsable de ce que fait son ex-mari » et regrette que personne ne soutienne que  » moment, Oltra n’est coupable de rien ». Reste sans réponse le rappel que précisément Mónica Oltra s’est distinguée en exigeant des responsabilités immédiates des opposants politiques imputés sans attendre que la Justice se prononce sur leur culpabilité ou leur innocence.

Vous pourriez également aimer...