Bildu rend hommage aux victimes des proches des membres de l’ETA décédés dans des accidents de voiture alors qu’ils se rendaient en prison

La présence de la coalition Otegi à la célébration de la Journée du souvenir en l’honneur des proches de l’ETA divise les partis

Jone Goirizelaia (EH Bildu), c'est mon
Jone Goirizelaia (EH Bildu), ce mercredi, à Bilbao.EFE

EH Bildu assimile la mort de 15 proches de prisonniers de l’ETA dans des accidents de la circulation aux 850 assassinés par le gang terroriste pendant près de cinq décennies de terreur. Des représentants politiques de la coalition Arnaldo Otegi ont participé ce mercredi aux événements institutionnels organisés par le Gouvernement et le Parlement basque dans le Jour de la mémoire pour, ensuite, rendre hommage à ceux qui sont morts au cours de leurs déplacements pour rendre visite aux condamnés.

La coalition nationaliste Avec sa présence, il a empêché l’unité du reste des partis et l’Association des victimes du terrorisme (AVT) a critiqué le fait que le PSOE avait fait du parti d’Otegi un « partenaire prioritaire » au Congrès des députés et en Navarre.

Le gouvernement basque de lehendakariPatxi Lpez a institué en 2010 la Journée du souvenir le 10 novembre, car c’est le seul jour du calendrier au cours duquel le gang n’a commis aucun meurtre. Onze ans plus tard, la célébration initialement conçue comme une reconnaissance explicite des victimes du terrorisme de l’ETA donne lieu à des actes institutionnels, des partis politiques et des victimes du terrorisme divisés par la présence des dirigeants de l’EH Bildu, le seul parti en Espagne qui ne a condamné le terrorisme qu’il soutenait politiquement de la gauche nationaliste.

L’AVT, le Parti populaire, Citoyens et Vox se sont mis d’accord ce mercredi dans leur critique du transfert des institutions basques et du reste des partis pour avoir « blanchi » la formation d’Otegi, à la fois en raison de la présence de leurs représentants dans les événements et dans les accords politiques, tant au Pays basque qu’en Navarre et au Congrès des députés.

« Bildu échoue au test »

Le président de l’AVT, Mara Araluce, a directement reproché à la présidente de Navarre, Mara Chivite (PSOE), l’importance accordée à EH Bildu dans la communauté provinciale. « Les victimes doivent supporter que ceux qui défendent que l’usage de la violence était justifié sont considérés comme un agent politique de plus et que dans certains cas, comme ici en Navarre, leur soutien est utilisé pour rester au pouvoir. »

C’est ainsi que je lui ai reproché ce mercredi, lors du vernissage d’une exposition photographique intitulée Vivre sans peur, vivre sans mémoire, qui est montré précisément dans le Parlement provincial.

je
Iigo Urkullu et le président du Parlement basque, Bakartxo Tejera, ce mercredi, à Vitoria.EFE

« Bildu montre chaque jour qu’il ne passe pas le test du coton démocratique », a dénoncé depuis Vitoria le président du PP, Carlos Iturgaiz, qui, avec le coordinateur de Ciudadanos, José Manuel Gil, a présidé un acte commun au monument de Vitoria dans lequel figurent les noms de toutes les victimes de l’ETA.

Iturgaiz a dénoncé que la coalition nationaliste Ce n’est pas un parti démocrate et il a affirmé qu’il était fier de ne pas participer avec Bildu à des événements institutionnels. « Il y a des moments dans la vie où il vaut mieux être seul qu’en mauvaise compagnie et si nous étions avec Bildu, nous serions en très mauvaise compagnie, car tout serait une farce », a déclaré Iturgaiz avec les images encore fraîches d’Otegi expliquant à ses bases que sa priorité est la libération de 200 prisonniers de l’ETA.

« Le bras politique de l’ETA »

« L’ETA n’a pas expiré », a prévenu l’ancien responsable pénitentiaire et victime de l’ETA à Bilbao Jos Antonio Ortega Lara, lors d’une conférence organisée par Vox en présence de son secrétaire général, Javier Ortega Smith. Ortega Lara, kidnappée pendant 532 jours, a accusé EH Bildu d’être le « bras politique de l’ETA » et d’utiliser les institutions dans le but de « détruire l’Espagne » avec « l’argent, le pouvoir et l’information » qui garantissent leur participation à la politique.

Ancien agent pénitentiaire et v
L’ancien gardien de prison et victime de l’ETA, Jos Antonio Ortega Lara, ce mercredi, à Bilbao.EFE

Dans les actes institutionnels les gestes d’offrande de roses blanches étaient répétés et dans celui présidé par le lehendakari, Iigo Urkullu, a souligné « l’engagement civique de la majorité de la société basque », avec une reconnaissance explicite de groupes tels que Gogoan Digne mémoire, Geste pour la paix, Bakeola, Baketik et même, Elkarri, le coordinateur promu par Jonan Fernández.

Vous pourriez également aimer...