Bolaos défend les états d’alerte que la Cour constitutionnelle renverse : « La limitation des droits était minime »

Comparution du Ministre de la Présidence

Le ministre de la Présidence se cache derrière « l’urgence » et que « des vies ont été sauvées et des milliers d’hospitalisations ont été évitées »

Le Ministre de la Présidence, F
Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, et Patxi Lpez, au Congrès.
  • Justice La Cour constitutionnelle s’apprête également à déclarer le deuxième état d’alerte inconstitutionnel
  • Jugement Une Cour constitutionnelle divisée annule le confinement à domicile imposé au premier état d’alerte

Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, a salué la réponse juridique du gouvernement pour lutter contre la pandémie malgré le fait que la Cour constitutionnelle a déclaré illégal le premier état d’alerte et s’apprête à faire de même avec le second, qui a été fixé à six mois. . . .

Sans une once d’autocritique, Bolaos a utilisé son apparition au Commission constitutionnelle du Congrès pour louer ces états alarmistes assurant qu' »ils ont sauvé des vies, empêché des milliers d’hospitalisations et maintenu les entreprises, les entreprises et les familles à flot ».

Le ministre a justifié que ces états d’alerte accordaient la « protection maximale » à la santé des citoyens « en affectant le moins possible leurs droits ». Et il a souligné qu’il s’agissait de mesures qui provoquaient une « limitation minimale » des droits.

Cette opinion contraste avec la décision constitutionnelle qui, dans un coup dur pour le gouvernement, a considéré que les restrictions les plus sévères imposées, comme le confinement à domicile, étaient une limitation des droits d’une telle ampleur que l’exécutif devait avoir utilisé l’état d’exception et non l’état d’alerte pour pouvoir les décréter.

Bolaos, qui était à l’époque secrétaire général de la présidence et non ministre, s’est protégé ce jeudi de la nécessité d’agir « en urgence », « en un temps record », et a justifié que les mesures avaient un temps d’action très limité « et qu’elles ont été prises « vite », ce qui était « la clé » pour qu’elles soient « efficaces ».

« L’apprentissage institutionnel de ces mois va nous aider dans l’action de l’Etat dans les crises futures », a-t-il dit, car cela a fonctionné « sans précédent ». Bolaos a déclaré que « de nombreuses élections » ont été apprises mais que la principale concerne la collaboration entre les administrations, dont l’effort « collectif » a réussi à « arrêter » l’incidence du virus et à « protéger » avec un « bouclier social » Toute la société.

Il accuse le PP de « saper la démocratie »

Le passage de Bolaos par la Commission constitutionnelle du Congrès a également permis d’aborder l’une des questions phares de ces derniers jours : le renouvellement des organes constitutionnels, parmi lesquels le Conseil général de la magistrature. Le ministre de la Présidence a redoublé de pression sur le PP pour parvenir à un pacte, l’accusant de « saper l’un des fondements du système démocratique ».

Bolaos a souligné que le PP est dans une attitude de « blocage » qui est « irresponsable » et qui va à l’encontre de la Constitution, ce qui implique selon lui qu’il agit « contre la santé et la force de nos institutions ».
Dans cette stratégie de pression, le ministre de la Présidence a indiqué que « bloquer » le renouvellement de la CGPJ et d’autres instances, c’est « manquer à notre Constitution » et « se placer en dehors » de celle-ci. Vous avez donc exhorté à remplir une obligation « légale » et « morale ».

Bolaos a annoncé qu’il rencontrerait le 20 septembre prochain les porte-parole de tous les groupes parlementaires et forces politiques du Congrès pour « établir un dialogue et leur demander responsabilité et sens de l’Etat ». Le premier est de commencer à négocier les nouveaux budgets généraux de l’État et, le second, de renouveler les organes constitutionnels dont le mandat est arrivé à expiration.

Il a donné des données sur « l’anormalité institutionnelle » que connaît l’Espagne « le résultat d’une stratégie politique irresponsable » qui empêche le renouvellement de ces organes : Cour des comptes, 48 ​​jours avec des mandats expirés, magistrats de la Cour constitutionnelle nommés par Congrès, 672 jours ; CGPJ, 1 010 jours, presque trois ans ; Médiateur, 1 512 jours, plus de quatre ans.

Après cela, il a expressément lancé un appel au PP : « Respectez la Constitution et la loi. Le non-respect de la loi est inacceptable et profondément antidémocratique.

PP et Vox demandent sa démission

PP et Vox ont demandé la démission de Bolaos pour avoir été « l’architecte juridique » de « l’illégalité » de l’état d’alarme et l’ont durement accusé d’être responsable de « l’outrage » et de la « barre libre des abus démocratiques ».

Le porte-parole du PP, Cuca gamarra, a souligné qu’il ne peut plus « se soustraire à sa responsabilité » après le « rapapolvo » de la Cour constitutionnelle ou parce qu’il a été un élément juridique clé d’un gouvernement qui « inconstitutionnalise tout ce qu’il touche ». « Il n’a qu’une seule issue, c’est de démissionner », a insisté Gamarra.

De même, la porte-parole de Vox, Macarena OlonaIl lui a reproché d’être un avocat « des méchants » qui est « au service du mal » car de « sa tête et de sa plume juridique » sont sortis des lois qui ont transgressé « toutes les lignes légales et constitutionnelles ». Sur un ton belliqueux, Olona a proclamé que le nom de Bolaos restera dans l’histoire afin qu’il soit « jugé » pour avoir écrit « certaines des attaques les plus obscènes » contre l’Etat de droit et la démocratie espagnole.

En revanche, le PP s’est défendu des critiques de Bolaos pour ne pas avoir renouvelé la CGPJ et d’autres instances lui demandant de parrainer une réforme de la loi afin que les juges élisent les juges comme établi par « les normes européennes et la Cour constitutionnelle . » « Faisons-le, ça y est », lui a demandé Gamarra. Selon lui, le PSOE veut soumettre le PP à une « trgala » mais l’a prévenu qu’il ne permettra pas au gouvernement d’agir comme un « fossoyeur » avec la « séparation des pouvoirs ».

« L’état d’exception était exorbitant »

Dans sa réponse à PP et Vox sur les états d’alerte, Bolaos a justifié que l’état d’exception donnait des « pouvoirs exorbitants » que « nous ne voulions ni n’avions besoin » dans la pandémie et a tenu à souligner qu’ils ont agi alors « sous pression » et dans une situation très complexe dans le seul but de « sauver des vies ». « Et nous l’avons fait », a-t-il ajouté. De même, il a déclaré qu’il n’était ni le « cerveau » ni « l’architecte » de ces arrêtés royaux, mais « une personne de l’équipe » de la Moncloa.

Bolaos, qui a reproché à Olona la « tension », la « boue » et l' »insulte », a rejeté le « profil fictif » et le « roman policier » réalisés par Vox pour le placer comme la plume légale de la Moncloa. En outre, il a prévenu PP et Vox que, bien qu’ils fondent leurs projets sur des élections anticipées et des démissions, le gouvernement finira la législature et travaillera « plus et mieux ».

Le PP s’est vu reprocher ses « embardées » et ses « changements de critères toutes les cinq minutes » avec l’état d’alerte et a conclu que son seul sens était de faire « le contraire » au gouvernement.

Vous pourriez également aimer...