Bolaos demande à témoigner par écrit dans « l’affaire Pegasus » et le juge propose de le faire par vidéoconférence

Le magistrat de l’Audiencia Nacional accède à la demande du ministre, mais indique qu’il vaudrait mieux que l’enquête témoigne oralement

Le ministre de la Présidence, F.
Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos.EPE
  • tribunaux Le juge de l »affaire Pegasus’ cite Bolaos comme témoin après avoir interrogé l’ancien directeur du CNI
  • Espionnage Affaire Pegasus : toutes les miettes mènent au Maroc

Le ministre de la Présidence, Flix Bolaos, a informé le juge dans l’affaire Pegasus que sa déclaration serait écrite. Il s’agit d’un pouvoir que la loi accorde aux membres du Gouvernement appelés à témoigner en qualité de témoins.

C’est ce qu’indique la lettre officielle reçue ce jeudi par le magistrat de l’Audience Nationale José Luis Calamaqui répond en acceptant la demande, tout en proposant au ministre que la déclaration se fasse par visioconférence « pour assurer la bonne issue du dossier et son traitement en termes d’agilité et d’utilité ».

« I. Le 6 juin 2022 », indique le mémoire de la Présidence, « j’ai été convoqué à témoigner, en qualité de témoin, dans le cadre de la procédure de renvoi préjudiciel le 5 juillet 2022 à 9 heures. II. Dans ladite convocation, je suis informé que, conformément aux dispositions de l’article 412.2.1 du code de procédure pénale, je peux signaler par écrit les faits dont j’ai eu connaissance en raison de mes fonctions. En conséquence, par le présent courrier, je viens demander que l’instance s’engage à informer par écrit des faits qui font l’objet de ma déclaration.

L’article invoqué par le ministre établit que les membres du Gouvernement « sont dispensés d’assister à la convocation du Juge, mais non de témoigner, pouvant rapporter par écrit les faits dont ils ont connaissance en raison de leur fonction ».

L’ordonnance de réponse émise par Calama accepte la requête, ajoutant : « Nonobstant ce qui précède, il est suggéré au témoin de pratiquer de manière bidirectionnelle et en temps réel la diligence d’enquête susmentionnée pour assurer le bon résultat de l’affaire et son traitement en temps opportun ». termes d’agilité et d’utilité, avec une interaction visuelle, auditive et verbale avec le témoin, et dans l’unité d’acte ». En d’autres termes, pour clarifier ce que l’espionnage peut faire au gouvernement, un interrogatoire oral serait plus utile qu’un interrogatoire écrit.

Il ajoute que la Cour suprême a établi que l’utilisation de la visioconférence est déjà une pratique courante dans les tribunaux. « Il convient d’apprécier la tenue du témoignage par visioconférence, offrant à l’Honorable Ministre de la Présidence, des Relations avec les Tribunaux et de la Mémoire Démocratique, de témoigner par lesdits moyens, s’il le souhaite, en indiquant par là les dates et heures auxquelles ils pourraient procéder ainsi, sans altérer les fonctions inhérentes à leur fonction ».

Le responsable du propriétaire du Cour centrale d’instruction quatre enquêter sur la plainte déposée par le Procureur d’État pour l’infection par le programme d’espionnage Pegasus au téléphone du Premier ministre, Pedro Sánchez, et des ministres, Margarita Robles et Fernando Grande-Marlaska.

Vous pourriez également aimer...