Calvio dément à Puig que le financement autonome soit une priorité et soutient la thèse d’une démonstration

La plateforme pour un financement équitable se réunit ce vendredi avec le débat sur l’opportunité d’appeler à une mobilisation dans la rue contre le Gouvernement

Ximo Puig montre Nadia Calvi
Ximo Puig regarde Nadia Calvio, ce jeudi à Valence.BIEL ALIOEFE
  • À Valence Puig rejoint Aragons aux portes de la table des négociations pour demander plus d’argent au gouvernement
  • Conseil Le PP ouvre à Alicante le va contre la politique fiscale de Ximo Puig

Le chemin de la (pas) réforme du financement régional non seulement continue d’être escarpé, mais il semble chaque jour se compliquer pour le Président de la Generalitat, Ximo Puig, qui a dû entendre ce jeudi à Valence de la bouche du premier vice-président du gouvernement que la question est loin d’être une priorité pour le ministère des Finances. Une telle cruche d’eau froide est d’ailleurs tombée un jour après que le président catalan, Père Aragons, confirme qu’il comprend la revendication valencienne, mais qu’il ne rejoint pas l’offensive autonome que Puig cherche à mener pour forcer le ministère à présenter au moins un squelette de réforme. Une succession de mauvaises nouvelles à l’aube du rendez-vous de la plateforme pour un financement équitable.

Convoqué pour ce vendredi, le thème d’un grand manifestation contre le gouvernement de Pedro Sánchez survoler la réunion. Pas en vain, des sources du PP soulignent à ce journal que la confirmation du ministre Nadia Calvio que la réforme attend en arrière-plan devrait servir à sortir dans la rue maintenant. Le président du PP de Valence, Carlos Mazn, a fait ses débuts lors de la rencontre avec le patronat, les syndicats et d’autres partis (sauf Vox), et n’a pas caché que sa formation est prête à se mettre derrière la bannière (sa prédécesseur Isabel Bonig n’a jamais voulu le faire). À ce jour, Comproms a également montré à ses partisans – à un degré plus ou moins élevé – de faire un pas de plus dans la manifestation.

Calvio, qui a comparu devant les médias au Palau de la Generalitat, a été demandé si le gouvernement maintenait son engagement de présenter avant la fin de l’année un aperçu de ce qu’est sa proposition de réforme du système de financement autonome. « La priorité désormais du ministère des Finances, ce sont les budgets généraux de l’État pour 2022 », J’ai répondu. Impossible d’être plus clair. L’horizon temporel, « les prochaines années ».

Auparavant, lors d’une réunion avec Cadena SER, Calvio avait reconnu que la question était « complexe » et, bien qu’il ait prétendu être au courant de la réclamation du Consell del Botnic, il a évité de se positionner sur les critères qui devraient prévaloir lors de la répartition des fonds entre les entreprises.autonomes. Or, il n’a pas évoqué le facteur population défendu par la Generalitat, mais il a souligné qu’il faudra « sensibilité à l’Espagne dépeuplée », c’est exactement ce que demandent les communautés qui composent l’opposé de la Communauté valencienne ou andalouse.

La bonne nouvelle pour Puig a été la soutien à sa politique fiscale, en pleine offensive du PP valencien, qui présentera prochainement son plan de baisse des impôts dans la Communauté valencienne. Cependant, Calvio a été franc : « Penser que la baisse des impôts est la solution à tout n’est pas réel. Ceux qui ont cela comme seul programme de politique économique, ce qu’ils veulent, c’est de couper les services publics. De plus, dans une situation de déficit et d’endettement comme celle de la Communauté valencienne, « une baisse généralisée des impôts qui entraîne une baisse de perception n’est pas responsable ».

Vous pourriez également aimer...