Cela défend le maintien des écoles ouvertes car il n’y a que 5827 salles de classe fermées par Covid, soit 1,37% du total

Plusieurs communautés laides du ministre qui n’a pas compté sur elles lors de la répartition des 4403 millions d’Européens pour atténuer les dégâts académiques du coronavirus

Le ministre de l'Éducation

La ministre de l’Éducation, Isabel Cela, dans sa visioconférence avec les conseillers pédagogiques des régions autonomes.
MINISTÈRE DE L’ÉDUCATION

  • Éducation

    Isabel Cela annonce ce mercredi aux communautés autonomes un investissement de 4403 millions d’«  Européens  » dans le nourrisson, la PF et l’informatique

  • Éducation

    L’institut qui ouvre 14 heures par jour pour contrôler le Covid: « Nous sommes comme le salon funéraire, ouvert toute la journée »

Le ministre de Éducation,Isabel Cela, a assuré ce mercredi qu ‘ »il n’y a pas d’inquiétude » sur l’incidence du Covid-19 dans les écoles et instituts, puisque, selon 98,63% des salles de classe fonctionnent « normalement » et il n’y en a qu’un 1,37% d’entre eux fermés, ce qui se traduit par un total de 5 827 groupes confinés. Ce pourcentage est inférieur à 1,5% enregistré dans la deuxième vague de la pandémie qui a éclaté fin octobre et début novembre.

Cela et les représentants des communautés autonomes se sont rencontrés au Conférence du secteur de l’éducation, où ils ont convenu que l’incidence scolaire la plus élevée du coronavirus enregistrée ces dernières semaines correspond à une augmentation des infections dans la société en général et ils ont déclaré que, pour le moment, «les infections diminuent déjà», selon des sources de l’Éducation Conseiller de Castille et Len, qui a un 1,3% groupes fermés et a distribué des compteurs de dioxyde de carbone dans toutes les classes.

Le ministre a lu les dernières données de contagion recueillies par la CCAA, qui indiquent que seulement 32 centres éducatifs -les 0,11% du total – sont fermés. Le pourcentage d’écoles ou d’instituts fermés n’atteint pas le 0,21% et il y a Onze communautés autonomes qui n’ont pas de centres de quarantaine. Aucun conseiller ne s’est inscrit plus de 3% groupes confinés et il n’y a que deux régions qui ont entre un 2% et un 3% des salles de classe avec leurs élèves apprenant à distance de chez eux.

« Logiquement, l’augmentation des infections se reflète, mais dans cette troisième vague on a toujours été en dessous des chiffres de la deuxième vague et on observe déjà une tendance à la baisse soutenue après les premières semaines », résume Cela.

Tous les conseillers ont convenu de l’importance de «maintenir la présence», selon les mots du ministre, «parce que ce sont toujours des endroits sûrs, plus sûrs que tout autre endroit où les étudiants peuvent être». «Chaque jour que les centres restent ouverts est une réussite sociale, car la présence est irremplaçable», a-t-il proclamé.

Cela a également rencontré les responsables pédagogiques des communautés autonomes pour annoncer un décaissement de 4 403 millions d’euros de fonds européens pour promouvoir l’EFP, numériser les salles de classe, augmenter les places de 0 à 3 ans et réduire les abandons, les quatre lacunes majeures apparues pendant la pandémie.

Les conseillers ont apprécié l’argent, mais ont apporté quelques éclaircissements. Selon le conseiller Enrique Ossorio, huit des 13 personnes qui ont participé à la réunion ont critiqué le fait que «la LACC a été exclue» lors de la planification de la destination de l’argent, ce qui «limitera son efficacité». «Les CCAA sont les gestionnaires de l’éducation et ceux qui connaissent leurs problèmes de première main, c’est incroyable qu’ils n’aient pas été pris en compte», s’est-il plaint.

<< Le ministère a oublié des aspects importants, tels que la formation des enseignants et leur carrière, et il n'a pas non plus garanti l'investissement dans la réhabilitation des centres. De nombreuses ressources européennes vont être perdues ou gaspillées en raison de la simple mauvaise gestion des Le Gouvernement. Le Ministère Il tarde très à allouer les fonds et nous ne savons pas de quelles ressources nous disposons », a dénoncé Ossorio.

Le problème est que le soi-disant Mécanismes de rétablissement et de résilience Ils ne sont prévus que jusqu’en 2023. Les administrateurs ne savent pas comment ils paieront tous les investissements supplémentaires qu’ils feront les années suivantes, étant donné que ces 4403 millions représentent 60% de plus que ce qui était envisagé les autres années Les budgets généraux de l’État.

Interrogé sur cette «préoccupation» des conseillers, le ministre a répondu que «pour parvenir à un 5% du PIB en investissement est un objectif pays déjà fixé par la Lomloé et toutes les communautés autonomes doivent intégrer ce pourcentage « car » l’éducation est une partie importante du reste du système. «  » La CCAA doit avoir des disponibilités financières « , a-t-il prévenu.

L’injection gouvernementale envisage 670 millions pour créer 67 000 lieux du premier cycle d’éducation de la petite enfance, un chiffre qui est loin de l’universalisation à laquelle PSOE Oui Unis nous pouvons ils se sont engagés dans leur accord gouvernemental (394 000 places seront nécessaires dans la prochaine décennie pour inscrire 70% des étudiants).

Ils prévoient également 320 millions pour le programme Arc +, avec des cours privés l’après-midi aux étudiants ayant plus de difficultés et 253 millions pour créer 164 659 nouveaux postes d’EFP dans un jeu pour ce modèle d’enseignement qui atteint le 1 900 des millions.

Roco Lucas, conseiller pédagogique de Castilla y Len, est un autre des conseillers qui ont demandé à participer aux critères de distribution par l’ACSC. Il a souligné la nécessité que les mesures soient « réalistes et réalisables » et a expressément demandé qu’elles incluent les écoles subventionnées, pas seulement les écoles publiques. Il a également réclamé «un fonds inconditionnel», détaché des trois axes prédéterminés par le ministère, pour «continuer à payer les mesures de sécurité contre Covid-19 l’année prochaine» et améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments scolaires.

La conseiller Valencien, Vicent Marz, bien qu’elle soit « complètement alignée » avec le ministère, a affirmé: « Plus que jamais, la gouvernance est nécessaire et que les communautés autonomes sont impliquées et participent à la définition des critères de développement pour chacun des programmes, afin de pouvoir d’exécuter les fonds efficacement, car nous avons les yeux fixés sur nos besoins réels et concrets ».

Le conseiller d’Aragon, Felipe Faci, a déclaré que le ministre et l’ACSC ont convenu de donner «continuité» à la distribution «pour aborder la façon dont ils vont être exécutés».

Vous pourriez également aimer...