Ceuta, vivre | Juan Jesús Vivas: « L’atmosphère à Ceuta est celle d’un état d’exception »

  • Crise diplomatique L’Espagne déploie l’armée à la frontière avec le Maroc avant la vague sans fin d’immigrants
  • Témoin direct Tôt le matin à Tarajal: des immigrés trempés continuent d’entrer sur la plage et au Maroc ils font la queue pour partir. « C’est une folie »

« L’état d’esprit de la population de Ceuta C’est maintenant une situation d’angoisse, d’incertitude, d’agitation et de peur », a-t-il prévenu. Juan Jesus Alive, président de la ville autonome. Ceuta vit aujourd’hui, à son avis, comme dans un « Statut d’exception » en raison de la crise migratoire, avec des personnes enfermées chez elles et des enfants sans aller à l’école. « Notre ville a souffert une invasion. Ce serait une erreur de traiter cette question comme un problème de migration« , a affirmé.

10.52. Marine Le Pen, à Ceuta: « L’UE est une passoire où tout le monde entre! »

L’arrivée de milliers de migrants vers Ceuta depuis Maroc a provoqué la réaction de Marine Le Pen: « L’Union européenne est une passoire où tout le monde entre! » Le chef de l’extrême droite a rivalisé dans un tweet: « Cela doit prendre fin », rapporte Iñaki Gil.

Le Pen vous avez lié vos commentaires à une actualité du journal Le Parisien: « Un chiffre sans précédent: au moins 5000 migrants, dont au moins un millier de mineurs, parviennent à rejoindre l’enclave espagnole de Ceuta du voisin Maroc, à la nage ou à pied lorsque la marée le permet. « La crise avec Rabat il fait déjà la une des principaux journaux télévisés et radiophoniques français.

Pour l’instant, le président de la Rencontre nationale (RN, anciennement Front national) ne critique pas le gouvernement espagnol, préférant diriger ses fléchettes vers les autorités françaises: «Contrairement aux propos rassurants de nos dirigeants, l’UE est une passoire. .. « 

10.48. La police renvoie des dizaines de personnes à la barrière frontalière de Ceuta et utilise des gaz

La police espagnole commence à renvoyer des dizaines de les immigrants sans la moindre formalité à travers les clôtures de frontière avec Ceuta, comme Efe a pu le vérifier.

Jeunes et enfants pour la plupart, ces personnes sont accompagnées sans offrir la moindre résistance par la police, qui les dépose dans le no man’s land pour rentrer au Maroc.

On n’observe aucun type de formalité (vérification d’identité ou prise d’empreintes digitales) avant d’être redirigé vers la frontière.

Là, dans le no man’s land, des centaines de jeunes se pressent en attendant que leur chance passe, mais avant toute approche, la police les disperse utilisant des gaz lacrymogènes.

10.38. Marlaska se rendra à Ceuta après avoir donné des détails sur la crise migratoire à l’issue du Conseil des ministres

Le Ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, se rendra à Ceuta après avoir donné des détails sur la crise migratoire lors de la conférence de presse après le Conseil des ministres qui s’est tenu ce mardi, selon des sources de ce département ministériel.

Le chef de l’Intérieur a expliqué que l’exécutif continuera à appliquer la loi pour protéger les mineurs et procédera au retour du reste des les migrants qu’ils sont «entrés illégalement». De même, Marlaska a reconnu qu’il y a encore «des gens qui ont la volonté» d’entrer dans la ville autonome.

Pour cette raison, le ministère déploiera ce mardi 200 soldats en Ceuta -150 policiers nationaux et 50 gardes civils qui complèteront «un état-major de plus de 1 100 hommes» qui tentera de «renverser la situation et de garantir la sécurité aux frontières».

10.32. Les citoyens ont soulevé la crise migratoire de Ceuta vers l’Union européenne

Les citoyens ont soulevé la crise migratoire en Ceuta devant l’Union européenne pour forcer une déclaration de la Commission européenne et du chef de la diplomatie, Josep Borrell, informe Álvaro Carvajal.

Le député européen José Ramón Bauzá a soumis une question écrite dans laquelle elle nécessite non seulement une évaluation de ce qui se passe, mais affecte également les mesures que l’Europe entend adopter pour « soutenir » l’Espagne « face aux pressions de Maroc« .

10.28. Croix-Rouge à Ceuta: « Jamais autant de personnes ne sont venues à Ceuta en nageant en si peu de temps »

Isabel Brasero, responsable de la communication de la Croix-Rouge en Ceuta, a montré dans une interview sur Onda Cero son étonnement face à la crise migratoire déclenchée en Ceuta dans les dernières heures: « Nous sommes très habitués à voir sauter par-dessus la clôture, mais le fait qu’un tel nombre de personnes nage en si peu de temps est sans précédent. »

Brasero a signalé que « nous beaucoup de très très petits bébés arrivent, des bébés d’un mois, auxquels nous ne sommes pas habitués non plus. Lorsque des familles entières viennent, elles amènent tous leurs membres, mais les enfants d’environ 10 ans arrivent également seuls. « Malgré la situation sans précédent que connaît la ville autonome, Brasero a voulu envoyer un message de tranquillité et a expliqué que » la fréquentation est très importante. coordonné. Nous travaillons pour que dans des situations comme celle-ci, cela ressorte toujours parfaitement. « 

10.26. Le Parti populaire blâme le gouvernement pour la crise de Ceuta, pour ses « hauts et bas » dans la politique d’immigration

Le Parti populaire a blâmé le gouvernement pour la crise de Ceuta, pour ses «hauts et bas» dans la politique d’immigration: «La rupture de nos frontières avec la permissivité de Maroc et la politique migratoire nulle de l’Espagne « , assurent des sources de Gênes.

« La plus grande vague migratoire de l’histoire de Espagne exige une réponse immédiate du gouvernement », soulignent-ils. Pour le PP, la priorité Sanchez devrait être de maintenir dès que possible « l’intégrité de nos frontières et de coordonner avec Maroc le retour des immigrés dans leur pays « .

Les «  populaires  » pensent que le problème sous-jacent n’est pas tant le Sahara occidental comme le manque de leadership de Pedro Sanchez: « Nous avons déjà subi les hauts et les bas de ce gouvernement quand il a voulu prendre la photo du Verseau et à cause de son inaction aux Canaries. »

10.24. Le président de Ceuta: « L’état d’esprit de la population est désormais angoissé »

« L’état d’esprit de la population de Ceuta C’est maintenant une situation d’angoisse, d’incertitude, d’agitation et de peur », a-t-il prévenu. Juan Jesus Alive, président de la ville autonome. Ceuta vit aujourd’hui, selon lui, dans un « état d’exception » en raison de la crise migratoire, avec des personnes enfermées chez elles et des enfants sans aller à l’école, rapporte Juanma Lamet. « Notre ville a subi une invasion. Ce serait une erreur de traiter cette question comme un problème migratoire », a-t-il déclaré.

C’est pourquoi Vivas a annoncé, dans des déclarations à Onda Cero, que ce mercredi la campagne de vaccination contre la coronavirus. Le leader «populaire» a averti que la ville était «pleine» de monde pandémie, mais «il semble que l’entrée soit contenue» pour le moment, après l’entrée «entre 6 000 et 7 000 immigrés clandestins», dont 1 500 mineurs.

10.22. Abascal, sur le chemin de Ceuta: « Ceux qui arrivent ne sont pas des réfugiés, ce sont des soldats qui obéissent à un gouvernement qui veut faire pression sur l’Espagne »

Le chef de Vox, Santiago Abascal, est sur le point de Ceuta après la crise migratoire déclenchée ce lundi. Abascal a assuré que « ceux qui arrivent ne sont pas des réfugiés, ce sont des soldats qui obéissent à un gouvernement qui veut faire pression sur l’Espagne ».

« Il ne peut y avoir qu’une réponse de force pour garantir que personne d’autre n’entre. Vous ne pouvez agir qu’avec force », a-t-il exhorté le gouvernement espagnol.

« Nous avons soulevé de la rupture des relations avec Maroc, la fin de l’aide économique, et paralysent les nationalisations des Marocains en cours. L’Espagne doit être respectée », a-t-il dit durement.

10.21. Des dizaines de personnes continuent d’entrer à Ceuta en raison de la passivité de la police marocaine

Des dizaines de personnes continuent d’entrer dans la ville espagnole de Ceuta à travers des trous dans le brise-lames qui prolonge la Frontière de Tarajal à la mer, comme Efe a pu le vérifier, compte tenu de la passivité apparente de la police marocaine et des forces auxiliaires (corps paramilitaire) déployées à la frontière.

Des femmes avec de jeunes enfants à la main, des personnes âgées, certaines originaires d’Afrique subsaharienne, mais surtout des adolescents et des jeunes empruntent un sentier imparable vers le brise-lames de Tarajal avec leurs vêtements, sans aucun bagage -bien que certains passent avec une valise-, et à la rencontre d’une barrière de police d’une dizaine d’agents, ils l’entourent simplement et descendent d’un flanc pour atteindre la jetée.

Là, dans la journée d’hier, les milliers de personnes qui ont réussi à passer (5.000 au total, dont un tiers de mineurs non accompagnés) ont creusé un espace entre les blocs de béton et les clôtures de fer, à travers lesquelles il est aujourd’hui possible d’accéder facilement. En tout cas, les agents marocains observent ce qui s’est passé sans intervenir, selon Efe.

10.20. Pedro Sánchez annule son ordre du jour, se donne comme priorité le retour à la normalité à Ceuta et comparaîtra après le Conseil des ministres

Le président du gouvernement, Pedro Sanchez, a annulé le voyage prévu à Paris et a « fait une priorité de rétablir la normalité à Ceuta« Après l’arrivée massive de migrants dans la ville autonome dans les dernières heures. Comme l’a annoncé Moncloa, le directeur général fera une déclaration institutionnelle après la conférence de presse du Conseil des ministres, prévue à 11h30.

« Ma priorité en ce moment est de rétablir la normalité Ceuta. Ses citoyens doivent savoir qu’ils ont le soutien absolu du gouvernement espagnol et la plus grande fermeté pour assurer leur sécurité et défendre leur intégrité en tant que partie du pays face à tout défi », a souligné Sánchez dans une note sur son compte Twitter. .

Les événements de Ceuta et Melilla seront l’un des sujets à débattre lors de la réunion de ce mardi. Après cela, la porte-parole du ministre, María Jesús Montero, et le ministre de l’Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, seront chargés de fournir des informations sur la situation, après l’arrivée de 6000 migrants dans la ville autonome.

Vous pourriez également aimer...