Cinq personnes arrêtées pour avoir vendu à des filles forcées de se marier

Deux des trois sœurs ont été contraintes de se marier, âgées de 14 et 15 ans, en échange d’une somme proche de 7.000 euros.

Deux policiers
Deux agents de la Police Nationale.LE MONDE

La police nationale a arrêté cinq personnes pour la commission de trois délits de traite des êtres humains aux fins de mariages forcés et d’autres délits similaires également liés, en plus de la protection à deux filles mineures, de nationalité roumaine.

L’opération – baptisée du nom de Bucarest– Il a été falsifié à la suite d’une plainte de l’Inspection pédagogique de la ville de Fontaine des Cantos (Badajoz), alerté par l’absentéisme scolaire « soudain » des mineurs.

A partir de ce moment, un dispositif s’organise dans lequel des agents de la Brigade des Affaires Etrangères et Frontières de Badajoz, de Ville royale et la police locale Alczar de San Juan.

En raison de l’origine des mineurs, la police a concentré les indices dès le premier instant sur le mobile possible de l’affaire, c’est-à-dire « la pratique habituelle chez un certain sous-groupe culturel d’origine roumaine du mariage des filles à un âge précoce, précisément à partir des 12 ans, en organisant pour cela le mariage entre les familles des parties contractantes ou par des intermédiaires en échange d’une contrepartie économique de 6 000 à 7 000 euros », selon la police.

Une famille avec trois filles

Une fois mariés, les mineurs quittent en règle générale l’école et le milieu familial pour s’installer dans le domicile de leur nouvelle « famille politique » -en l’occurrence à Ciudad Real-, où ils contribuent aux tâches ménagères jusqu’à l’âge minimum légal. pour pouvoir obtenir un contrat de travail et ainsi contribuer financièrement à votre nouveau foyer.

Grâce aux investigations des agents, il a été possible d’identifier une famille de trois filles qui rencontrent les modus indiqué. La police a découvert que les deux sœurs aînées s’étaient mariées, selon leurs rites, à l’âge de 14 ans.

La plus jeune des trois sœurs, âgée de seulement 12 ans au moment où l’enquête a commencé, se préparait également au mariage.

A partir de là, la Police a préparé une opération pour localiser les mineurs et les familles concernées, « en tenant compte de la forte mobilité, de la temporalité et du nomadisme des personnes enquêtées », qui ont tendance à changer de résidence en permanence en raison de leur activité professionnelle comme temps agricole.

« Opération Nunta »

En octobre 2020, l’aînée des sœurs se trouvait à Almendralejo (Badajoz), prouvant qu’elle avait été forcée de se marier il y a quelque temps, à l’âge de 14 ans. Selon l’enquête, la jeune femme a désormais atteint l’âge de la majorité. Pour ces événements, les parents du conjoint ont été arrêtés et traduits en justice.

Aux dernières dates, la résolution totale de l’affaire est déclenchée lorsque la police apprend la résidence possible de la deuxième des sœurs et de sa famille politique dans la ville de Patrimoine (Ville royale). Peu de temps après, la résidence de la troisième des sœurs et de leurs parents dans une ville voisine a été découverte.

Cette deuxième opération de police, appelée Nunta, a pris fin à l’Alczar de San Juan (Ciudad Real) le 7 juillet lorsque les deux familles ont été arrêtées, trois hommes et deux femmes entre 20 et 48 ans, qui ont été mis à la disposition du juge qui, devant la gravité des faits , a procédé au retrait de l’autorité parentale des deux mineurs 14 et 15 ans. Tous deux ont été placés sous la garde des services de protection du Conseil communautaire de Castilla-La Mancha.

Selon l’ONU

La police nationale prévient que les mariages forcés sont classés par l’agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en tant que mariages contre la volonté ou par la force et, en outre, sont reconnus dans les conventions internationales comme une violation du droit de se marier avec le libre et plein consentement, contre le droit à la dignité humaine, à l’égalité et non à la discrimination, médiée par la coercition ou une violence sociale intense ou la pression familiale.

C’est aussi une forme de mariage d’enfants dans laquelle au moins l’une des parties est un enfant qui, en tant que mineur, ne peut pas être considéré comme un consentement suffisamment plein et libre en tant que mineur.

La lutte contre ce type de criminalité est inscrite dans les orientations du Plan Stratégique de la Police Nationale de lutte contre ces nouvelles formes d’esclavage, d’abus et d’exploitation des groupes vulnérables en fonction de leur état de besoin.

Vous pourriez également aimer...