Ciudadanos se lance contre le PP pour son « rejet irresponsable de la réforme du travail »

« Il est évident que dans cette vente aux enchères permanente avec les indépendantistes et les nationalistes, la réforme risque de s’aggraver », estime Edmundo Bal.

Dans
Ins Arrimadas et Edmundo Bal, au siège de Cs.MARÉCHALEFE
  • Politique Aragons prévient qu’ERC est « très loin » de soutenir la réforme du travail après avoir dîné avec Yolanda Daz
  • Ressortissants Arrimadas propose de sauver la réforme du travail face au « danger » qu’elle « empire » avec ERC et Bildu

Ciudadanos a fustigé durement le Parti populaire pour son « irresponsabilité » lorsqu’il s’agit de rejeter la réforme du travail telle qu’approuvée par les syndicats et le patronat, laissant ainsi son contenu final entre les mains d’un cycle de négociations entre le gouvernement et ses partenaires d’indépendance et nationalistes qui, de l’avis du Orange Elle ne servira qu’à « aggraver » la régulation du marché du travail.

Le porte-parole parlementaire du Cs, Edmundo Bal, a prévenu que le gouvernement négocie déjà avec ses partenaires privilégiés sur la base de pétitions qui consistent à « rompre par 17 l’unité du marché du travail » et à « imposer une bureaucratisation dans l’autorisation du ERTE et les AVANT« .

« Il est clair que dans cette vente aux enchères permanente avec les indépendantistes et les nationalistes, la réforme risque de s’aggraver », a déclaré Bal avant de noter que son groupe ne soutiendrait aucune modification à cet égard et d’ajouter que personne du gouvernement n’a contacté sa formation. négocier leur approbation malgré des oranges Ils ont offert leur soutien au Parlement pendant des jours.

« Le gouvernement doit choisir, il a d’autres options », a souligné le porte-parole. « Nous n’allons pas permettre un recul par rapport à l’accord auquel les syndicats et les employeurs sont parvenus. » Pour les oranges, la principale revendication du PNV, partenaire prioritaire de l’exécutif, centrée sur la prédominance des accords régionaux sur les accords étatiques, est une « véritable hérésie juridique ».

Pour l’instant, la réforme parrainée par le Gouvernement bien qu’ayant été approuvée par les agents sociaux a le vote contre PP et Vox ainsi que ERC, Bildu, BNG, CUP et PNV. Les libéraux penchent en sa faveur tant qu’il reste inchangé. C’est pourquoi, pour l’instant, et jusqu’à connaître le contenu des négociations que l’exécutif mène avec ses alliés préférés, il ne dévoile pas le sens ultime de son vote.

Ciudadanos a également regretté la feuille de route que suit le gouvernement lorsqu’il a cédé les pouvoirs en matière pénitentiaire au pays Basque qui facilite désormais l’octroi du troisième degré aux détenus de l’ETA sans aucune compensation. « Sanchez remet l’Espagne à genoux », a accusé Bal, qui espère que le parquet fera appel de ces troisièmes degrés et qu’ils finiront par être révoqués.

Le parti d’Ins Arrimadas a également dénoncé le « boulon » du Congrès au cours du mois de janvier où l’Espagne, soutiennent-ils, est dans une « situation difficile plongée dans la sixième vague, avec la facture énergétique et le panier en hausse, avec des fonds européens qui n’en finissent pas d’atteindre les poches des indépendants et des hommes d’affaires et en attendant la réforme du travail ».

Demande de comparutions

Les des oranges Ils ont demandé avant Noël de tenir le débat sur l’état de la Nation, débat auquel Cs n’a jamais participé. Cette formation a inscrit au Congrès une initiative visant à modifier le Règlement de la Chambre et ce débat sera obligatoire chaque année. Ils ont également demandé la tenue d’une session plénière extraordinaire du Congrès ce mois-ci afin d’aborder des questions d’intérêt général pour le pays et pas seulement l’agenda des deux grands partis.

Cs demande la comparution de la ministre de la Santé, Carolina Darias, pour expliquer les mesures qu’elle entend prendre pour surmonter la sixième vague de la pandémie; du ministre de la Consommation, Alberto Garzn, d’avoir l’occasion de lui reprocher ses déclarations contre l’industrie agroalimentaire espagnole et d’exiger sa démission. et celle de la quatrième vice-présidente Teresa Ribera pour expliquer pourquoi elle ne va pas permettre la modernisation des centrales nucléaires.

Le Parti libéral a également regretté que le gouvernement ait opté pour une politique interventionniste régulant les prix des tests antigéniques au lieu de procéder à la libéralisation de leur commercialisation.

Vous pourriez également aimer...