Comproms oblige Puig à imposer aux fonctionnaires un niveau de valencien supérieur à celui garanti par le système éducatif

Les nationalistes veulent une C1 pour les catégories les plus hautes, comme c’est le cas en Galice ou en Catalogne. La ministre de la Fonction publique, Gabriela Bravo, insiste pour ne pas établir d’exigence qui serait « un plus » à ce que l’éducation offre

Le ministre de l'administration
La ministre de l’Administration publique, Gabriela Bravo, et le ministre de l’Éducation, Vicent Marz.MME

Le degré de connaissance du valencien exigé des hauts fonctionnaires du Communauté valencienne a ouvert un nouveau fossé entre les PSOE Oui engagements. Alors que les socialistes, avec le ministère de la Justice et de l’Administration publique, Gabrielle Bravoen tête ils choisissent de l’ajuster à celui accrédité par le système éducatif jusqu’au Baccalauréat, les nationalistes veulent qu’il soit supérieur et réclament un C1.

Pour les partenaires de Puig, ce niveau est « essentiel » et « indispensable », comme l’a décrit la porte-parole des Cortes, papa chênes. A tel point que des organisations proches de leurs positions, telles que École valencienne, ont déjà demandé la démission de Bravo avant la proposition de rétrogradation. Pour le ministre, cela revient à exiger « un plus » qui n’est pas raisonnable et passe par exiger « des niveaux supérieurs à ce que le système éducatif garantit ».

Les deux parties, avec le soutien de Podemos, ont réalisé le Loi sur la fonction publique qui imposait à tous les candidats à la fonction publique de la Generalitat l’obligation d’accréditer le compétence linguistique connaissance du valencien. Cependant, compte tenu des positions différentes des deux partenaires, la définition exacte des connaissances pour chaque catégorie a été reportée à son élaboration dans un règlement ultérieur qui aurait un an pour approuver et qui serait guidé par les conclusions de la réunion. commission des compétences linguistiquescomposé d’experts et d’hommes politiques.

Le rapport de la commission révèle que les différences sont importantes, surtout pour le plus haut niveau de l’administration, les groupes A1 et A2. Alors que les membres liés à Comproms ont opté pour l’exigence inscrite dans le futur décret d’être un C1, les socialistes l’ont abaissé à un B2 pour une raison que le ministre Bravo a expliquée : « Nous exigeons ce que le système éducatif garantit. »

Comme il l’a expliqué, ce décret doit être chronométré avec l’approbation d’un autre des département d’éducation qui réglemente l’homologation des connaissances acquises dans les différentes étapes de l’enseignement. La commission propose que ce soit le B-1 dans l’enseignement obligatoire, le B2 passé le Baccalauréat et le C-1 en « obtenant une note supérieure à 7 au PAU et en passant une épreuve orale ».

« Avec le système actuel, ils ne garantissent même pas le B2. Un secteur de la commission avec lequel je suis entièrement d’accord a proposé qu’une fois qu’ils ont passé le Bachiller, ils soient reconnus comme C-1, comme c’est le cas en Galice et Catalogne. Puisqu’ils veulent le système galicien, qu’il soit mis en œuvre dans toute son ampleur, pas seulement dans l’exigence finale », a fait valoir Bravo. Et c’est que Comproms donne comme exemple les deux communautés autonomes avec leur propre langue qui ont mis en place l’exigence C-1 pour leurs hauts fonctionnaires, qui dans la Communauté valencienne est déjà demandée aux enseignants.

Pour le ministre, il est frappant de constater que c’est précisément le parti qui a promu la mise en œuvre du multilinguisme dans les salles de classe en augmentant les heures d’enseignement en valencien qui remet en question ce qui a été appris. « Si on répète sans cesse que le plurilinguisme garantit la maîtrise des trois langues, je ne sais pas pourquoi on remet en question la capacité acquise en valencien en les soumettant à des tests et non en espagnol. Il faut s’interroger sur les outils pour éviter cela Plus simple et plus logique bien fixer les critères et mettre en place des instruments pour que le système éducatif des jeunes garantisse parfaitement une compréhension et un maniement de la langue indépendamment de l’un et de l’autre » », a-t-il réfléchi.

En ce sens, l’Éducation a opté pour une application progressive du multilinguisme, par étapes d’enseignement, et c’est ce cours lorsqu’il a commencé à être mis en œuvre dans le Secondaire, complétant ainsi sa validité dans l’ensemble de l’enseignement obligatoire. Par conséquent, selon la version socialiste, sa position est d’imposer une exigence qui ne peut pas encore garantir sa propre réforme de l’enseignement des langues.

Ces écarts à un an de la fin de la législature pourraient finir par faire en sorte que l’exigence ne soit pas développée non plus dans cette deuxième législature du Botnic, ce qui, selon Gabriela Bravo, serait « un grand échec ».

Vous pourriez également aimer...