Comproms organise une soirée de réaffirmation et resserre les rangs avec Oltra : « On dérange et c’est pour ça qu’ils veulent qu’on disparaisse »

Après avoir demandé à Ximo Puig de réfléchir pour prendre des décisions après l’accusation, Oltra répond sans envisager de démissionner : « Réfléchir est toujours bon »

Mónica Oltra se donne à fond dans un acte de compromis après avoir refusé de démissionner en raison de son accusation
  • politique Le gouvernement valencien n’a même pas abordé le limogeage d’Oltra lors de sa réunion hebdomadaire
  • Après l’imputation Oltra dit qu’elle ne démissionne pas parce qu’elle doit « défendre la démocratie » contre le « fascisme »

48 heures après l’inculpation de Mónica Oltra et 24 heures après qu’elle a réaffirmé son intention de ne pas démissionner en tant que porte-parole et vice-présidente de la Généralité valencienne, engagements a lancé sa propre campagne pré-électorale. Avec une standing ovation pour leur chef, avec des câlins, avec un orchestre de fête et comme si de rien n’était. Au rythme de la musique, de la danse et dans un véritable acte de réaffirmation : « On dérange et c’est pour ça qu’ils veulent qu’on disparaisse ».

Les mots, très applaudis, ont été prononcés par le député au Congrès Joan Baldov, mais c’est la tendance générale d’un rallye dont la star incontestée a été elle-même le leader. Oltra, qui s’est vue très émue, a même répondu au président de la Generalitat : « Réfléchir, c’est toujours bien. Vendredi, quelques heures après la conférence de presse d’Oltra, Ximo Puig demander à réfléchir et à prendre des décisions. Ce samedi, le chef du Consell a une nouvelle fois insisté sur le fait qu' »il n’y a aucune raison de mettre en danger » le gouvernement du Botnic, mais lui et son partenaire Comproms ont le temps de prendre des mesures : « Sans réflexion on ne peut pas agir ». Au PSOE, ils espéraient que vendredi Oltra présenterait sa démission.

Pour le moment, il ne semble pas qu’il y aura de décision à cet égard, car le maire de Valence et l’un des référents de Comproms, Joan Rib, a modifié ses propres propos. Vendredi, il y a eu un écart minime par rapport au discours officiel de défense à huis clos d’Oltra demandant une réunion Comproms pour décider « collectivement » de l’avenir du leader. Ce samedi, il a voulu lever tous les doutes : « Mnica, tu as été essentielle et tu continueras d’être essentielle. »

Oltra elle-même est montée sur scène tandis que « ho tenim tot » (« nous avons tout ») a été chanté pour s’adresser d’abord à sa famille. A sa mère (« Maman, je ne me suis jamais éloigné des valeurs dans lesquelles toi et papa m’avez élevé ») et à ses enfants (« L’important c’est que tu te reconnaisses dans le miroir de la façon dont on t’a éduqué à chez vous : vous pouvez y aller la tête haute »).

Oltra a insisté sur l’idée que dans Comproms « ils sont dangereux » pour justifier qu’ils font l’objet d’une campagne de l’extrême droite. « C’est une façon d’intimider les gens qui veulent faire des politiques décentes », a-t-il dit, citant en exemple la persécution judiciaire de la campagne de chem-sexe. L’exemple a même servi à critiquer l’excès de punitivité : « Le jour viendra où la foudre tombera et ils chargeront le maire. » Et avec le bureau du procureur et la Cour supérieure de justice l’accusant de dissimulation possible de l’abus d’un mineur par son ex-mari pour le protéger lui et sa carrière politique, Oltra a déclaré : « Nous avons généré l’idée que tout ce qui se passe a quelqu’un responsable. »

De plus, Comproms a déjà menacé Puig de rompre le pacte gouvernemental s’il renvoyait unilatéralement Oltra. Et la dirigeante elle-même l’a confirmé : « El Botnic [el pacto a tres bandas con PSOE y Unidas Podemos] Ce n’est pas Botnic si ce n’est pas avec Comproms. Le Botnic sans Comproms est Garca-Page« .

Baldov a utilisé l’un des slogans les plus célèbres du féminisme pour défendre Oltra, bien qu’il ait été désigné comme l’un de ses successeurs (l’autre, l’ancien ministre Vincent Marz il n’a pas été vu dans l’acte) et a sans doute été le plus acclamé. « S’ils touchent l’un de nous, ils nous touchent tous », a-t-il résumé. C’est-à-dire que « l’attaque » sur Oltra est une attaque sur tous les Comproms.

La fin de la fête a été prononcée par Oltra : « Notre projet est la justification de la vie et de la joie. Aimez-vous les uns les autres. Je vous aime aussi beaucoup », a-t-elle conclu.

Vous pourriez également aimer...