Concepcin Espejel, le président du tribunal correctionnel de l’audience qui n’a pas cru les membres de l’ETA

Son départ pour se rendre devant la Cour constitutionnelle sera un soulagement pour les détenus de l’ETA et leurs avocats, puisqu’il a fait cesser de nombreuses prestations pénitentiaires.

Concepci
Concepcin Espejel, dans une image de 2017.BASSIN
  • Réformes de l’État Le gouvernement et le PP partagent la Cour constitutionnelle avec quatre profils connexes
  • Cour des comptes Pedro Snchez obtient la destitution de Mariscal de Gante, le juge redouté par les indépendantistes

Concepcin Espejel Jorquera Elle va faire le saut vers un poste d’un prestige et d’une pertinence énormes, mais certainement plus facile que celui qu’elle occupait jusqu’à présent : présidente de la Chambre criminelle de la Cour nationale.

Espejel, une madrilène de 62 ans, s’était auparavant considérée comme une magistrate de la Cour suprême. Il n’a pas atteint le poste, probablement parce que son défi controversé de juger le Cas Grtel en raison de son apparence possible de partialité à l’égard du Parti populaire. Ses critiques lui ont toujours rappelé la « chère Concha » avec laquelle Mara Dolores de Cospedal s’adressait familièrement à elle lors d’une cérémonie publique.

Il ne s’est pas rendu à la Cour suprême, mais à la présidence de la chambre criminelle, où il a réussi à rassurer l’atmosphère raréfiée qu’il avait héritée de son prédécesseur, Fernando Grande-Marlaska.

Comme un autre nouveau magistrat du TC, Ramn SezEspejel était membre du CGPJ, en l’occurrence sur proposition du Parti populaire. Il y était entre 2008 et 2013, après être passé par les cours ou tribunaux de Vinaroz, Reus, Valls, Tarragone et Ségovie, dont il présidait l’audience. En 2014, après avoir quitté le Conseil, il se rend au Tribunal national et préside trois ans plus tard sa chambre criminelle. En tant que président, en plus d’organiser le fonctionnement des quatre sections et de diriger les séances plénières, Espejel a dirigé les Section un, qui assume toutes les ressources de surveillance pénitentiaire.

Son départ sera un soulagement pour les détenus de l’ETA et leurs avocats, puisqu’à ce poste, il a cessé de nombreuses prestations carcérales. Il s’agissait de la voiture qui, il y a quelques mois, a rejeté l’authenticité des lettres de repentir des prisonniers de l’ETA, qu’il ne considérait que comme un moyen d’obtenir des permis et d’approcher le pays Basque.

Montalb immaculé
Immaculée Montalbn.EFE

Inmaculada Montalbn, ancienne membre du CGPJ tournée vers les femmes

L’ancien président de l’Observatoire contre les violences conjugales et de genre Inmaculada Montalbn Huertas elle a été l’une de celles choisies par le PSOE pour la Cour constitutionnelle. Elle est actuellement magistrate du Cour supérieure de justice d’Andalousie, à la Chambre contentieuse-administrative.

Comme les trois autres nouveaux membres du CT, il a été membre du Conseil général de la magistrature, auquel il est arrivé en 2008. Sur proposition, comme aujourd’hui, du PSOE. Dans ce conseil, il a coïncidé avec son nouveau partenaire dans le Concepcin Espejel constitutionnel.

Bien qu’elle exerce actuellement dans le domaine du contentieux, Montalbn – née à Iznalloz (Grenade) et âgée de 61 ans – a présidé le tribunal de Malaga qui a condamné le juge de Marbella Francisco Javier de Urqua pour avoir accepté de l’argent du conseiller d’urbanisme de l’époque Juan Antonio Roca. Comme Ramn Sez, Montalbn était porte-parole de l’association progressiste Juges et juges pour la démocratie quand – et malgré son audace pour l’Égalité – il n’était encore que Juges pour la démocratie.

Enrique Arnaldo.
Enrique Arnaldo.EFE

Enrique Arnaldo, un candidat omniprésent

Le seul des quatre candidats au CT qui n’est pas magistrat est Enrique Arnaldo Alcubilla. C’est ou a été plusieurs autres choses, en tant que professeur de Constitution Université Rey Juan Carlos et depuis 1986, avocat des Cortes Generales. Je sais que cela coïncide avec les trois autres propositions dans lesquelles il était membre du Conseil général de la magistrature. Là c’était sur proposition du PP de 1996 à 2001, il coïncidait donc, comme il le fera désormais, avec le magistrat Ramn Sez.

Associé fondateur du cabinet d’avocats Legal and Procedural Studies, l’omniprésent Arnaldo (Madrid, 1957) a également été président de la Tribunal Administratif du Sport. Il a toujours été lié au PP et a collaboré assidûment aux cours et conférences de la Fondation FAES. En tant qu’avocat, il a défendu l’actuel chef de la justice du PP Enrique Lpez lorsque la police l’a intercepté ivre sur sa moto. Lpez a dû abandonner l’Assemblée constitutionnelle à laquelle Arnaldo arrive maintenant.

Vous pourriez également aimer...