Condamné à 2,6 ans de prison pour avoir menacé un jeune homme de révéler son homosexualité qui a fini par se suicider

Le prévenu contacté par Cintreuse avec la victime qui a exigé 100 euros pour ne pas diffuser ou révéler des captures liées à sa condition sexuelle

Cour provinciale d'A Coru
Tribunal provincial d’A Corua.CARLOS LAGOLE MONDE

La première section du tribunal provincial d’A Corua a entériné la peine prononcée contre un homme par le tribunal pénal numéro 5 de cette ville pour un crime de menaces avec sursis et pour lequel il a été condamné à une peine de deux ans et six mois de prison. temps, ainsi que le paiement d’une indemnité de 9 000 euros au membre de la famille de la victime.

Le tribunal accepte dans leur intégralité les faits considérés comme prouvés dans la décision, selon lesquels, en octobre 2019, le défendeur a contacté par le biais de la demande Cintreuse avec la victime, qui a fini par réclamer la somme de cent euros en échange de ne pas diffuser ou révéler des captures liées à son homosexualité.

La victime a payé cet argent, bien que la personne condamnée ait continué à lui envoyer des messages WhatsApp « le pressant » de lui donner plus d’argent en échange de ne pas dire la condition sexuelle du jeune homme à A Corua.

« Si je ne te parle plus, il m’a tué. Je n’en peux plus », répondit-il en reprenant la phrase. Il y est avancé que le condamné « n’a pas renoncé à ses menaces » et a continué à lui réclamer une somme d’argent. Concernant la victime, il ajoute que « victime du désespoir et de l’angoisse dans laquelle il était plongé », il s’est suicidé. L’homme désormais condamné, ignorant une telle circonstance, n’arrêtait pas de lui envoyer des whatsapps, exigeant de l’argent et disant qu’il allait « se rendre la vie amère ».

L’arrêt du tribunal d’A Corua, rendu en juin, affirme que « Cette fin dramatique, pourtant étrangère à la volonté » du condamné « C’est le meilleur reflet du trouble et de l’angoisse créés chez la victime par la pression à laquelle l’appelant se soumet », dit-il à propos de l’appel qu’il a présenté pour sa condamnation en première instance.

« La pression continue, la réitération de la demande d’argent après avoir reçu le premier versement, ont suffi à amener la victime à adopter une décision irréversible et grave », ajoute-t-il, écartant également l’argument selon lequel il existe une « circonstance dans la victime . préexistant  » en rapport avec le suicide par la note que la victime a laissée.

« Il est vrai qu’il a reconnu ces tendances, mais sans préciser quand et comment les « nombreuses tentatives » qu’il mentionne ont eu lieu », souligne l’arrêt, qui pointe cependant des phrases également incluses telles que « avant la mort que dominé par quiconque « . Il voit également le crime de menace crédité d' »une atteinte au droit de la personne de former, de jouir et d’exercer sa liberté en toute autonomie de décision et d’action ».

Vous pourriez également aimer...