Consuelo Ordez dénonce « les portes tournantes de l’ETA » en raison de la présence de Pla à Sortu

Le président de Covite est convaincu que « l’ordre d’assassiner Gregorio est venu du bureau de Herri Batasuna » à l’occasion du 27e anniversaire du meurtre

Grégory Ord
La sœur de l’assassiné par ETA Gregorio Ordez, Consuelo, dans l’acte d’hommage.JEAN HERREROEPE
  • pays Basque La gauche nationaliste intègre le dernier chef de l’ETA à parvenir à la « libération nationale » d’Euskal Herria

La soeur de Grégory Ordez et président de Covite Consuelo Ordez a dénoncé « les portes tournantes de ETA » après que la nomination de David Pla en tant que membre de la direction de Sortu a été confirmée. Ordez a utilisé la nomination de Pla comme un exemple du « cadre d’impunité » utilisé par la gauche nationaliste lorsque l’ETA a assassiné des politiciens comme Ordez.

« L’ordre d’assassiner Gregorio est venu du bureau voisin du sien à l’hôtel de ville, du bureau de HB« , a-t-il dénoncé depuis le cimetière de Polloe où Ordez a été commémoré à l’occasion du 27e anniversaire de son assassinat par un groupe terroriste commando.

La famille Ordez entend faire aboutir la fin de la responsabilité pénale des dirigeants de l’ETA pour le meurtre de Gregorio et maintient sa plainte contre les dirigeants politiques de la gauche nationaliste. « Tout le dôme de ETA de ce moment a des responsabilités criminelles dans son meurtre, mais je suis sûr que ceux qui ont ordonné le meurtre de mon frère étaient les dirigeants politiques de la gauche nationaliste », a dénoncé Ordez lors d’une cérémonie à laquelle assistait le président du polypropylène basque Carlos Iturgaiz et le maire de Saint-Sébastien Eneko Goia (PNB) entre autres.

« La paix tant attendue a été en échange d’un prix »

L’hommage intervient quelques semaines seulement après que Mikel Albizu ‘Antza’, ancien leader de l’ETA et chef de l’appareil politique du groupe pendant deux décennies, a comparu devant les juges. Une apparition au cours de laquelle il a eu le soutien des supporters de Sortu qui l’ont applaudi en portant une banderole. De plus, cette semaine, 120 écrivains basques ont signé un bref manifeste critiquant la comparution d »Antza’ devant les tribunaux puisqu’ils défendent que l’ancien membre de ETA Il a déjà purgé 20 ans de prison en France.

Consuelo Ordez Il a rappelé que 40% des crimes d’ETA restent non résolus et que la fin du gang a facilité cette impunité et facilité la légalisation des forces politiques qui ont couvert l’organisation terroriste. « La paix tant attendue a été en échange d’un prix, que nos dirigeants étaient prêts à céder au groupe terroriste en échange de l’arrêt de ses tueries : la légalisation de ses armes politiques, l’impunité pour nombre de ses meurtriers et la mise en scène de ses fin tant attendue sans gagnants ni perdants », a déploré Ordez aujourd’hui à Saint-Sébastien.

Vous pourriez également aimer...