Corinna s'appuie sur le parquet pour demander maintenant au juge de classer l'affaire

Mercredi,
9
septembre
2020

01:23

La femme d'affaires allemande estime que les conclusions du parquet sur la «  pièce Carol '' étayent tout le raisonnement utilisé par sa défense pour demander le rejet de l'affaire.

Corinna Larsen, sur une photo prise à Saint-Pétersbourg en 2017.

Corinna Larsen, sur une photo prise à Saint-Pétersbourg en 2017.
Mikhail Metzel GETTY IMAGES

L'ancien ami proche de Roi Juan Carlos, Corinna Larsen, a présenté un nouveau document à la Cour nationale demandant le dossier dans la pièce séparée Carol, où elle est accusée de la commission présumée qu'elle a fait au commissaire Jos Manuel Villarejo pour espionner un assistant personnel.

Dans le nouveau document envoyé à Cour centrale d'instruction numéro 6, auquel LE MONDE a eu accès, la défense de l'Allemand repose sur les arguments défendus par le Procureur anti-corruption demander à nouveau à l'instructeur Manuel Garcia Castelln, le rejet de votre plainte.

Dans un rapport envoyé au tribunal le 4 septembre, les procureurs ont assuré qu '"aucune autre information relative à l'ordonnance – de Larsen à Villarejo – n'a été trouvée qui corrobore objectivement et minimalement qu'elle a été exécutée". En outre, ils ont démantelé le crime de corruption en notant que, lorsque la femme d'affaires allemande aurait confié au commissaire lié aux égouts de l'État d'espionner son assistante personnelle, Villarejo n'était plus un commissaire actif depuis qu'il avait pris sa retraite le 22 juin 2016.

En revanche, Anti-Corruption a accusé le juge d'avoir accepté maintenant de rouvrir la pièce distincte Carol alors que l'ordre qui motive cette décision "était déjà connu de l'instructeur depuis le 1er février 2019".

Villarejo n'était pas fonctionnaire à l'époque

"Les conclusions du parquet approuvent le nombre de motifs invoqués dans l'appel à la réforme et le recours subsidiaire formé contre l'ordonnance du 27 juillet 2020 (réouverture de la pièce Carol)", souligne désormais l'avocat de Larsen, Jos Antonio Chocln.

Le procureur pénal souligne que le procureur lui-même a clairement indiqué qu'il n'a pas été possible de commettre le crime présumé de corruption internationale faisant l'objet d'une enquête car le commissaire Jos Manuel Villarejo n'était pas un agent public le 7 octobre 2016, lorsque la réunion a eu lieu à Londres avec l'ancien «ami attachant» de l'empereur monarque, auquel assistait également l'homme d'affaires Juan Villalonga.

La défense de la femme enquêtée souligne également que les procureurs estiment qu '«il n'est même pas précisé par Villarejo que l'accès aux données devait se faire par des moyens illégaux».

Enfin, la représentation juridique de Larsen souligne également, conformément à la lutte contre la corruption, que le juge a révoqué le rejet de cette affaire sans que le procureur n'ait présenté au préalable une plainte pour enquêter sur ces faits, << une exigence procédurale inévitable pour poursuivre les crimes commis par Espagnols et étrangers hors du territoire national ".

Pour l'instant, Garcia Castelln maintient le rendez-vous de l'Allemand prévu le 28 septembre prochain à l'ambassade d'Espagne à Londres.

Au fur et à mesure que ce médium avançait, le procureur s'est également opposé ce mardi à ce que l'interrogatoire de Corinna soit mené au siège diplomatique susmentionné et a demandé au tribunal d'annuler sa déclaration. Les procureurs ont fait valoir que cette comparution à l'ambassade "conduit au respect des obligations contractées par l'Espagne dans le cadre de la coopération juridique internationale et, plus précisément, de l'article 197 de la loi 23/2014 sur la reconnaissance mutuelle des décisions pénales dans l'Union européenne. ".

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...