Crise ukrainienne : Pablo Casado soutient Pedro Snchez et demande aux ministres Podemos de préciser « s’il s’agit d’un gouvernement unique »

Casado demande aux ministres de Podemos de clarifier leur position sur le conflit ukrainien
  • Ukraine en direct Le point sur le conflit avec la Russie
  • gouvernement Les ministres de United We Can rejettent que le gouvernement mobilise des troupes pour la crise en Ukraine

Le chef du PP, Pablo Casado, a demandé au gouvernement de coalition de « clarifier » sa position sur la crise ukrainienne et a exhorté « les ministres Podemos qui sont contre l’OTAN et en faveur de la Russie » à dire « s’ils forment un seul gouvernement et s’ils sont d’accord avec la position du ministre de la défense, du ministre des affaires étrangères et du président ».

S’adressant aux journalistes lors de sa visite au Salon international du tourisme, Casado a affirmé qu’un gouvernement se définit par « sa performance, son unité d’action et sa cohérence ». À ce stade, il a indiqué que ce que le PP demande à l’exécutif, c’est « la cohérence » et « le respect des représentants du souverain national ».

« Je voudrais écouter la vice-présidente Yolanda Díaz », a assuré le leader du PP. « Je pense que l’ancien secrétaire général de Podemos, Pablo Iglesias, n’est pas d’accord et compare même cela à un bellicisme dont la gauche a déjà accusé le PP tout aussi injustement que s’ils accusaient maintenant M. Sánchez », a-t-il déclaré. .

Alors que Pablo Casado s’exprimait dans Fitur, la ministre des Droits sociaux, Ione Belarra, a explicite sur Twitter son soutien à la position du parti dont elle est secrétaire générale. « Notre pays a toujours dit haut et fort : Non à la guerre. Avec cet esprit et avec cet engagement, nous devons travailler et intensifier les voies diplomatiques pour désamorcer tout conflit.

Une autre ministre de Podemos, Irene Montero, responsable de l’égalité, s’est exprimée en des termes similaires ce matin à Vitoria. C’est-à-dire : exhorter à la désescalade avec uniquement de la diplomatie. « L’Espagne est résolument le pays du non à la guerre. La société basque, la société espagnole, la société catalane sont des gens de paix. Nous nous engageons à désamorcer le conflit, à éviter les manœuvres militaires dans la région, au dialogue et à la diplomatie », il a proclamé.

Soutien gouvernemental

Pablo Casado a réitéré aujourd’hui le soutien de son parti à Pedro Sánchez dans ce conflit : « Le gouvernement espagnol a tout notre soutien pour remplir ses obligations dans le cadre de la Alliance atlantique« . « Si l’OTAN exige le déplacement de navires de la Marine ou un déploiement aérien ou de troupes, nous le soutiendrons car nous pensons que c’est essentiel pour garantir la paix dans L’Europe , l’intégrité de certains des pays avec lesquels nous partageons une politique de voisinage et le progrès économique et social associé à cette stabilité géostratégique », a soutenu le président du PP.

Comme il l’a fait ce jeudi, Pablo Casado a pourtant reproché au Gouvernement de ne pas lui avoir « notifié » son intention d’avancer l’envoi d’une frégate vers le Mer Noire. « Nous allons accompagner ce déploiement, et s’il se fait enfin, le Gouvernement doit informer le Parlement« . En outre, il a rappelé que « la chose logique dans les 40 dernières années de l’histoire est que le principal parti d’opposition soit également tenu informé ».

Lorsqu’on lui a demandé si le PP serait prêt à forcer la comparution du gouvernement au Congrès s’il n’en était finalement pas informé, le président du populaire Il a déclaré que si le Parlement n’était pas informé, son groupe parlementaire demanderait sa comparution. Cependant, il a souligné qu’il s’agissait d’une affaire d’État, confiant que cette communication aura lieu.

De plus, il a indiqué que le PP « a toujours montré sa responsabilité » bien qu’il ne l’ait pas eue dans le passé « de la part de la gauche ». En fait, il a rappelé que le PP a montré que la responsabilité avec le gouvernement de Philippe Gonzalez « Dans les opérations qui ont eu lieu dans l’ancien Yougoslavie, dans les opérations de Moyen-Orient, en particulier dans Irak« .

« Nous n’allons pas faire campagne pour le ‘non à la guerre’ s’il y a un mouvement de troupes, même si nous espérons que la voie diplomatique est épuisée et qu’il n’y a pas de type de conflit armé en Europe de l’Est », a-t-il souligné, pour insister sur le fait que le gouvernement « doit avoir l’opposition pour les affaires d’état » comme celle-ci. « Chacun se définit », a-t-il conclu.

Albares appelle les porte-parole pour les informer sur l’Ukraine

Le ministre des Affaires étrangères, Jos Manuel Albares, a entamé ce vendredi une série d’appels avec les différents porte-parole de la commission étrangère du Congrès pour les informer de la position du gouvernement sur la crise en Ukraine.

Des sources étrangères ont précisé à l’Efe que le ministre partageait avec les porte-parole de tous les groupes les détails de la position espagnole tant au sein de l’UE qu’au sein de l’OTAN.

Comme Albares lui-même l’a expliqué lors d’un petit-déjeuner informatif ce vendredi, l’Espagne s’est engagée dans le dialogue, la détente et l’unité de l’UE et de l’OTAN en cas de toute éventualité.

Le ministre a reconnu ce matin que, jusqu’à présent, il n’avait pas maintenu de contact avec le principal parti d’opposition à ce sujet, le PP, bien qu’il ait rappelé avoir déjà dit à « tous les porte-parole » des groupes que son téléphone portable « est disponible ». 24 heures sur 24 » et qu’ils n’ont « aucun problème à leur parler ». | EFE

Vous pourriez également aimer...