Critas souligne que le manque d’emploi est la principale cause d’exclusion sociale en Espagne

L’ONG a dénoncé la situation croissante de vulnérabilité sociale en Espagne dans son rapport annuel 2021

Le président, le secrétaire général et un évêque lors de la présentation
Le président, le secrétaire général et un évêque lors de la présentation du rapport annuel.LE MONDE
  • Société La banque alimentaire met en garde contre une baisse des dons et s’attend à ce que la demande augmente de 20%
  • tribunaux Le parquet ouvre une enquête pour clarifier les décès dans l’assaut tragique sur la clôture de Melilla

critères a mis en garde contre les conséquences sociales que la pandémie a laissées sur la société espagnole dans son rapport annuel pour 2021. Dans celui-ci, il a souligné le manque d’emploi dans le pays comme la « principale cause d’exclusion sociale ». Il a également indiqué que la guerre en Ukraine et l’inflation qui en a résulté ont été un autre des facteurs qui « ont affecté et accentué les inégalités en Espagne, où il y a eu une augmentation des niveaux de précarité ».

Pour une famille de deux adultes et deux enfants qui gagnent 800 euros par mois, le secrétaire général, Natalia Peiro a déclaré que la hausse de l’IPC de 9% signifierait 72 euros de dépenses supplémentaires par mois, « un montant qui les empêche de couvrir les frais de loyer, d’électricité, de gaz ou de remplissage du réfrigérateur » et, en plus , a décrit les données d’inflation de mai 2022 comme « une cruche d’eau froide pour les prévisions économiques et sociales de l’Espagne qui submergent les personnes en situation de vulnérabilité ».

Peiro a également souligné que dans les programmes d’aide et d’assistance gérés par Critas, 80% sont liés au paiement de la fourniture d’énergie ou des loyers, et a déclaré que ce type d’aide a augmenté de 14% par rapport à l’année précédente. De l’ONG, ils ont souligné que le logement est le deuxième acteur qui a causé la plus grande exclusion parmi la population vulnérable après le manque d’emploi, c’est pourquoi ils demandent « de ne pas abandonner la réponse d’urgence sociale ».

En tout cas, l’ONG a indiqué qu’en 2021, ils ont atteint un « chiffre record » de 403 millions d’euros des fonds qu’ils utilisent dans les programmes qu’ils lancent, un montant qui est de 16,4 millions d’euros de plus que celui qu’ils ont collecté le précédent année (4,07%), qui, selon eux, « reflète le tsunami laissé par la pandémie ».

En outre, ils ont considéré l’année 2021 comme un « tournant », au cours duquel les 70 églises diocésaines ont fréquenté 20% de personnes de plus que pendant la crise sanitaire, de sorte que, malgré la réouverture progressive de l’économie, ont souligné que « pas toutes les personnes vulnérables ont réussi à sortir de l’exclusion sociale ».

Malgré cela, dans le rapport pour l’année 2021, Critas a indiqué que, tout au long de 2021, la réouverture de l’économie a contribué à atténuer les situations d’urgence. Dans le programme Abris et Assistance, 1 287 382 personnes ont été assistées, un chiffre supérieur de 20% à ceux enregistrés avant la propagation du Covid-19, alors qu’en 2019, 1 020 176 personnes vulnérables étaient assistées.

En outre, coïncidant avec les données de l’INE sur l’inégalité, la pauvreté et l’exclusion sociale publiées ce matin, dans lesquelles il est indiqué que 27,8% de la population espagnole est menacée de pauvreté, le coordinateur de l’équipe d’étude, fleurs de rala confirmé la véracité des chiffres et a tenu à souligner qu’en effet, du fait de la pandémie, les inégalités ont augmenté de 25%, la pauvreté est passée de 21% à près de 22%, et le risque d’exclusion sociale a augmenté. de 27% à environ 28%.

Quant à la position adoptée par Critas concernant le dernier saut par-dessus la clôture de Melilla, son secrétaire général a déclaré qu’ils tentaient depuis quatre ans de lancer une proposition politique concernant la suppression des expulsions sommaires dans la loi sur la sécurité citoyenne, et qui continue de travailler avec plusieurs associations du sud de l’Espagne, mais a dénoncé que l’épisode « ne devrait pas avoir sa place aux portes d’un pays qui a signé des traités internationaux pour la protection des droits de l’homme ».

Vous pourriez également aimer...