D., le principal agresseur présumé de Samuel Luiz qui a été « aveuglé » par sa petite amie

« Ce n’étaient pas des amis proches. » C’est ce que répètent à maintes reprises toutes les sources avec lesquelles EL MUNDO a eu des contacts la semaine dernière à propos de la mort du Galicien Samuel Luiz, le 3 juillet, à La Coroue. Jusqu’à présent, six personnes ont été arrêtées, quatre adultes (trois hommes et une femme) et deux mineurs.

Les trois hommes sont en prison par décision du juge qui instruit l’affaire et les deux mineurs ont été admis dans un centre pour mineurs. La seule personne en liberté accusée est la femme.

Ils se connaissaient tous en fréquentant les mêmes cercles. En particulier, un bar central à La Corua où ils vont fumer de la marijuana. Tous ont derrière eux une histoire variée de violences, de combats de rue et d’altercations que de nombreuses sources qualifient d' »habituelles » à La Corua depuis quelques années.

Au cours de la semaine dernière, EL MUNDO a complété le profil des auteurs présumés du crime qui a coûté la vie à Samuel à l’aube du 3 juillet.

D., le jeune homme « aveuglé par Ke ».

Il est l’auteur principal présumé des coups reçus par Samuel et est en prison. A 25 ans, il est le plus âgé des présumés impliqués. Résident dans le quartier corus de Moas, a été serveur pendant un certain temps et a travaillé occasionnellement dans le port de La Corua, tout comme À., un autre des détenus. Il aime les voitures et Parkour, le sport urbain qui consiste en sauts et acrobaties dans les escaliers et les pentes des villes.

Les personnes qui le connaissent affirment que D. est « aveuglé par Ke. », sa petite amie, avec qui il s’est disputé dans la nuit du 3 juillet, ce qui, selon les enquêteurs, a été le début de l’événement qui a mis fin au passage à tabac de Samuel. Ke. Elle a attiré l’attention de son petit ami sur l’appel vidéo que passait Samuel. À ce moment-là, D. prononça la phrase qui a défrayé la chronique ces derniers jours : « Soit arrête d’enregistrer, soit je te tue, pédé.

En présence de sa compagne, Samuel n’a eu que le temps de répondre : « Pépé de quoi ? », avant D.sauterait pour lui. Dans la deuxième partie de l’attaque, leur participation a également été essentielle, comme en témoignent les images de sécurité de divers magasins de l’Avenida de Buenos Aires de La Corua.

Ke., la petite amie « freaky »

Elle est la seule femme impliquée dans les événements. Les multiples sources avec lesquelles ce médium s’est entretenu coïncident pour le qualifier de « follonera » et de « hautain ». Elle a 23 ans et est, avec K., la plus connue des acteurs de la jeunesse corse. Il fréquentait le même bar que les autres. « Elle a été impliquée dans de nombreux combats. Une fois, j’ai vu comment elle est entrée dans un bar et, sans dire un mot, a donné un coup de pied à une fille au visage », raconte une jeune femme qui fréquente l’ESO avec elle.

Elle a commencé à étudier un cycle de Formation Professionnelle en Coiffure, qu’elle n’a pas terminé. Elle était avec son petit ami D. dans un pub lorsqu’ils ont été expulsés en raison d’une forte dispute entre eux. Bien que la raison exacte de cette discussion soit inconnue, plusieurs sources confirment que leur relation avait commencé il y a environ deux ans et qu' »ils avaient déménagé parce qu’il se méfiait beaucoup d’elle », commentent-ils.

Une fois hors des lieux, Ke. était celui qui a alerté D. que Samuel et Linails auraient été enregistrés. C’est aussi elle qui, une fois que Lina a tenté de séparer Samuel de ses agresseurs, lui a craché dessus : « Tu ne peins rien ici. » Des sources de l’enquête indiquent qu’il a tiré les assaillants présumés pour continuer à embrasser Samuel.

K., le conflictuel

Il est un autre des assaillants présumés qui sont en prison depuis vendredi dernier. Je suis né en Espagne en 2002, dans une famille de la classe moyenne supérieure d’origine brésilienne. Il réside dans le quartier corus de Os castros. Conflit dès son plus jeune âge, sa mère avait déménagé au Brésil à deux reprises. Son dernier retour a eu lieu il y a deux ans, date à partir de laquelle il s’est installé définitivement à La Corua. Avant d’entrer en prison, il travaillait dans une brasserie réputée du quartier de Matogrande.

Au début, il a été appelé à témoigner en tant que témoin des événements. Cependant, de nombreux proches étaient au courant de son implication dans l’affaire, ce qui a conduit au dernier incident dans lequel K. a été impliqué avant d’aller en prison, lorsqu’un groupe de personnes s’est approché de son lieu de travail pour le réprimander. Des témoins de ce qui s’est passé ce jour-là indiquent que l’homme a réagi violemment, alors son patron lui a demandé de quitter les lieux.

Il y a six mois, il avait été impliqué dans une bagarre de rue avec deux mineurs. Il y a été blessé avec un couteau et a eu besoin de plusieurs points de suture. Peu de temps après, il affronta ses agresseurs dans un combat qui utilisait une hache et une batte en bois. La police a dû intervenir et la nouvelle a été couverte par la presse galicienne à l’époque.

Inquiète de ces altercations, sa mère a tenté à plusieurs reprises de réorienter K.. Aussi, c’est elle qui a engagé son avocat, Jos Ramn Sierra, ancien défenseur du meurtrier de la jeune Diana Quer, jusqu’à ce qu’il abandonne l’affaire pour « perte de confiance » en son client. Il est le seul avocat qui n’appartient pas à l’équipe de garde des cinq détenus jusqu’à présent.

Comme ce média l’a dit, K. était celui qui, avec D., a initié l’agression contre Samuel. Dans les images diffusées, c’est vraisemblablement lui qui frappe le jeune homme avec le deuxième coup de poing, le faisant tomber. C’est aussi lui qui aurait volé son téléphone portable. Sa petite amie, N., était l’un des témoins directs des événements et la déclaration correspondante lui a été retirée.

A., « protagoniste » des « policiers en action »

Il est le troisième agresseur présumé à avoir été emprisonné. Surnommé comme La Llumba, a 20 ans et est originaire de la région galicienne de Ou Castille, où il réside avec ses grands-parents depuis son enfance. Il a suivi un cycle de Formation Professionnelle en Electromécanique. Jusqu’à son entrée en prison, il travaillait régulièrement dans le port de La Corua.

Il fréquentait le même bar où il coïncidait avec les autres personnes impliquées dans l’affaire, tout près de chez lui. En fait, A. a été enregistré dans l’émission télévisée La police en action, adaptation espagnole du format américain COPS, dans lequel une caméra accompagne les policiers dans leur travail. Dans l’épisode en question, les agents ont effectué une descente dans le bar susmentionné, saisissant des substances illégales sur plusieurs jeunes. L’un d’eux était A.

Ce week-end, il a été lié aux fans du groupe radical du Deportivo de La Corua Riazor Blues. Ce journal a appris qu’en 2017 il était impliqué dans une bagarre de rue dans la ville, dont plusieurs médias locaux et régionaux se sont également fait l’écho. Des membres du groupe de supporters ont été impliqués dans cette altercation, A. étant blessé par l’un d’entre eux.

Cependant, au fil du temps, il est entré en contact avec certains de ses partisans (qui n’étaient pas membres), avec lesquels il avait l’habitude d’aller passer une nuit d’été dans la ville de Pontevedra de Sanxenxo, dans le Ras Baixas galicien. Cependant, plusieurs sources proches à la fois du club de football et d’A. assurent qu’il n’a jamais participé aux activités des Riazor Blues et que la seule chose à laquelle il peut être lié, c’est parce qu’il avait des « amis qui lui étaient proches ». grouper.

Concrètement, ce média a recueilli les déclarations suivantes : « La dernière fois que A. est allé voir un match de football, c’était en 2014 et j’espère » ou « Je serais surpris s’il savait qui est le maire de La Corua ou quel groupe gouverne le ville. ville. Il ne s’intéressait pas à l’idéologie. « 

M., de Vallecas à La Corua

Il a 16 ans, il est l’un des deux mineurs prétendument impliqués dans la mort de Samuel et qui a été admis dans un centre spécialisé. Naturel du quartier madrilène de Pont de Vallecas, a passé la majeure partie de sa vie dans la capitale. Il est arrivé à La Corua peu de temps avant la pandémie de coronavirus. L’un de ses proches est membre d’un groupe de rap madrilène bien connu, quelque chose qui était connu de son cercle d’amis proches.

Comme le reste de la jeunesse, il avait également été impliqué dans plusieurs bagarres. Plusieurs sources ont confirmé que, pendant les mois de la pandémie, il avait eu une confrontation avec une fille sur une plage de La Corua, au cours de laquelle il l’avait giflé. Plus tard, son groupe est venu après lui, le tabassant.

Plusieurs témoins directs de ce qui s’est passé la nuit où Samuel a perdu la vie soulignent avoir vu comment M. aurait donné une bouteille au jeune homme de 24 ans : « Comme il est mineur et ne peut pas entrer dans le pub, il buvait les marches de la promenade du pub, c’est pour ça que j’ai eu la bouteille.

DR, sans études ni travail

Il est l’autre mineur impliqué dans les événements, âgé de 17 ans et, comme M., a été admis dans un centre spécial. Résident dans le quartier corus de Elvia, actuellement ni étudiant ni travaillant. Comme M., il n’a pas pu entrer dans le pub hier soir le 3 juillet en raison de son âge. Cependant, il se trouvait sur les marches de la promenade lorsque K. et D. auraient agressé Samuel. Sa participation présumée aux événements s’est produite lors du deuxième lynchage.

Lorsque les premiers suspects ont commencé à être arrêtés et que les soupçons se sont concentrés sur lui, il a publié un texte sur son Instagram dans lequel il a qualifié de « coqs de merde » et « imbéciles d’œufs » les personnes qui à l’époque l’accusaient via les réseaux sociaux. Selon plusieurs témoins, son ex-petite amie avait été évacuée à l’hôpital avant le meurtre, apparemment en raison d’une consommation excessive d’alcool.

Vous pourriez également aimer...