Décès de Plcido Fernndez-Viagas Bartolom, un grand juriste dans l’ombre d’un père qu’il admirait

Il était le fils aîné de Plcido Fernndez Viagas, président de la Junta de Andaluca pendant la période pré-autonome de 1978 à 1979

Magistrat Pl
Le magistrat Plcido Fernndez-Viagas Bartolom.CONCHITINE

« L’activité politique est devenue un domaine abandonné à la simplicité de la majorité, à sa médiocrité, c’est-à-dire à la démagogie. La phrase, dure mais réaliste, appartient au dernier article que Plcido Fernndez-Viagas Bartolom a écrit dans EL MUNDO le 14 avril. Le prestigieux juriste, docteur en sciences politiques, y jette un regard sur le passé, sur l’histoire, pour décortiquer et comprendre le présent d’une Espagne avec laquelle il se sent engagé et dont les dérives l’inquiètent.

Plcido Fernndez-Viagas Bartolom a maintenu cette préoccupation et un énorme agitation intellectuelle pendant la majeure partie de sa vie, qui s’est terminée par une maladie ce samedi, à l’âge de 69 ans, et après une vaste carrière professionnelle dans laquelle les livres et la presse, avec lesquels il a souvent collaboré, ont toujours été présents.

Un juriste, un théoricien, un homme passionné et cultivé toujours dans l’ombre de son père, le Premier président de la Junta de Andaluca, qu’il admirait profondément. Il était, de manière très résumée, Fernández-Viagas Bartolom, comme le décrivent ceux qui l’ont connu et soigné, qui ont partagé avec lui des débats et des rassemblements dans lesquels il finissait toujours par théoriser, faisant ressortir le grand juriste qu’il était et l’homme politique qui n’est jamais arrivé à être, parce qu’il ne pouvait pas ou parce qu’il ne voulait pas.

Père de deux enfants, dans son aspect professionnel il était magistrat de la Cour Supérieure de Justice d’Andalousie et Avocat dans l’opposition au Parlement d’Andalousie, mais sa carrière professionnelle, et surtout intellectuelle, est principalement dans ses écrits, dans ses livres et dans ses articles. Pendant des années, il a collaboré régulièrement à EL MUNDO de Andaluca et est devenu membre du comité de rédaction de ce journal.

La conspiration d’égaux. Le mythe du marché des idées; Le droit à un procès sans retard injustifié; Les enfants qui ont perdu la paix, Des mots de guerre, Le juge naturel des parlementaires, Des robes pour la liberté, Qu’est-ce que la justice démocratique, Le juge impartial, Le pouvoir législatif entre politique et droit ou alors L’inviolabilité et l’immunité des députés et des sénateurs étaient quelques-uns des titres d’une production très prolifique dans laquelle il combinait ses grandes passions.

Mais, aussi, si quelque chose le marquait, c’était toujours d’être le fils de qui il était. Fernndez-Viagas Bartolom était le fils âiné de Plcido Fernndez Viagas, président de la Junta de Andaluca pendant la période pré-autonome de 1978 à 1979, un figure historique, une référence politique en Andalousie dont l’ombre l’a accompagné tout au long de son existence, mais qu’il n’a jamais vu comme quelque chose de négatif.

En fait, il parlait toujours à admiration de son père, qu’il admirait, malgré le fait qu’à un moment donné il lui ait mis un frein. C’était sa référence maximale « en tout », souligne l’écrivain et journaliste Jos Antonio Gmez Marn, qui a cru voir en lui de tout instant une « impulsion politique » à laquelle il n’a pas fini de laisser libre cours. Son incorporation au Parlement andalou, comme avocat de l’opposition, pourrait avoir un effet dissuasif, s’il voulait vraiment passer de la théorie à la pratique politique.

C’était, fondamentalement, un homme instruit et un grand juriste, avec une solide formation qui a commencé dans les universités de La Laguna et de Séville, où il a obtenu son diplôme en droit. Plus tard, à l’Université de Grenade, il a obtenu un doctorat en sciences politiques, spécialisé en droit public. En outre, il était professeur de théorie de l’État.

Le droit était, en plus d’une profession, un vocation et tout au long de sa vie il s’est tenu au courant des études et de la jurisprudence, particulièrement intéressé par le droit comparé et avec un jugement étranger toujours en poche et prêt à soutenir ses arguments dans n’importe quel débat.

Mais il n’y avait pas que la loi qui l’excitait. La histoire C’est une autre de ses passions, liée à son profil juridique, qui l’a amené à se plonger, par exemple, dans l’étude de l’Inquisition espagnole, attiré et en même temps horrifié par un système juridique avec lequel il n’était pas du tout d’accord.

Car si quelque chose caractérisait Plcido Fernndez-Viagas Bartolom, c’était sa véhémence lorsqu’il exprimait ses opinions et ses critique sur la réalité du temps qu’il a dû vivre.

« Un projet aussi modernisateur et séduisant que le Républicain échoue à cause de l’intolérance, espérons que les membres de notre gouvernement actuel n’atteignent pas le même niveau d’irresponsabilité. Le malheur, c’est qu’au fanatisme de l’époque s’ajoute une énorme médiocrité. manca finezza comme dirait Giulio Andreotti », terminait son dernier article dans EL MUNDO, dont le titre, Jacobinisme exclusif c’était toute une déclaration d’intention.

Plcido Fernndez-Viagas Bartolom Il est né à Tanger en 1952 et décédé à Séville le 17 juillet 2021.

Vous pourriez également aimer...