Denis Itxaso; le «  propriétaire  » de l’ancienne prison de Nanclares qui est exclu du transfert des prisons à Euskadi

Le délégué du gouvernement a déjà tenté en vain de faire reprendre les installations par le département du logement. La réalisatrice de Saint-Sébastien Iciar Bollain tourne son film sur Maixabel Lasa

Le délégué du gouvernement Denis Itxaso au siège de la sous-délégation

Le délégué du gouvernement Denis Itxaso au siège de la sous-délégation du gouvernement au palais Chvarri à Bilbao.
PATXI CORRAL PRESSE ARABA

Le délégué du gouvernement Denis Itxaso a ajouté aux fonctions de son poste la recherche d’un usage pour l’ancienne prison de Nanclares qui fermerait définitivement sa porte en métal bleu le 1er mars. L’ancienne prison a été exclue des négociations avec le gouvernement basque pour reprendre la propriété des prisons de Zaballa, Basauri et Martutene. Itxaso a passé des semaines à rechercher des usages résidentiels et logistiques pour un espace privilégié par sa localisation mais qui nécessite un investissement important pour sa réutilisation ou sa démolition.

Le délégué du gouvernement Denis Itxaso a reconnu aujourd’hui que l’ancienne prison de Nanclares ne fera pas partie de l’immobilier que l’exécutif d’Urkullu assumera à une date encore à préciser. Le gouvernement basque aspire à ce que ce transfert soit clôturé avant la fin du mois de mars, bien qu’Itxaso, qui connaît en détail l’évolution des contacts, ait prévenu que le calendrier convenu marque le développement des « négociations », laissant ouverte une date ultérieure pour le accord.

Le gouvernement d’Urkullu a clôturé 2020 révélant l’existence d’un « projet » avec la ministre des Administrations publiques de l’époque Carolina Darias et le Lehendakari lui-même a réclamé Pedro Snchez pour sa réunion à La Moncloa le 25 janvier pour insister sur ce concours, le plus important avec la gestion du régime économique de la sécurité sociale. Trois semaines plus tard, Itxaso a reconnu que l’ancienne prison de Nanclares continuerait d’appartenir à l’administration générale de l’Etat.

Itxaso sera en charge de la recherche de nouvelles utilisations pour l’énorme installation dans laquelle, en plus des cinq modules où se trouvent près de 600 cellules, il y avait aussi des bâtiments pour les fonctions administratives et de gestion, une installation pour les unités de police et plusieurs zones résidentielles. .ou «salles» utilisées par les agents pénitentiaires. Le délégué gouvernemental a déjà effectué plusieurs visites pour évaluer les possibilités de ce site ces derniers mois, accompagné même de fonctionnaires du Département du logement du gouvernement basque pour évaluer sa réhabilitation en habitations.

Cependant, le gouvernement espagnol devra prendre en charge l’entretien et la sécurité de cette infrastructure au-delà du 1er mars prochain, date qui a déjà été communiquée aux fonctionnaires qui résident dans les maisons du périmètre de la prison. Le ministère de l’Intérieur a refusé de réparer une chaudière cassée dans le système d’eau et de chauffage et a maintenu les utilisateurs de ces maisons dans des conditions inhumaines.

Après la publication par EL MUNDO de la situation d’abandon des fonctionnaires et de la prison elle-même, le gouvernement central a activé le système de surveillance de l’enceinte par des caméras, activé le contrôle de la porte d’accès qui jusqu’à ce moment restait ouverte et propre les parties communes pratiquement abandonné pendant des mois.

Un nettoyage qui a également coïncidé avec les premiers travaux préparatoires au tournage du dernier film du réalisateur de Saint-Sébastien, Iciar Bollain. Bollain filme à Nanclares des séquences de son film ‘Maixabel’ sur la vie de Maixabel Lasa, la veuve de Juan Mari Juregui, assassinée par ETA en 2000.

Pendant quelques semaines, l’équipe de Bollain a préparé l’espace à l’intérieur de la prison dans lequel certaines scènes seront tournées depuis que Lasa a reçu une demande de l’un des meurtriers de son mari pour la rencontrer en prison, Nanclares où il purge sa peine. Bollain aborde dans ce film le rôle d’une victime comme Maixabel qui, en plus d’assumer le poste de secrétaire général de la coexistence, a participé aux soi-disant Rencontres réparatrices qui ont mis les victimes de l’ETA en contact avec des terroristes repentants.

Vous pourriez également aimer...