Des agents de toutes les forces de police se dressent contre le gouvernement : « Si la réforme est consommée, la rue brûlera »

  • Loi sur la sécurité des citoyens Les organisations de police et de gardes civils s’unissent pour éliminer 100 000 agents contre le gouvernement pour la réforme de la loi bâillon
  • Questions et réponses La nouvelle loi du bâillon : le début de la fin pour les balles en caoutchouc

Au-delà du fond où le gouvernement a l’intention d’installer la nouvelle loi sur la sécurité des citoyens, dans le Forces et organes de sécurité de l’État il y a une douleur profonde et manifeste d’avoir été exclu du débat pour réformer la réglementation. Aussi à cause du sentiment qu’ont les agents d’être obligés d’affronter le crime sur leur propre terrain et avec la pression supplémentaire – et inflexible – de devoir le battre.

Avant d’élaborer sur les différentes formes de perte d’autorité qu’ils s’aventurent, des policiers, des gardes civils et des organes autonomes et locaux se plaignent amèrement de l’incapacité dialectique de l’Exécutif de Pedro Sánchez. Le changement par lequel, entre autres, il n’est pas nécessaire de notifier les manifestations, par lesquels les matériels utilisés pour le contrôle des émeutes sont limités ou par lesquels le temps des identifications est limité, a réveillé une série de qualificatifs dévastateurs implacables. C’est une convulsion généralisée sans fissures de la part de tous les corps affectés. Sans exception.

Pour la première fois dans l’histoire, les syndicats et les groupes de la Garde civile, de la Police nationale, des troupes et agents régionaux et locaux qui ne sont pas attachés à ce mouvement se sont serré la main pour protester et le feront dans la macro-manifestation qu’ils ont organisée le lendemain 27, quand ils ont l’intention de faire descendre 100 000 agents dans la rue. La réforme de la loi suppose un tir tellement étranger à leur manière de travailler que, soulignent-ils, ils n’ont eu d’autre choix que de prendre Madrid pour essayer de faire réfléchir le gouvernement.

août
Agustn Leal, agents de la Garde civile et secrétaire général du Jucil.JAVIER BARBANCHO.

Le plus triste, c’est qu’ils ne nous ont même pas consultés ou se sont assis avec nous pour une réforme aussi importante. Nous connaissons le terrain et ils nous ont laissés sur la touche. C’est un manque de but et un gaspillage total de nos fonctions. On peut perdre le caractère d’agents d’autorité, raisonne-t-il Agustn Leal, secrétaire de communication de Jucile.

Leal est catégorique quant aux projets de modification de la réglementation. C’est une trahison. C’est comme si quelqu’un avait donné une page blanche à un anti-establishment et dit « mets ce que tu veux ». Il critique particulièrement le libre accès aux manifestations spontanées. Si on ne sait pas qu’il va y avoir une manifestation, on ne peut pas préparer un dispositif anti-émeute, et une manifestation inopinée qui peut devenir massive et violente, et dans laquelle on a à peine deux heures pour s’identifier, peut devenir le chaos. Si la réforme est consommée, la rue brûlera, prévient-il.

Ils donnent carte blanche au crime et nous attachent pieds et poings

Leal tient également à préciser que la revendication de tous les groupes va au-delà du retrait de l’usage des balles de la police anti-émeute. La balle en caoutchouc est toujours la dernière option des agents. Lorsque cela se produit, c’est parce qu’il faut éloigner les manifestants qui commettent des actes de violence. Des méthodes moins nocives sont généralement utilisées. Cette nouvelle façon force une mêlée qui n’a aucun sens. La victime totale de tout cela, le véritable otage, c’est le citoyen car c’est une réforme qui favorise les barbares, les violents et les anti-systèmes. Ce n’est pas typique d’un pays de la Union européenne.

Délégué de Jupol et membre de l'UIP du Corps de la Police nationale
Délégué de Jupol et membre de l’UIP du Corps de la Police nationale.JAVIER BARBANCHO

Dans la même veine que Leal, le délégué de Jupol et membre du Unité d’intervention policière (UIP) du Corps de la police nationale, la soi-disant police anti-émeute, qui fait une dissection profonde du problème qui montre sa profondeur. En tant que policiers, notre sang bout et les gens ne peuvent pas gagner leur vie. C’est quelque chose qui touche la société et je donne un exemple : si une manifestation, parce qu’elle n’était pas prévue, coupe inopinément une rue ou une autoroute, cela peut vous empêcher d’arriver à l’heure pour l’entretien d’embauche de votre vie, un examen, chez le médecin avec votre enfant ou même à un accouchement. Que les voies de communication soient claires est essentiel pour beaucoup de choses. La réforme de la loi fait perdre le respect d’autrui.

L’agent énumère les mesures qui seront prises si la réforme de la loi sur la sécurité citoyenne est consommée. Quand on a des preuves d’une mobilisation, il y a une prévision et donc on établit des points de sécurité ou des itinéraires de métro alternatifs, mais si du coup 50 000 personnes se présentent sans prévenir, on n’a pas la capacité de réagir.

Cette loi nous rend sans défense, maintenant les agents sont une cible facile

Les conséquences? Les transports en commun ne pourront plus circuler ou s’effondreront. Le chaos. Il s’agit certainement d’un changement structurel en matière de sécurité publique. De plus, il s’imprègne également sans restriction de faire découper leur matériel de travail, notamment les balles en caoutchouc. Arrêter de les utiliser dans des manifestations violentes avec le nombre d’agents que nous sommes et sans moyen de dissuasion nous empêchera de contenir autant de monde. Soyez le triomphe de l’anarchie. Ici – argumente-t-il avec véhémence – il n’y a pas de surhommes, mais des professionnels organisés qui font leur travail et qui vont le rendre très difficile. Et il lance une réflexion qui reflète le sentiment du collectif : Cette réforme est née d’une vision idyllique. En réalité, cela ne profite à personne, cela ne suppose que la perte de la paix publique. C’est la peur du boulanger, du propriétaire du magasin de luxe, du citoyen qui a sa moto garée dans la rue et le lendemain il peut la trouver brûlée et ne peut pas aller travailler…

Marcos Veiras, officier de police
Marcos Veiras, agent de la police nationale et secrétaire régional de Jupol en Catalogne.PA

Le scénario envisagé inquiète – et affecte – surtout Marcos Veiras, secrétaire régional de Jupol en Catalogne et agent de la Police nationale active dans le Brigade des étrangers et des frontières. La réforme, estime-t-il, menace d’accentuer les convulsions que connaît le territoire catalan.

Il vit avec sa famille dans une rue centrale de Barcelone et, après 1-O, il a dû déménager car plusieurs personnes l’ont identifié dans un bar. Ils ont brûlé sa moto. Nous ne disons pas aux voisins que nous sommes des policiers, et nous ne vendons pas les uniformes à l’extérieur. Si vous voulez mener une vie plus sociale, vous devez mentir. Veiras relie sa réflexion au fait que désormais, ce ne sera plus un crime d’identifier et de télécharger des photos d’agents sur les réseaux sociaux. Ici en Catalogne ça ne va pas nous calmer, insiste-t-il. Nous craignons que des éléments liés au radicalisme ne nous identifient. Un collègue a dû changer sa fille de l’école car ils l’ont laissée sans récréation et trois autres ont dû quitter le Corps.

C’est une réforme qui favorise les barbares, les violents et les anti-systèmes

Il n’oublie pas la réalité particulière de l’autonomie dans laquelle il travaille avec, rappelons-le, une présence très active des Comités pour la défense de la République (CDR), qui ont conduit la mobilisation sociale dans la crise politique catalane après 1-O . La réforme permet aux manifestations violentes d’avoir lieu en toute impunité. On ne va pas pouvoir anticiper et c’est extrêmement dangereux car les mouvements radicaux s’organisent de plus en plus. Le policier réprimande aussi durement qu’ils n’ont pas demandé leur avis. On ne comprend pas. Décidément, ils n’ont pas cessé d’évaluer la situation de violence dont nous avons connaissance.

Milagros C
Milagros Cvico, garde civile et secrétaire régional du Jucil en Catalogne.PA

Aussi en Catalogne travaille Miracles civiques, secrétaire régional de la Jucil, qui met en garde sur comment l’évolution de la réglementation peut contribuer à accentuer un environnement déjà très tendu. Ils nous laissent totalement abandonnés et encore plus ici, avec les gros problèmes que nous avons avec les CDR. Si auparavant les actes de violence se produisaient trop fréquemment, ils le feront désormais en toute liberté, prévient. En ce sens, il dessine une réalité qui, selon sa perception, est habituelle. A Barcelone, une demande légale et approuvée à plusieurs reprises se termine par des violences avec des incendies de conteneurs. Cette réforme va aggraver le problème.

La réforme tue la loi de prévention des différents policiers

Incontestablement – poursuit-il – le crime aura carte blanche. Nous allons être très liés pieds et poings. Il s’agit d’un abandon aux forces et organes de sécurité de l’État par l’administration. Cette loi – souligne-t-il – est un pas en arrière du légal et des pas gigantesques vers l’illégal. Cvico sauve également le rejet continu que les agents de la Institut armé et la police nationale, et est très préoccupée par le fait que ce n’est désormais plus un crime que les images de ces troupes puissent être partagées sur Internet. Qu’ils nous enregistrent et mettent ces images nous met en danger en tant qu’agents et nos familles, et plus encore avec la tension qui existe dans cette région autonome. C’est un retour en arrière. Ici -ajoutez- ils peuvent vous signaler que vous êtes un garde civil et que vous ne vous sentez pas bien. L’agent sert dans la patrouille fiscale, donc le problème qu’ils n’auront que deux heures – actuellement il y en a six – pour identifier une personne et la ramener au même point où elle a été interceptée les affecte de première main.

Ces étapes en deux heures ne sont pas possibles. Si, par exemple, nous entrons dans un établissement public et que la personne à identifier est un étranger, de nombreux contrôles doivent être effectués. Si l’on ajoute à cela qu’il doit être rendu au même endroit au bout de deux heures et que pour effectuer les démarches dans la plupart des cas il faut se rendre dans un commissariat, tout est une mission impossible, précise-t-il. Sans aucun doute – souligne-t-il – la réforme de la loi favorise le crime et, surtout en Catalogne, favorise la violence. Les antisystèmes seront libres de jouer.

Le plus blessé, l’otage de tout ça, c’est le citoyen

Juan Carlos Senz, agent et secrétaire de l’Organisation de la Syndicat Professionnel de la Ertzaintza (SIPE), est également très critique à l’égard de la réforme. Il est clair qu’il laisse les forces et organes de sécurité de l’État sans protection pour protéger davantage le criminel et remet en cause la valeur juridique que la loi nous donnait jusqu’à présent. Dans leur plainte, la place prépondérante est le reproche à l’Administration de leur avoir tourné le dos alors que le processus se déroulait en coulisses. Ils ne peuvent pas modifier un règlement de cette ampleur sans compter sur nous. Cela n’a aucun sens. Il y a un problème de fond que les forces de l’ordre ne comprennent pas : il faut faire une loi propre au XXIe siècle. N’oublions pas non plus que nous sommes garants à la fois des droits et des devoirs des citoyens.

Il représente un changement radical dans la structure de la sécurité publique

Txema Cid, gendarme national et représentant de Jupol dans le pays Basque, se prononce dans les mêmes termes que son partenaire. La réforme nous rend sans défense car nous sommes désormais une cible facile et nous devrons justifier nos fonctions. Cela fait de nous des agents vulnérables. Sans doute -aade- c’est un effet d’appel pour certains groupes puisqu’ils nous tiennent tête. Travailler dans la rue avec cette nouvelle loi va être un enfer.

Pablo P
Pablo Prez, policier national et porte-parole de Jupol.JAVIER BARBANCHO

Pablo Prez connaît précisément les marges de la sécurité citoyenne et ses différents contours. Jusqu’à présent, il n’avait jamais eu à être interrogé en tant qu’agent d’autorité. Pour le porte-parole du syndicat Jupol, la modification du règlement où, souligne-t-il, la parole d’un policier n’a pas de présomption de véracité dans un procès-verbal, est quelque chose, souligne-t-il, de très grave. À son avis, cet extrême traverse de nombreuses frontières. Cela implique que nous sommes placés au même niveau qu’un criminel. Et il donne un exemple graphique : C’est comme si la parole d’un conducteur valait la même chose que celle d’un policier quand le conducteur a sauté un feu rouge et qu’il n’y a pas de caméra. Cela remet en cause notre professionnalisme et cela crée un précédent très dangereux.

Le typhon policier incessant dû à la réforme de cette loi, qualifiée péjorativement Loi sur le bâillon, connaîtra son point culminant avec la manifestation de samedi avec laquelle les syndicats veulent entrer dans l’histoire.

Vous pourriez également aimer...