Des centaines de radicaux se rassemblent devant l’hôtel de Ceuta où se trouvait Abascal et boycottent la loi Vox

La délégation gouvernementale avait interdit l’appel en invoquant des problèmes de sécurité, mais les manifestants ont réussi à se concentrer contre Vox

Enfin, le rallye Vox n’a pas eu lieu à Ceuta. La convocation de cette formation s’est limitée, avant l’interdiction de la Délégation Gouvernementale, à une nomination de son président, Santiago Abascal, avec les médias devant l’hôtel où il séjournait dans lequel il a dénoncé les tentatives du Gouvernement de muselez-les. Il a dénoncé « la mafia corrompue du PSOE, qui a utilisé les institutions » pour empêcher l’acte de VOX: « Ils ont permis une manifestation illégale criant » Allahu akbar « et » Sanchez président «  ».

Auparavant, des centaines de radicaux ont encerclé l’hôtel où séjournait Abascal pour tenter d’empêcher l’apparition du chef Vox. Il avait prévu de se rendre dans un parc public pour faire une déclaration aux médias. Mais la présence des radicaux l’a obligé à parler aux médias à l’hôtel où il résidait. La concentration contre Vox n’a pas été dissoute par la délégation et les radicaux ont presque réussi à accéder au même hôtel où séjournait Abascal.

L’appel pour Vox à Ceuta avait rompu tous les stratagèmes. Le chef de cette formation a appelé à un acte pour dénoncer la politique frontalière de l’exécutif et soutenir à la fois les forces et organes de sécurité de l’État et le citoyen de Ceutian après le dernier assaut à la frontière.

Devant son hôtel, plusieurs centaines de radicaux se sont rassemblés qui, avec des cris, des insultes et des bousculades, ont réussi à boycotter la présence sur la rue Abascal. La police a dû déployer un dispositif pour les contrôler car il s’agissait d’une concentration non autorisée. Cinq des participants ont été identifiés par les agents.

Abascal a déjà déménagé dans la ville autonome lorsque l’avalanche avec plus de 8 000 Marocains a eu lieu. Aujourd’hui, il avait prévu de tenir un autre acte et là, il a déménagé. Mais la délégation gouvernementale, invoquant des raisons de sécurité, a interdit l’acte. Vox est allé à la justice. Vox a compris qu’il n’y avait aucune raison claire de limiter son acte politique à Ceuta.

Abascal a montré sa volonté de maintenir l’appel, qui a finalement été lancé lors d’une apparition devant les médias dans laquelle il a dénoncé les tentatives du gouvernement et des parties de mettre un «  bâillon  » sur Vox et ne peut pas s’adresser directement aux Ceutes pour expliquer que ils sont victimes d’une invasion.

Il a déjà dénoncé avoir subi «mille et un voyages en Andalousie» de la part du PP pour maintenir son acte public dimanche dernier à Séville, où, malgré le fait qu’il se répandait que l’acte avait été interdit par la délégation gouvernementale (fait démenti même dans ce cas) a rassemblé plus d’un millier de partisans.

De Vox, Abascal lui-même a dénoncé sur son compte Twitter que le gouvernement régional, par l’intermédiaire du ministre de la Santé, souhaite que ceux qui ont l’intention d’assister à l’événement s’identifient avec toutes leurs données, «quelque chose d’inouï dans un acte politique».

Vox considère que ce qui s’est passé à Séville et maintenant à Ceuta est un «scandale politique». Abascal a montré sa volonté de maintenir l’acte de Ceuta et de faire des déclarations aux médias.

Les groupes politiques de l’Assemblée de Ceuta (PP, PSOE, MDyC et Caballas) ont signé une lettre couvrant l’interdiction de la loi Vox afin d’éviter des situations de tension à Ceuta. Ils ont considéré des « attitudes provocantes » que Vox avait appelé à une manifestation dans la ville autonome. « Le PP, le PSOE et les islamistes signent un document contre le droit de VOX de manifester à Ceuta », a répondu Vox à la signature de ce document.

Vous pourriez également aimer...