Des étudiants de Cdiz en voyage de fin d’année à Majorque dénoncent être confinés dans un hôtel

Le gouvernement des Baléares veut les transférer dans un hôpital Covid, mais les parents refusent car ils affirment qu’ils sont en bonne santé, personne ne les a testés et il y a des mineurs qui ont besoin d’un consentement parental

Des étudiants de Cdiz à Majorque dénoncent être confinés dans un hôtelLe monde
  • Pandémie Le déclenchement des voyages d’études met en échec la politique touristique d’Armengol et Sanchez
  • Santé La macro-épidémie après des voyages de fin d’année à Majorque enregistre des cas dans huit communautés autonomes

Ce qui devait être un inoubliable voyage de fin de cours au Majorque plein d’activités est devenu un véritable cauchemar pour un groupe de 32 étudiants de la ville de Cadix San Fernando que ce dimanche ils sont confinés dans leur hôtel, avec des gardes civils à l’entrée et sous peine de « lourdes amendes » s’ils quittent les chambres.

« Ils nous utilisent comme cobayes, ils veulent nous isoler par la force dans un hôtel Covid, où il est fort probable que nous soyons infectés, et personne ne nous teste. » C’est l’appel à l’aide qu’ils ont lancé dans une vidéo Lola Cayetano, Blanca Mndez Castaeda et Isabel Cepedano, trois des lycéens de deuxième année de San Fernando désormais confinés à l’hôtel Cassandra de Mallorca.

Les autorités des Baléares veulent transférer le groupe d’étudiants de San Fernando à Hôpital Palma Bellver de Palma de Majorque, un centre médical pour traiter les cas de coronavirus qui a 384 chambres répartis sur 14 étages.

Mais les élèves et leurs parents refusent d’être confinés dans un centre médical car ni l’un ni l’autre n’est malade ou ne présente de symptômes de Covid et ils ne font pas les tests non plus pour confirmer ou exclure la maladie. De plus, les enfants, qui ont terminé deuxièmes du baccalauréat, ont entre 17 et 19 ans. Par conséquent, il y a mineurs nécessitant une autorisation parentale d’être isolé dans un hôpital Covid, ont prévenu les parents.

Jess Cayetano, padre de una de las estudiantes, ha explicado este domingo a EL MUNDO que el grupo de estudiantes de San Fernando viaj hacia Mallorca el pasado 24 de junio, despus de que se produjeran los brotes masivos en la isla entre los das 18 y el 20 de juin. De plus, ces étudiants ont commencé leur voyage de fin d’année après avoir fait un test d’antigène négatif.

« Nos enfants n’ont pas été liés à d’autres voyages d’études et lorsqu’ils sont arrivés à Majorque, il n’y avait plus de groupes d’infectés, selon ce que nous avons lu dans la presse », a déclaré le père.

Garde à vue

Ce journal a eu accès à une résolution du gouvernement des Baléares dans laquelle le directeur général de la santé publique et de la participation ordonne le « confinement forcé en isolement, en garde à vue », à l’hôpital Palma Bellver de Palma de Majorque avec un total de 235 personnes, considérées comme « des contacts étroits de divers citoyens positifs au SRAS CoV-2 ».

Parmi ces 235 personnes figurent les 32 étudiants de San Fernando hébergés à l’hôtel Cassandra, qui « doivent maintenir, à ce jour, isolement préventif dans l’établissement agréé à cet effet par les autorités sanitaires et le service autonome de santé publique, jusqu’à ce qu’ils obtiennent soit un résultat négatif du test de diagnostic d’infection active qui est effectué, soit en cas de non acceptation du test jusqu’à la période de prévention l’isolement nécessaire pour exclure une contagion efficace s’est écoulé », indique la résolution du gouvernement des Baléares.

« Malheureusement, selon les responsables des établissements hôteliers où ils séjournent et les forces de sécurité de l’Etat, il existe un tentative de contournement de masse d’effectuer ce test, en essayant de partir par voie aérienne ou maritime de cette île », ajoute le gouvernement des Baléares dans sa lettre.

Les autorités sanitaires des Baléares veulent transférer les étudiants à l’hôtel Palma Bellver pour subir un dépistage afin de détecter le Covid et les garder en « isolement préventif jusqu’à l’obtention du résultat des tests effectués « , ajoute la résolution. L’hôtel Palma Bellver est un établissement contracté et autorisé par le Service de santé des îles Baléares pour l’hébergement de passants à Majorque, qu’il s’agisse de cas ou de contacts positifs confirmés ou suspectés.

Jeunes en voyage de fin d’année à Majorque envisagé par le gouvernement des Baléares « contacts étroits » des positifs au Covid doivent subir un test PCR, « en maintenant un isolement préventif jusqu’à l’obtention d’un résultat négatif ». S’ils refusent de le faire, ils doivent économiser « quarantaine obligatoire 10 jours à compter du dernier contact avec un cas positif confirmé », ajoute la résolution susmentionnée.

Et les étrangers ?

Ce dimanche, les étudiants de San Fernando attendent dans leurs chambres de l’hôtel Cassandra, toutes concentrées au premier étage de l’établissement hôtelier. « Nous sommes le seul groupe d’étudiants dans l’hôtel et nous sommes les seuls confinés car les étrangers qui sont ici passent librement par l’hôtel », ont expliqué les jeunes qui demandent de l’aide pour pouvoir repartir car « ils rendent notre voyage amer.

Ce groupe d’étudiants doit rentrer de Majorque ce mardi 29 juin, mais ils ne savent pas s’ils pourront ou non retourner à San Fernando. Certains jeunes ont des tests la semaine prochaine pour entrer corps militaire, d’autres ont l’intention de se présenter aux épreuves de Sélectivité pour augmenter la note et ils doivent également faire l’inscription à l’université. « Cette situation est très injuste et honteuse », disent-ils.

Un garde civil, à l'entrée de l'hôtel Cassandra.
Un garde civil, à l’entrée de l’hôtel Cassandra.LE MONDE

Les communautés autonomes ont signalé plus de 850 positifs dans le coronavirus lié aux voyages de fin de cours à Majorque ces dernières semaines, la Communauté de Madrid étant la plus touchée avec 363 étudiants infectés et avec 3 000 autres qui ont été exposés à la « macro-épidémie » et qui restent en quarantaine.

Outre la Communauté de Madrid, la Communauté de Valence, Murcie, Castille-La Manche, la Galice, la Catalogne, Pas Vasco et Aragn sont les territoires dans lesquels des infections ont été confirmées au cours des deux dernières semaines à la suite de voyages.

Concert de reggaeton

Les épidémies sont originaires d’un concert de reggaeton sur la Plaza de Toros de Palma qui s’est tenu il y a plus d’une semaine et de différentes fêtes sur des bateaux et des hôtels. A Palma, le gouvernement des Baléares a signalé ce dimanche l’isolement au cours des dernières 48 heures de 78 jeunes péninsules qui ont été directement ou indirectement liées au déclenchement du voyage d’étude à Majorque, dont 33 ont été testées positives pour Covid-19.

En Andalousie, la présidente du conseil d’administration, Juanma Moreno, a déclaré ce vendredi qu’un total de « 476 jeunes andalous ont participé à ces « voyages de fin d’année à Majorque. Les étudiants » sont tous localisés et en isolementDe plus, la PCR a déjà commencé sur ces jeunes, car ils sont considérés comme des contacts étroits de cas de contagion lors de ce voyage à Majorque.

Le ministère de la Santé a recommandé aux étudiants qui envisagent d’entreprendre un voyage de fin d’année à Majorque et qui n’ont pas encore commencé à le faire Annuler, en raison des foyers de Covid-19 détectés liés à ces déplacements.

Vous pourriez également aimer...