Desi, le chien-guide qui s’est faufilé au bord de la dernière promotion de l’histoire de l’UCLM

Son propriétaire, Abel, a perdu la vue à la suite d’une neuropathie dégénérative irréversible à l’âge de 56 ans et a décidé de retourner aux études.

La salope Desi, à la limite de l'UCLM.
La salope Desi, à la limite de l’UCLM.UCLM

En marge de la dernière promotion de la licence en Histoire de la Université de Castille-La Manche (UCLM) « étonnant » que parmi les bustes d’étudiants avec une bande bleu clair, celui avec le chien se démarque desi, qui a accompagné son propriétaire, Abel Beldad Serrano, dans une aventure d’amélioration depuis qu’il a perdu la vue à cause d’une maladie dégénérative.

Abel Beldad Serrano est l’un des vingt-cinq membres de la dernière promotion de la Licence en histoire de l’Université de Castilla-La Mancha (UCLM). Comme le reste de ses collègues, il a commencé ses études universitaires à la Faculté des lettres à partir de Ville royale en 2018, et maintenant, quatre ans plus tard, il apparaît sur la frontière commémorative qui certifie le dernier lot de nouveaux historiens.

La particularité de cette frontière est la particularité d’Abel. C’est une labrador retriever nommée Desi et elle l’accompagne depuis six ans, à partir du moment où Abel a perdu la vue à la suite d’une neuropathie dégénérative irréversible alors qu’il avait 56 ans, a rapporté l’UCLM dans un communiqué.

« Soudain, j’ai commencé à voir comme à travers le brouillard, puis je n’ai plus rien vu », explique Abel, qui dirigeait alors le barrer les arches, un établissement populaire du Rue de la Mata, dans la Cité Royale. « J’ai dû quitter le bar parce que c’était impossible de continuer à travailler comme ça, même si j’ai essayé de le garder jusqu’à la fin », raconte-t-il.

Je ne pouvais pas lire le Braille

Il a donc décidé d’étudier pour un diplôme en histoire. Pourquoi l’Histoire ? « Parce que je l’avais toujours beaucoup aimé et maintenant j’avais le temps. » Facile. Facile? Jusque-là, Abel Beldad Serrano était diplômé du centre d’éducation des adultes et ne savait pas lire le braille. Malgré cela, il a préparé les examens d’entrée à l’université pour les plus de 45 ans et les a réussis. Le reste appartient à l’histoire.

Même s’il lui reste encore quelques matières et le projet de fin d’études pour obtenir son diplôme, Abel Beldad Serrano n’a pas voulu laisser passer l’occasion de partager la frange avec le reste de la classe, avec l’équipe pédagogique et avec son chien. « Desi est venue à tous les cours avec moi, elle fait partie de la faculté et elle se comporte toujours à merveille », dit-elle.

Dans cette aventure de dépassement de soi, Abel apprécie sincèrement l’aide de ses camarades de classe, des professeurs et des Service de soutien aux étudiants handicapés (SAED) de l’Université de Castilla-La Mancha.

« Les gens de la SAED vous accompagnent dès le début de vos études à l’Université, ils vous aident pour tout, ils vous informent des procédures ou des horaires et ils vous accompagnent même sur les lieux jusqu’à ce que vous vous familiarisiez avec eux », affirme Abel, qui insiste aussi sur la bonne humeur des professeurs et des élèves. Et il encourage les gens comme lui qui rencontrent des difficultés à ne pas abandonner leur rêve universitaire.

Vous pourriez également aimer...