Deux frères avouent avoir tué leur mère et caché le corps pour continuer à toucher leur pension

Ils soutiennent que la femme de 88 ans, atteinte de la maladie d’Alzheimer, d’une perte de vision et de graves problèmes de mobilité, leur a donné beaucoup de travail.

Intérieur d'une salle de la Cour provinciale de Teruel, lors d'une ...

Intérieur d’une salle de la Cour provinciale de Teruel, lors d’un précédent procès.
JORGE ESCUDERO

  • Madrid.

    Enterre le cadavre de sa mère à la maison pour continuer à percevoir sa pension

  • Navarre.

    Une femme condamnée à deux ans de prison pour avoir perçu la pension de sa mère décédée pendant 23 ans

Les frères Pierre et Isabel Blasco Yusta Ils ont admis avoir tué leur mère et caché son cadavre enfoncé dans un placard afin de pouvoir continuer à toucher leur pension. C’est ainsi qu’ils ont avoué ce jeudi lors du procès, avec un jury populaire, tenu au Cour provinciale de Teruel et qu’il a duré à peine deux heures car il y avait un accord entre le Poursuivre et les moyens de défense dans la pétition pour les sanctions.

Mère, ngela yusta, 88 ans, souffrait de la maladie d’Alzheimer, d’une perte de vision et de graves problèmes de mobilité. Compte tenu de ces circonstances et «du travail qui leur a donné», les enfants ont décidé de mettre fin à leurs jours le 3 mars 2017 dans la maison familiale que les trois partagent dans la ville de Teruel de Pozondn.

Les deux frères ont admis avoir caché le corps pour continuer à percevoir leur pension, ce qui leur a permis d’entrer 30755 euros jusqu’à ce qu’en juin 2019, le meurtre soit découvert et qu’ils soient arrêtés. Depuis, ils sont en prison.

Fiscal, Benito Soriano, a demandé 16 ans de prison pour Pedro Blasco en tant qu’auteur présumé d’un crime de meurtre avec circonstance aggravante de parenté et de trahison, bien qu’il applique la circonstance atténuante d’explosion ou d’obstination. Et huit ans pour sa sœur comme complice, car, bien qu’il connaissait les intentions de son frère, il n’a rien fait pour l’empêcher. Il demande également, pour fraude à la Sécurité sociale en percevant indûment la pension, six mois de prison et l’obligation de restituer les 30 755 euros.

Lors de l’audience, plusieurs agents de la Garde civile, qui sont intervenus dans l’affaire, ont expliqué que Pedro Blasco avait avoué « spontanément » qu’il avait assassiné sa mère en plaçant un oreiller sur son visage jusqu’à ce qu’elle cesse de respirer. Plus tard, avec l’aide de sa sœur, il a caché le corps dans un placard.

« Je vais le faire »

Aux questions du procureur, le fils s’est toujours borné à répondre par un bref «s» en reconnaissance des faits. Il a essayé de brûler le cadavre « parce qu’il sentait mauvais », mais a abandonné quand il a vu que les flammes se propageaient. Il a également reconnu que le jour du meurtre, la mère avait été particulièrement bouleversée par des cris et des appels continus à ses enfants à l’aide.

Selon le Procureur, la situation de la mère a provoqué la réponse «irréfléchie» de son fils, qui a communiqué à sa sœur: «Je vais le faire».

Isabel, 51 ans, a été «désolée» et à plusieurs reprises n’a pas été en mesure de retenir ses larmes. À la fin de la séance et lorsque le tribunal lui a proposé de dire ce qu’il jugeait approprié, il a indiqué qu ‘«il n’avait rien à dire», tout en ajoutant: «Je n’ai rien fait».

Pedro, 49 ans, a déclaré que « toujours » il a respecté et respecté « le système judiciaire espagnol et les forces de sécurité » et qu’il a confiance que la peine qui lui a été infligée « est juste ».

Vous pourriez également aimer...