Deux marins tués lorsqu’un bateau de pêche a coulé au large de la ville corse de Cedeira

Semper Geto revenait des Asturies, où il avait travaillé jusqu’à l’aube. Un coup de mer aurait pu provoquer le naufrage

Des agents de la Garde civile et des marins déplacent le corps d'un des défunts.
Des agents de la Garde civile et des marins déplacent le corps d’un des défunts.Kiko DelgadoEFE

Le naufrage du bateau de pêche Semper Geto au large de Cedeira (A Corua) ce jeudi a causé la mort de deux de ses dix membres d’équipage, l’un après avoir été grièvement blessé par l’événement et un autre après avoir été récupéré sans vie dans la zone de l’incident.

Le naufrage s’est produit peu avant deux heures de l’après-midi à proximité de San Andrs de Teixido, dans une section côtière qui correspond à la bande qui va de Punta Candieira à Cario (A Corua).

Huit des dix occupants du navire, basé à Portosn (Porto do Son, A Corua), ont été secourus par des bateaux opérant dans la zone. Alors qu’un autre marin était assisté par l’hélicoptère Helimer 401, il est décédé des suites de blessures graves lors de son transfert à l’aéroport d’Alvedro. Enfin, un dixième ouvrier est resté porté disparu pendant plusieurs heures et le 112 Galicia a confirmé à 17h25 qu’un bateau qui a collaboré à la recherche avait retrouvé son corps sans vie.

Des sources de l’opération d’urgence ont déclaré à Efe qu’un coup de mer aurait pu causer le naufrage.

Le Semper Geto revenait des Asturies, où il avait pêché jusqu’au petit matin de ce jeudi, et a fini par chavirer à environ 2 milles au nord-ouest de Cedeira, où sa quille était au soleil.

Les tâches pour localiser le membre d’équipage manquant étaient conditionnées par les fortes vagues et le vent dans l’environnement.

Le personnel médical a pris en charge les personnes secourues dans le port de Cedeirs, où le cadavre du marin est arrivé après 17h30. Certaines des personnes touchées ont été transférées à l’hôpital pour des blessures.

Les défunts étaient âgés de 45 et 48 ans, selon le patron en chef de la confrérie de Portosn, Isaac Gacio, qui a expliqué que le premier, d’origine marocaine et nommé Anbal, résidait à Porto do Son depuis plusieurs années.

A son sujet, il a fait remarquer qu’il était « très aimé dans la région et un travailleur acharné » et a souligné qu’après « de nombreuses années à travailler ici, il est allé au Maroc et a amené sa famille ».

Le deuxième défunt, qui a un fils, était Francisco Betanzos, un habitant de la paroisse Sonense de Caamao et un marin « toute sa vie ».

Le chef du psychisme a également montré sa « consternation » et a qualifié les événements de « très durement touchés » et « d’inattendus ».

Vous pourriez également aimer...