Deux techniciens de la Junta de Castilla-La Mancha reconnus coupables d’homicide par imprudence pour la mort d’un garçon de 13 ans

« Si l’accusé avait agi avec l’urgence requise le 6 octobre et conformément aux termes du message envoyé par l’école, et avait vérifié que (le mineur) avait reçu une assistance médicale le même jour, le décès (trois jours plus tard) » .

Telle est la conclusion à laquelle est parvenu le président du tribunal pénal numéro 2 de Guadalajara, Nuria Barabino Ballesteros, de condamner deux techniciens mineurs du conseiller d’aide sociale du Conseil communautaire de Castilla-La Mancha et l’arrière-grand-mère de l’enfant décédé à une peine de sept mois de prison pour un crime d’homicide par imprudence.

En plus de cette peine, qui a été réduite à son minimum par le retard injustifié du traitement de l’affaire, sept ans (2014-2021), les deux techniciens du Conseil, l’un d’eux employé par une association à but non lucratif embauché par le gouvernement régional pour le développement du programme de placement familial à Guadalajara et Toledo , Actia, ont été condamnés à 18 mois d’interdiction de tout emploi public ou métier en rapport avec les mineurs.

Le juge a décidé que la Junta de Castilla La Mancha et Actia sont civilement responsables subsidiaires des condamnés, pour lesquels ils doivent verser aux parents du mineur décédé une indemnité de 76 690,12 euros.

Selon le contenu de la condamnation, en date du 30 septembre, désormais notifiée aux parties et à laquelle EL MUNDO a eu accès, le mineur JC, âgé de 13 ans, est décédé dans l’après-midi du 9 octobre 2014 des suites d’un diabète qui s’est compliqué car ni l’arrière-grand-mère ni les deux techniciens n’ont adopté « les mesures nécessaires pour que le mineur reçoive une assistance médicale urgente ».

Famille dysfonctionnelle

De l’exposé des faits prouvés par le juge, il est détaillé que JC, né en 2001, avec à peine trois ans, était déjà en situation de abandon, dont la Junta de Castilla-La Mancha l’a pris en charge, qui l’a confié en situation légale de placement familial à l’arrière-grand-mère de l’enfant, Isabelle AS F.

Issu d’une famille complètement déstructurée, avec le père en prison et chaque conjoint à ses côtés, les services sociaux ont compris que la meilleure solution, plutôt qu’un centre d’accueil, était le milieu familial le plus stable et le plus proche : l’arrière-grand-mère.

La famille s’est d’abord installée à Horche et plus tard dans celui de Alovera, les communes de Guadalajara dans lequel le mineur a suivi les cours et a été pris en charge dans les centres de santé locaux, toujours sous la supervision des techniciens du Conseil en charge de son dossier. A partir de cette date, 2012, le médecin de famille d’Horche rapporte que « le mineur JC passe des examens et n’a pas souffert d’une maladie grave ».

Cependant, en 2014, les problèmes de santé de l’enfant ont rapidement commencé : le 29 mai, l’école a fait part de son inquiétude quant à l’état de santé de l’enfant au technicien de l’accueil, qui a signalé qu’« ils ont détecté des maladies mineures telles que la diarrhée et l’eczéma sur la peau.  » Quelques jours plus tard, le 12 juin, un autre rapport socio-éducatif du centre soulignait une nouvelle fois son inquiétude pour la santé du mineur « qui disait ne pas l’avoir emmené chez le médecin ».

Les faits

Les problèmes de santé ne s’arrêtent pas, au contraire, ils s’aggravent. Ainsi, le 3 octobre, six jours avant sa mort, le garçon n’est pas allé à son institut et lorsque son arrière-grand-mère a été appelée, elle a dit que « je voulais l’emmener chez le médecin ». Trois jours plus tard, le 6 octobre, c’est le mineur lui-même, qui présente « une apparence maladive », qui raconte à son tuteur qu’il est malade depuis plusieurs jours, qu’il vomit, et que « l’arrière-grand-mère ne l’avait pas emmené au médecin. »

Le tuteur le renvoie chez lui et informe le conseiller de l’institut, qui envoie aussitôt un mail aux deux techniciens du Conseil, courrier qui a servi de base au juge pour les condamner : « Je viens de parler avec le tuteur de JC. Il me dit que l’élève est malade depuis mercredi dernier et qu’il a vomi. En effet, il me dit qu’à son avis, il faut l’emmener chez le médecin d’urgence car il a les yeux jaunes et ne va pas bien. Le tuteur est très inquiet sur son apparence ».

Cependant, selon le juge, les deux techniciens de Mineurs, après avoir reçu ce courriel, se sont limités à appeler l’arrière-grand-mère de la mineure par téléphone pour l’informer qu’elle devait emmener l’enfant chez le médecin. Lorsque l’arrière-grand-mère les a informés qu’elle avait déjà rendez-vous pour deux jours plus tard, le 8 octobre, ils n’ont fait aucune autre démarche ni même vérifié le 8 que la visite avait eu lieu.

De l’exposé des faits prouvés dans la peine, il est précisé qu’entre le 6 et le 9 octobre 2014, le mineur a subi une aggravation rapide et progressive de son état de santé qui l’a conduit à la mort, sans que l’arrière-grand-mère l’emmène à le centre de santé, malgré un rendez-vous, ni les techniciens du conseil n’ont fait aucune autre action pour s’enquérir de la santé de l’enfant.

Le rôle de l’arrière-grand-mère

Ainsi, il a été prouvé qu’à 6h43 le matin du 9 octobre, l’arrière-grand-mère a appelé le 112 pour signaler que son petit-fils n’arrêtait pas de vomir tout ce qu’il avait ingéré et que « c’était éteint et pourri ». On lui a demandé d’emmener l’enfant chez le pédiatre ce matin-là et de ne rien prendre jusqu’à ce que le médecin l’ait vu.

Cependant, au lieu de l’emmener au centre de santé d’Alovera, l’arrière-grand-mère a téléphoné pour donner la même information : que son petit-fils n’arrêterait pas de vomir. Lorsque le médecin lui a posé des questions sur les parents de l’enfant, l’arrière-grand-mère a répondu qu’il s’agissait d’une affaire privée et a simplement raccroché le téléphone, sans attendre une réponse médicale sur la santé de son petit-fils.

Quelques minutes plus tard, l’arrière-grand-mère a rappelé, cette fois au centre de santé d’Azuqueca, pour informer un médecin que son petit-fils avait pris un litre de Coca Cola et qu’il vomissait. Le médecin a prescrit du sérum oral par téléphone et qu’il a emmené l’enfant à une consultation en face à face et, au cas où il ne pourrait pas l’emmener, de lui dire qu’ils allaient chez lui pour le voir, ce que le grand -grand-mère a refusé : « Pas besoin, ce qui arrive à l’enfant lui est déjà arrivé à des occasions précédentes et il pourra s’améliorer avec l’ingestion du sérum », a-t-il répondu.

Ce même après-midi, le garçon est mort dans son lit entre deux vomissements. Il mesurait 1,5 mètre et pesait 26,5 kilos, « dans un état de malnutrition ou de déshydratation sévère ». Selon le coroner, « la cause immédiate du décès était due à un arrêt cardiorespiratoire secondaire à un choc hypovolmique ; la cause intermédiaire était l’acidocétose diabétique et la cause initiale ou fondamentale, le diabète sucré et ses complications ».

« L’attitude passive » de l’arrière-grand-mère

Selon le juge, l’arrière-grand-mère est responsable d’homicide par imprudence car « bien qu’ayant connaissance de l’état de santé du mineur et ayant reçu des instructions expresses de l’emmener chez le médecin le 06/10/2014, ainsi que d’avoir connaissance de la aggravation de son état de santé les 7, 8 et 9 octobre 2014, a adopté une attitude passive et réticente à la fois à prendre le mineur et le médecin et à faciliter l’accès du médecin au domicile, privant à terme l’enfant du besoin d’être vu par un médecin et être transféré dans un centre de santé ou un hôpital, où ils auraient pu lui sauver la vie. »

Concernant les prévenus, la peine établit qu’ils sont également responsables d’un crime d’homicide imprudent tel que celui commis par l’arrière-grand-mère du mineur car « si les prévenus avaient agi avec l’urgence requise le 6 octobre et conformément aux termes de la message envoyé par l’école, et ils auraient vérifié qu’il avait reçu une assistance médicale le jour même, la mort aurait très probablement été évitée. »

Et le juge va plus loin : « Ils savaient que jusqu’au 8ème jour je n’allais pas le recevoir (assistance médicale) sans montrer plus d’attention ou d’intérêt pour la santé du mineur car il n’y a aucune trace qu’ils ont contacté l’hôte en octobre 8 ni le jour 9. Compte tenu de la situation décrite, il était nécessaire d’adopter les mesures nécessaires pour s’assurer que le mineur reçoive une assistance médicale urgente et la vérité est qu’une action minimale telle qu’un appel aux services d’urgence du 1-1-2 ou du centre d’urgence d’Azuqueca de Henares auraient pu lui sauver la vie. »

Le quatrième prévenu, le chef de la section des mineurs de la junte de Guadalajara, a été acquitté car, selon le juge, il n’avait pas été informé et n’était donc pas au courant de ce qui s’est passé entre le 6 et le 9 octobre 2014.

Personne n’ira en prison

Pour les quatre – les trois condamnés et les acquittés – tant le procureur que les accusations privées représentées par les parents du mineur décédé avaient requis une peine de deux ans et six mois de prison, ainsi que cinq ans d’interdiction de tout emploi public liés à des mineurs, donc avec la réduction de peine et sans casier judiciaire, aucun des trois n’entrera en prison.

Le juge a acquitté les deux compagnies d’assurances incriminées, Zrich et Allianz, de tout versement d’indemnité car, bien que la première était la compagnie d’assurance du programme de placement familial au moment des faits, leur convocation en justice n’a pas été demandée par le bureau juridique de la compagnie. Conseil jusqu’à quatre ans plus tard, date à laquelle il ne gérait plus ladite couverture ; et le second parce qu’il a signé la politique avec le gouvernement régional en 2017, trois ans après les événements, et rien n’indique que le contrat indique qu’il prend des risques rétroactivement.

Dès lors, tant le Conseil que l’association Actia ont été condamnés au titre de responsabilité civile subsidiaire et devront verser une indemnité de 76 690,12 euros aux parents.

La sentence n’est pas définitive et peut faire l’objet d’un appel par les parties.

Vous pourriez également aimer...