Doutes des avocats de la famille sur la nouvelle loi : « Est-ce qu’un cochon vietnamien est un animal de compagnie ? »

  • Société Les animaux de compagnie seront légalement membres de la famille
  • Droits des animaux Le gouvernement vous obligera à suivre une formation avant d’avoir un chien

La nouvelle réglementation, qui sera complétée par la prochaine loi sur la protection des animaux promue par le ministre Ione Belarra, a suscité de nombreux doutes chez les avocats de la famille. Lors de la présentation en ligne sur le sujet organisée la semaine dernière par Aeafa -Association espagnole des avocats de la famille- plus de 500 avocats inscrits.

La nouvelle loi sur le statut juridique des animaux les considère comme des « êtres sensibles » et non des choses, comme c’était le cas jusqu’à présent, et modifie des articles de la Code civil, loi sur les hypothèques et loi sur la procédure civile adapter ces règles au nouveau concept. Les avocats de la famille sont surtout concernés dans les procédures de divorce, dans lesquelles, selon la nouvelle réglementation, le juge doit veiller au bien-être de l’animal lorsqu’il décide avec qui il reste. Jusqu’à présent, la propriété du même prévalait, de sorte qu’en cas de conflit, il était attribué à celui qui apparaissait comme propriétaire.

-Que faire si un chien a une maladie en phase terminale et que l’un veut l’abattre et l’autre non ? – demande un avocat dans le chat de ladite présentation.

– Eh bien, je ne sais pas, le juge décidera-t-il en fonction du bien-être de l’animal ? Comme toute autre chose dans le régime de propriété, en cas de désaccord entre les membres de la communauté, le juge décide, c’est ce qui me convient le mieux.

-Le juge peut-il m’accorder la garde partagée si je ne l’ai pas demandé ?

-Oui, car compte tenu du bien-être de l’animal, le juge tranche. Le juge peut comprendre que la possession exclusive de l’un des époux n’est pas appropriée.

accords réglementaires

Qui donne la conférence et répond aux questions est Ignacio Fernández Chacon, professeur de droit civil à la Université d’Oviedo, avec qui ce journal s’est entretenu quelques heures auparavant. « Désormais, en cas de séparation ou de divorce, ce qu’il adviendra de l’animal devra figurer dans l’accord réglementaire. Et il peut arriver que le juge considère que la solution à laquelle il est parvenu est contraire au bien-être de l’animal. Imaginons que le couple ait décidé que leur chien reste chez un cadre qui voyage beaucoup et qu’il lui est difficile de s’occuper de lui. Le juge peut ne pas l’approuver », explique-t-il.

-Quels problèmes la nouvelle loi vous pose-t-elle ?- avons-nous demandé.

-La loi parle d’un animal de compagnie, mais qu’entend-on par animal de compagnie ? La loi ne le définit pas et elle le fait délibérément, dans le cadre du processus parlementaire, elle a finalement exclu d’inclure une définition. Le donner reviendrait à dresser une liste des problèmes que cela implique. Un chien et un chat sont des cas évidents, mais Que diriez-vous d’un furet, d’un lapin ou d’un cochon vietnamien ?

Si le terme est défini dans le Convention européenne sur la protection des animaux de compagnie, norme de 1987 hiérarchiquement supérieure. « Et cela ne clarifie pas grand-chose non plus. Il dit : ‘Un animal de compagnie s’entend comme toute personne qui est gardée ou est destinée à être gardée par l’homme, notamment dans son propre domicile, pour lui servir de loisir et lui tenir compagnie.’ Est un Vietnamien cochon utilisé pour les loisirs ou non ? » demande Fernández Chacón.

Comment prouver le bien-être de l’animal

Une autre question qui les préoccupe est le concept de « bien-être animal ». « En quoi consiste le bien-être de l’animal et comment est-il accrédité ? Dans le cas des mineurs, où le concept est similaire, l’intérêt supérieur du mineur est déterminé par des rapports de psychologues, de pédagogues… Dans le cas du Animal, avec rapports vétérinaires ? L’attachement que les enfants du mariage peuvent avoir est-il un élément décisif ? », s’interroge l’expert.

Des doutes similaires exprimés Immaculée Marin, secrétaire d’organisation du conseil d’administration de l’Aeafa : « Les tribunaux sont effondrés, faute de moyens pour évaluer le bien-être des mineurs et déterminer qui a la garde, beaucoup mettent des mois à émettre un procès-verbal. Si c’est le cas des mineurs avec les animaux ça va être scandaleux. Qu’est-ce qu’on fait, faire juger les animaux ? Comment un magistrat va-t-il évaluer leur bien-être ? Sur la base de ce que les parties lui disent ? Va-t-on devoir chercher un éthologue, qui est comme un psychologue animalier, ou un vétérinaire, va-t-on faire dépenser plus aux familles en crise ?

«Les tribunaux sont effondrés, avec les animaux ça va être scandaleux»

Marín travaille sur l’accord réglementaire pour un divorce qui ne manque pratiquement que d’une frange : qui s’occupe du chien de la famille, âgé et malade ? L’épouse, qui gardera la maison et les enfants, préfère ne pas l’avoir, et le mari, qui est répertorié comme propriétaire de l’animal, fait valoir qu’il lui faudrait lui trouver un logement convenable. Avec l’ancienne réglementation, il devrait l’emmener, mais que décidera désormais la justice s’ils ne parviennent pas à un accord ?

Le lagon des couples non mariés

« Il y a plus de problèmes », poursuit Ignacio Fernández Chacón en analysant la réglementation. « La réforme en matière familiale ne concerne que les mariages, ce qui se passe avec couples de fait? C’est une question soulevée par la porte-parole socialiste au Sénat. Il a dit que c’était un oubli, mais ce n’est pas un oubli parce que le Code civil ne réglemente pas les couples de fait. Leur appliquons-nous les règles d’avant la réforme ou les nouvelles, ce qui semble le plus raisonnable ?

La loi a également modifié l’article 7 de la article 92 du code civil ajoutant aux raisons de retirer la garde des enfants à l’un des époux « l’existence de mauvais traitements infligés aux animaux, ou la menace d’en causer, comme moyen de contrôler ou de victimiser l’une de ces personnes ».

« Peut-être un aspect très peu connu ou dont on n’a pas assez parlé et qui a une certaine importance est le fait que d’une certaine manière l’animal de compagnie a été assimilé à des mineurs en cas de violence domestique« , dit Inmaculada Marín à ce sujet. « Avec la nouvelle loi, lorsque des animaux de compagnie sont blessés dans le but de nuire à leur partenaire, enfants, personnes handicapées, l’agresseur ne peut pas bénéficier d’un régime de visite.

« C’est une sorte de violence indirecte», a prononcé Ignacio Fernández Chacón en référence à la violence exercée contre les enfants par le père pour nuire à la femme.

« La controverse est servie. La présentation est très intéressante. Merci de Jaén », l’un des participants a dit au revoir dans le chat.

Vous pourriez également aimer...