Éducation: Isabel Cela cède à la pression des communautés et leur permet de "détendre" le nombre d'élèves par enseignant l'année prochaine

Mardi,
2. 3
juin
2020

16:58

Il envoie un nouveau protocole de sécurité aux communautés autonomes, ce qui abaisse également l'âge des enfants dans les "groupes à bulles" de 10 à 8 ans

Ministre Isabel Cela

La ministre Isabel Cela, au Congrès.
IGNACIO GIL

La ministre de l'Éducation, Isabel Cela, a cédé à la pression des communautés autonomes et leur a finalement permis de fixer le nombre d'élèves en charge d'un enseignant l'année prochaine. L'intention du gouvernement était Puéril et Primaire des «groupes stables de coexistence» de 15 à 20 enfants ont été constitués par un adulte. Mais jusqu'à neuf régions – y compris les socialistes Aragn, Baleares et Castilla-La Mancha– Ils se sont opposés aux mesures prises par le gouvernement pour empêcher une éventuelle contagion du coronavirus dans les salles de classe et ont déclaré qu'ils allaient appliquer leurs propres ratios.

Cela a fini de bricoler avec le ministre de la Santé, Salvador Illa, le protocole avec les mesures de santé et de sécurité à appliquer à partir de septembre. Le projet a été présenté le dernier jour 11 aux conseillers pédagogiques du Conférence sectorielle sur l'éducation. La plupart se méfiaient des propositions, en particulier des ratios et de l'obligation de maintenir une distance interpersonnelle de 1,5 mètre entre les personnes. Le ministre est resté ferme dans cette séparation, qui restera à 1,5 mètre tel qu'établi par arrêté royal. Il s'agit en fait de la seule mesure à laquelle les communautés autonomes doivent obéir. Le reste n'est que de simples recommandations.

Dans le cas du nourrisson et du primaire, le protocole dit que vous pouvez choisir l'alternative d'établir des "groupes stables de coexistence" entre 15 et 20 élèves, dont les membres peuvent interagir sans avoir à maintenir une distance interpersonnelle, et éviter le contact avec d'autres groupes, ce qui faciliterait également le suivi en cas de contagion. Le texte recommande cette option de préférence pour les élèves du nourrisson et du primaire 1 et 2, "étant donné qu'à ces âges, il est difficile de maintenir une distance de sécurité." Dans le projet précédent, je l'ai étendu à 4 de la primaire. Désormais, elle abaisse l'âge afin de donner un répit aux communautés autonomes, qui se plaignent de ne pas disposer de capacités logistiques ou d'enseignants suffisants pour constituer des groupes plus restreints.

Il cède également lorsqu'il établit que les conseillers pédagogiques "pourront assouplir le nombre maximum d'élèves pour former ces groupes, à condition que l'autorité sanitaire de ladite communauté autonome l'autorise". En d'autres termes, il indique que les écoles pourront former des groupes de 15, 20, 25 ou 28 et quitter les salles de classe exactement comme avant la pandémie.

Dans la planification de la rentrée scolaire, il y a un pouls entre le gouvernement et les responsables éducatifs des communautés autonomes. Le premier veut augmenter la sécurité dans les salles de classe pour éviter d'éventuelles épidémies, mais le second soutient qu'ils ne peuvent pas diviser les classes parce qu'ils n'ont pas l'argent pour embaucher autant d'enseignants. Le président d'Aragn, le socialiste Javier Lambn, est même allé jusqu'à dire que le plan de Cela était "irréalisable" et "impossible à réaliser" et a annoncé qu'il allait fixer ses propres ratios de 23 élèves par classe pendant une période pouvant aller jusqu'à huit ans. Il a également exclu le port de masques.

Quant aux masques, l'utilisation ne sera pas obligatoire pour les élèves Infantiles ou Primaires, tant qu'ils seront dans un "groupe bulle". S'ils ne font pas partie de ce groupe, ils le seront s'ils ne peuvent pas maintenir la distance de sécurité de 1,5 mètre. A partir du Secondaire, son utilisation est également obligatoire s'ils ne peuvent pas maintenir cette séparation.

À partir de six ans, l'utilisation dans le transport scolaire sera également obligatoire.

Pour les enseignants, le protocole recommande "son utilisation obligatoire" chaque fois que la distance de sécurité ne peut être maintenue. Les tuteurs du nourrisson et du primaire peuvent s'en passer lorsqu'ils sont dans leur groupe de coexistence stable. Le document recommande généralement de porter des masques hygiéniques et, si possible, réutilisables.

Selon les critères de

Le projet Trust

Savoir plus

Vous pourriez également aimer...