Encarna Cuenca : « Les adolescents n’ont pas l’habitude de lire à cause d’un besoin d’immédiateté que les écrans accentuent »

Le président du Conseil national de l’école constate des difficultés de compréhension en lecture chez les élèves. Malgré tout, il défend de donner le titre avec des suspensions pour éviter « le stigmate » de la répétition

Encarna Cuenca : « Les adolescents ne sont pas
JAVI MARTNEZ
  • Bonne éducation Xavier Mass : « L’échec à passer, c’est comme légaliser la fausse monnaie »
  • Bonne éducation Edgar Cabanas : « Il est plus important d’avoir de bonnes notes que d’être heureux »

Encarna Cuenca (Albacete, 1958) est le président de la Conseil de l’école d’État, l’organe consultatif le plus élevé de la gouvernement en matière d’éducation, où sont représentés les enseignants, les parents, les élèves, les centres, les experts et les membres des administrations étatiques, régionales et locales. Elle a été nommée en février dernier sur proposition d’Isabel Cela et depuis lors, elle coordonne les avis sur des réglementations controversées, comme l’arrêté royal qui permet de passer et d’obtenir le titre d’ESO et de Baccalauréat sans avoir passé toutes les matières.

Cuenca défend cette mesure comme un moyen d’éviter « la stigmatisation » de la répétition, qui, selon lui, nuit à l’étudiant « émotionnellement ». « Une simple note n’aide pas l’élève », se défend-il. « L’apprentissage va bien au-delà du suspense. »

Cet ancien haut fonctionnaire Ministère de l’Éducationn (était directeur de Programmes éducatifs européens et directeur général adjoint de Apprendre tout au long de la vie) et de la ministre de l’Éducation de la Communauté Valenciennea soutient que dans un nouveau contexte éducatif où l’on apprend « de manière holistique, en interreliant les connaissances », « cela n’a plus de sens de parler de savoir si cela se passe avec un échec ou à deux ». Il n’est pas non plus « essentiel de connaître les affluents de la Gualdalquivir, mais pour être clair sur ce qu’est une rivière et son environnement », ajoute-t-il.

De son expérience en tant qu’enseignante du primaire et du secondaire, elle constate que les élèves espagnols ont des problèmes de compréhension en lecture. « Les adolescents n’ont pas l’habitude de lire, ils ont un besoin d’immédiateté accentué par les nouvelles technologies », dénonce-t-il.

De nombreux enseignants du secondaire se plaignent que de nombreux élèves ont des difficultés de compréhension en lecture.
Je suis d’accord. J’ai donné à mes étudiants un test qui, à la première ligne, indiquait qu’ils ne devaient pas commencer à répondre sans avoir d’abord lu la dernière question, où ils étaient invités à ne rien écrire. Malgré cela, beaucoup ont ignoré et répondu. Les adolescents ont un besoin d’immédiateté qui, je pense, est accentué par les nouvelles technologies. En général, ils ne sont pas habitués à lire et à suivre des instructions. Lorsqu’ils lisent des manuels, beaucoup ne prêtent attention qu’à ce qui est marqué en gras ou à ce qu’on leur dit pour passer l’examen, mais ils ignorent le reste, le contexte qui nous permet de comprendre le sens de l’ensemble. C’est pourquoi au moins une demi-heure de lecture par jour est indispensable. En fait, il augmente les résultats scolaires de deux niveaux. En lisant, ils acquièrent du vocabulaire, évitent les fautes d’orthographe et apprennent le contenu en contexte.
Pourquoi le Conseil national de l’école a-t-il voté en faveur du décret gouvernemental d’évaluation qui permet de réussir le cursus et d’obtenir son diplôme sans que tout soit approuvé ?
Il ne faut pas faire comprendre aux élèves que tout est permis, mais je sais que tout n’est pas perdu et qu’on les aidera à aller le plus loin possible. Il ne s’agit pas de laisser passer tout le monde, mais de faire tout son possible pour éviter d’être étiqueté comme des redoublants. Le redoublement est un fléau qui empêche l’élève d’avancer correctement.
C’est une chose de réduire la répétition en mettant les mesures à l’heure et une autre de tricher en solitaire. Que se passera-t-il lorsque l’élève qui n’a pas appris à diviser par trois chiffres atteint le cours où il doit prendre des racines carrées ?
Ne pas savoir diviser par trois chiffres est une raison suffisante pour que l’étudiant redouble un cours entier ? Quelle faveur lui faites-vous sur le plan émotionnel ? Il appartient au centre de mettre en place les renforts qu’il juge nécessaires pour l’aider.
Il n’y a pas de plans du Ministère – au-delà d’un PROA très limité – ni du CCAA pour que les étudiants qui réussissent le cours récupèrent leurs lacunes.
De nombreuses actions peuvent être réalisées au niveau du centre. Dans mon institut, nous avons lancé il y a sept ans un programme d’apprentissage par les pairs où les étudiants s’entraident selon le potentiel et les besoins de chacun, ce qui favorise l’estime de soi et la solidarité entre pairs. Il continue de fonctionner avec beaucoup de succès.
Tout dépend donc de la bonne volonté des professeurs, qui disent qu’ils ont déjà des élèves qui menacent de rater des devoirs parce qu’ils savent qu’ils passeront quand même l’année. Voilà cet institut de Séville où les huit échecs d’un étudiant sont subitement passés.
Je ne connais pas le cas de Séville et je préfère ne pas commenter. Dans une situation Covid extraordinaire comme celle que nous avons connue, où les règles ont changé au milieu du jeu, était-il logique de continuer à appliquer les mêmes règles et de demander le même niveau d’exigence ?
De mon point de vue, oui. Car je pense qu’en lâchant le suspense, les plus défavorisés sont lésés. Les étudiants riches pourront combler leurs lacunes avec des cours particuliers, mais ils ne le peuvent pas.
Les plus défavorisés arrivent déjà avec le fléau du désavantage. Ne pas leur permettre d’avancer reviendrait à les exclure du système ; Il faut les laisser progresser, les sortir du cercle défavorisé, mettre à leur disposition toutes les ressources de l’école et de l’environnement pour éviter à tout prix la stigmatisation.
Quel message est transmis aux élèves qui ont fait un effort si au final ils vont donner à tout le monde le même titre ?
Ne pas atteindre un objectif qu’ils nous ont fixé n’est pas forcément synonyme de ne pas avoir fait d’effort. Nous ne pouvons pas attendre les mêmes résultats de tous les élèves, car leurs circonstances de départ ne sont pas les mêmes. Il faut aider chacun la valeur de l’effort, ceux qui atteignent leurs objectifs et ceux qui ne les ont pas encore atteints, et aussi – et c’est très important – transmettre à tous la valeur de l’empathie et du respect.
De nombreux enseignants – les soi-disant professeurs– s’opposer à cette mesure. Le suspense n’aurait-il pas pu être laissé tel quel ? Le système fonctionnait assez bien.
La société évolue et, avec elle, le système éducatif. Nous devons nous adapter aux nouveaux besoins et aux nouvelles époques et comprendre l’apprentissage d’une manière holistique, en interreliant les connaissances et non avec une classification compartimentée des matières. Dans ce contexte, cela n’a plus de sens de dire si cela se produit avec un ou deux échecs. L’apprentissage va bien au-delà du suspense et même de la salle de classe physique. Il faut repenser le système d’évaluation, car une simple note n’aide pas l’élève. Nous avons besoin que les évaluations soient formatives.
Alors l’enseignement tel qu’il se faisait jusqu’à présent ne fonctionne plus ?
Beaucoup. Mais avant la connaissance n’avait que l’enseignant et maintenant il existe d’autres sources de connaissance. En plus d’apprendre des contenus, il faut les transformer en compétences, gérer les informations et pouvoir les exploiter. Il n’est plus indispensable de connaître les affluents du Guadalquivir, car on peut les retrouver facilement avec notre mobile, mais d’être clair sur ce qu’est une rivière, ses particularités et son environnement. La master class et la mémorisation continueront d’être nécessaires, mais en les complétant avec plus de choses.
Comment les manuels scolaires dans une compétence sont-ils appris?
Les livres doivent avoir des compléments, avec de nombreux liens vers d’autres ressources dans différents formats, avec des propositions d’activités conçues pour atteindre des objectifs et un produit final. La méthodologie est très importante; La théorie peut être donnée par l’enseignant ou fournie dans d’autres formats, pas nécessairement du texte, ou les étudiants eux-mêmes peuvent s’en occuper. A titre d’exemple, je peux citer que, lorsque j’étais directeur général adjoint de la Formation tout au long de la vie, nous avons développé des unités d’enseignement pour travailler avec des adultes par domaines de connaissances ; des situations d’apprentissage ont été présentées liées à la réalité, aux différents agents et perspectives. Sa proximité avec la réalité et les intérêts des élèves favorise leur implication et un apprentissage significatif. Un autre exemple de travail de compétence, sans manuels, peut être celui que nous faisons en 2e année d’ESO. Les étudiants ont choisi de faire semblant de créer un magasin. Ils sont répartis en équipes d’architectes, de créateurs de vêtements, de web designers… En expliquant le projet à leurs collègues, ils ont travaillé sur la compétence communicative ; Dans la présentation, la compétence artistique a été développée et la compétence mathématique a été renforcée par l’élaboration d’un budget ou la répartition des espaces.
Les enseignants sont très soucieux d’enseigner par domaines de connaissances plutôt que par matières. Est-ce qu’un professeur de langues enseigne l’histoire aussi bien qu’un professeur d’histoire ?
Nous demandons aux élèves de travailler en équipe. Les enseignants et les administrations doivent également le faire. N’oubliez pas la possibilité de donner un coup de coude. C’est vrai qu’au départ c’est peut-être plus de travail, mais c’est plus enrichissant. Vous devez changer la puce et travailler avec toutes les ressources possibles. Les enseignants ne doivent pas travailler isolément.
L’école concertée doit-elle être subsidiaire ou complémentaire du public ?
La concertation joue un rôle très important dans notre système éducatif. Je le vois comme complémentaire.
De l’avis du Conseil scolaire d’État à la loi FP, il est dit que le public devrait avoir la priorité sur le concerté. Êtes-vous d’accord?
C’est un amendement qui a été approuvé et, en tant que président, je ne peux qu’appuyer ce qui a été convenu.
Que pensez-vous que le gouvernement de la Communauté valencienne veut éliminer l’espagnol minimum obligatoire dans l’enseignement pour promouvoir l’immersion, comme en Catalogne ?
J’imagine que le gouvernement valencien sera suffisamment sensible et cherchera des mécanismes pour garantir qu’aucun étudiant ne soit discriminé ou se retrouve sans l’option qu’il souhaite, qu’il soit valencien ou castillan.

Apprentissage de proximité pour réduire l’absentéisme

L’absentéisme scolaire touche, selon PISA, entre 25 % et 28 % des élèves. Cuenca fait appel à un engagement social pour le réduire, impliquant l’ensemble de l’environnement étudiant. Il donne comme exemple les affiches du quartier Mil Viviendas d’Alicante, qui exhortent les voisins à appeler la police s’ils voient des mineurs à l’extérieur de l’école. Ou le Conseil des enfants de la Cité des Arts et des Sciences de Valence, qui implique les enfants roms et leurs familles dans le musée. C’est ce qu’on appelle l’apprentissage de proximité et cela va au-delà de l’école.

Vous pourriez également aimer...