« Entrez, entrez, Espagne, allons-y », l’évacuation programmée et de plus en plus dangereuse à l’aéroport de Kaboul

L’armée espagnole déployée à l’aéroport de Kaboul travaille sans relâche pour permettre le plus grand nombre d’évacuations de collaborateurs afghans vers notre pays. La vidéo en tête de cette nouvelle, enregistrée par les soldats eux-mêmes, montre comment, pour accélérer l’évacuation, une étroite ouverture dans le mur de l’aérodrome est utilisée pour céder le passage aux réfugiés, qui utilisent des mouchoirs rouges ou jaunes comme code d’identification. .

Parmi eux, de nombreux jeunes enfants, comme le montrent les images, qui pour atteindre ce moment crucial ont dû endurer de longues heures d’attente dans les pires conditions aux abords de l’aéroport. Depuis la chute du régime démocratique en Afghanistan la semaine dernière, les tâches de rapatriement se sont poursuivies jour et nuit, dans une opération contre la montre qui, si ce qui est permis par les talibans ne change pas, prendra fin mardi prochain, le 31 août.

Le gouvernement espagnol a envoyé un petit groupe d’agents du Groupe d’opérations spéciales (GEO) de la police nationale à l’aéroport de Kaboul pour soutenir les tâches d’évacuation des militaires et des policiers qui ont participé à l’opération pendant plus d’une semaine.

Ce renfort, composé de trois agents du GEO et de deux diplomates, se trouve déjà dans la capitale afghane, selon la Police nationale à travers les réseaux sociaux. A l’aéroport de Kaboul, dix autres membres du GEO et sept autres de l’UIP (Unité d’intervention de la police) sont restés depuis le début de la semaine dernière, ainsi que l’ambassadeur Gabriel Ferrn et le chef du deuxième quartier général de la délégation espagnole. , Paula Sánchez.

Cette équipe de police était chargée jusqu’à la chute de la ville aux mains des talibans de la sécurité du périmètre de l’ambassade d’Espagne et du personnel diplomatique. Les agents travaillent maintenant dans le cadre du plan d’évacuation à l’emplacement des collaborateurs afghans qui ont travaillé avec l’armée espagnole.

La mission est très compliquée, compte tenu des difficultés de beaucoup d’entre eux pour se rendre à l’aéroport et de la situation de chaos qui règne autour de l’aérodrome où se pressent environ 20 000 personnes fuyant les insurgés. A cette époque, il est impossible de sortir dans la ville à la recherche des collaborateurs, alors les agents établissent un contact téléphonique avec les évacués et tentent de faciliter l’entrée de l’aéroport une fois qu’ils arrivent à proximité de celui-ci. En principe, les agents et l’ambassadeur rentreront en Espagne dans le dernier avion qui revient en Espagne.

Outre la police, environ 110 militaires participent à l’opération de sauvetage entre Kaboul et Dubi, menée par l’état-major de la défense (Emad). A l’aéroport de la capitale afghane, des troupes de l’Escadron de soutien au déploiement aérien (EADA) ont pris position la semaine dernière, principalement chargées de la sécurité des opérations d’évacuation. Une équipe du Commandement des opérations spéciales (MOE) de l’armée est également arrivée le week-end dernier pour renforcer la sécurité. Les troupes du MOE sont prêtes à quitter l’aéroport à tout moment, ce qui n’est pas possible en même temps.

A ces effectifs s’ajoutent les équipages des trois avions A400M (dont un médicalisé) de l’aile 31 qui effectuent la liaison Dubaï-Kaboul-Dubaï, des personnels de l’Unité médicale d’aéro-évacuation et d’une unité de coopération civico-militaire (Cimic) du Régiment. Opérations d’Information n°1 de l’Armée.

La ministre de la Défense, Margarita Robles, et le chef d’état-major de la Défense (Jemad), l’amiral Teodoro Lpez Caldern, ont confirmé que l’Espagne avait l’intention de poursuivre les évacuations tandis que les États-Unis garantissent la sécurité de l’aéroport international Hamid Karzaï. Le Jemad a souligné que « l’idée est de poursuivre les travaux d’évacuation pendant que les États-Unis sont là-bas, en assurant la protection de l’aéroport ainsi que des autres pays qui avaient encore des forces déployées en Afghanistan ».

Le temps presse et les talibans ont déjà annoncé qu’à partir du 31 août, ils n’autoriseraient pas la présence de forces occidentales sur le sol afghan. Ce jour est la date limite pour que les pays occidentaux travaillent pour sauver leurs collaborateurs au cours des deux dernières décennies. Cependant, la situation de plus en plus difficile. Robles a assuré ce mardi que « chaque jour qui passe est pire » car « les talibans deviennent de plus en plus agressifs » et il y aura des gens qui ne pourront pas être évacués, surtout ceux qui ne sont pas déjà près de l’aéroport, mais l’Espagne sera là » jusqu’à la fin », a-t-il conclu.

En fait, la ministre de la Politique territoriale et porte-parole du gouvernement, Isabel Rodríguez, a évité mardi de fixer une date précise pour la fin de la mission d’évacuation d’Afghanistan, malgré le fait que les États-Unis ont marqué le 31 août comme le jour en Ils doivent quitter l’aéroport Hamid Karzaï de Kaboul, clé de l’opération.

Lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil des ministres, Rodríguez a souligné que le gouvernement accueille « tout le personnel espagnol, il n’y a plus que les corps de défense et les diplomates essentiels sur le territoire », et a souligné que « nous dépêcherons tous les efforts pour que tous les Afghans les collaborateurs et leurs familles sont avec nous, (…), et aussi dans la sphère de l’Union européenne, en plus de la collaboration avec les Etats-Unis ».

Le porte-parole du gouvernement a insisté sur le « leadership international que notre pays a assumé » dans l’évacuation de l’Afghanistan, « qui a valorisé l’essence de la solidarité de notre pays », puisque « sans penser aux conséquences de l’action » et sans prévoir que « ça allait être ce succès, qui finalement l’a été, il s’est mis au travail pour répondre à une crise humanitaire. »

Vous pourriez également aimer...