ERC annonce « un accord » avec le PSOE et Podemos pour « protéger » les protestations des étudiants indépendantistes dans les universités

Retire son amendement à la loi sur la coexistence en échange de ne pas sanctionner les « piquets et fresques murales » et d’autoriser « toujours » les grèves et les manifestations

Castells, au Congrès, avec le député du PP Mar
Castells, au Congrès, avec la députée du PP Mara Jess Moro.Fernando AlvaradoEFE
  • Éducation Que serait-il arrivé à Sánchez, Iglesias ou aux indépendantistes avec le nouveau régime disciplinaire de Castells ?
  • Éducation Manuel Castells arrête d’envisager une infraction mineure punissable en copiant le prochain étudiant à un examen

ERC a annoncé ce jeudi un pacte « avec le ministère des Universités, le PSOE et United We Can » qui permet, entre autres, de protéger les manifestations étudiantes indépendantistes dans les universités catalanes.

La formation nationaliste avait soumis un amendement à la totalité au Loi sur la coexistence universitaire mais il a finalement accepté de le retirer « après s’être mis d’accord » pour modifier cette norme, qui établit un nouveau cadre juridique de sanctions contre les étudiants et remplace le règlement actuel, qui date de 1954.

L’adjoint de l’ERC Marta Rosique a expliqué dans le Plénière du Congrès qu’ils sont parvenus à « un accord qui modifie substantiellement le texte », car « cette fois il protège l’autonomie des universités, permettant aux universités leur propre développement normatif, et les droits de mobilisation étudiante, établissant que le droit de manifestation, d’association, de réunion et de grève est toujours garanti, car c’est un principe supérieur qui doit régir la coexistence universitaire ».

Avec le projet de loi dans sa rédaction actuelle, les manifestations étudiantes qui forcent la suspension des cours ou dans lesquelles il y a des piquets qui ne permettent pas aux étudiants d’entrer dans la salle de classe sont considérées comme des infractions graves, passibles d’un mois d’expulsion de l’université et de la perte des droits d’enregistrement. Les manifestations indépendantistes qui ont eu lieu dans les universités catalanes en 2019 contre la condamnation du 1er octobre et d’autres actes visant à « empêcher la tenue d’activités universitaires d’enseignement, de recherche ou de transfert de connaissances » sont encadrées ici.

Des sources d’ERC et du ministère des Universités expliquent que dans les prochains jours ils publieront les textes des amendements communs, mais Rosique a déjà avancé ce jeudi que « l’accord résout la persécution des piquets et de la peintures murales« . Ha dado a entender, as, que los estudiantes podrn poner pancartas o hacer pintadas de carcter poltico sin que estas conductas se tipifiquen ya como una falta leve, dentro de los « actos que deterioren de forma no grave los bienes del patrimonio de la l’universitè ».

Dans l’exposé des motifs de son amendement à l’ensemble, ERC a affirmé que « le respect scrupuleux de l’autonomie et de l’auto-organisation de la communauté universitaire est aussi important que d’éviter les pulsions répressives des autorités avec le mouvement étudiant, une communauté qui, historiquement , il a été essentiel pour la promotion et l’impulsion de la pensée critique.

Ces dernières années, les principales manifestations étudiantes dans les universités catalanes ont été liées à la procs et ils se sont produits sans sanctionner les responsables, faisant taire tout autre type d’expressions. Preuve en est l’attaque il y a quelques jours contre la tente d’information des étudiants constitutionnalistes de l’association S’ha Acabat! dans la Université autonome de Barcelone, qui n’a pas reçu de réponse des responsables de l’université.

L’UAB non seulement n’a pas condamné ces attentats mais a permis au président de l’ERC, Oriol Junqueras, d’être présent ce jeudi pour donner une conférence sur la répression contre le mouvement indépendantiste.

« Autant ils essaient de nous empêcher de nous rencontrer, autant ils ne peuvent pas l’empêcher. Nous ferons de même dehors, dans les escaliers, sur la place, n’importe où », a-t-il déclaré lors de son classe le leader 1-O a été gracié.

« Aujourd’hui, nous avons permis à Junqueras de marcher à nouveau sur l’UAB malgré la répression de l’État espagnol, qui le maintient handicapé sans pouvoir suivre les cours », a affirmé l’ERC Youth sur les réseaux sociaux.

Chaque campus avec ses règles

L’autre transfert qu’ERC a réussi à amorcer à partir des partis de gouvernement de coalition est également important, puisqu’il permettra aux universités de réaliser « leur propre développement normatif » de la loi de coexistence. Ce parti souhaitait que les campus eux-mêmes puissent rédiger les droits et devoirs des étudiants et « réglementer les mécanismes de leur garantie » à travers leurs statuts et règles d’organisation et de fonctionnement. À en juger par les propos de Rosique, il semble que les partis du gouvernement de coalition se soient mis d’accord.

Une fois l’obstacle de l’ERC surmonté, le projet de loi sur la coexistence universitaire est allé de l’avant, puisque l’amendement à l’intégralité que le PP avait présenté a été rejeté avec les voix du PSOE, de United We Can et des nationalistes, alors maintenant le texte commence sa procédure parlementaire en Commission universitaire, où seront présentés les amendements de modification.

Vous pourriez également aimer...