ERC se jette dans un barrage contre la Cour des comptes pour avoir renversé l’aval de la Generalitat aux accusés de malversations

Elle adresse au gouvernement 400 questions sur la politique du tribunal, la rémunération de son personnel, son « manque de neutralité » et son « rôle répressif ».

Le porte-parole de l'ERC, Gabriel Rufi
Le porte-parole de l’ERC, Gabriel Rufin, avec le député Monserrat Bassa, au Congrès.Chema MoyaEFE

La Cour des comptes vise l’indépendance. L’ERC a lancé une offensive massive contre l’organe de contrôle de l’État seulement 24 heures après avoir décidé de rejeter la garantie de 5,4 millions d’euros que la Generalitat était disposée à prêter aux indépendantistes accusés de malversations en raison de l’action étrangère menée par le gouvernement. pendant les procs. Cette décision conduit Oriol Junqueras, Carles Puigdemont, Artur Mas et une trentaine de prévenus à la saisie conservatoire de leurs avoirs.

ERC a enregistré au Congrès un total de 400 questions adressées au gouvernement pour lesquelles il demande une réponse écrite et avec lesquelles il tente de coincer la Cour qu’il accuse, d’emblée, de « manque de neutralité et d’arbitraire » ainsi que de exerçant un « rôle répressif contre la dissidence politique ».

Les 400 questions ont été regroupées en 37 blocs thématiques et avec elles, il est destiné à mettre en lumière les prétendues carences de l’organe de surveillance dans tous les domaines et à mettre en évidence la politique « obsessionnelle », de l’avis d’Esquerra, contre les indépendantistes « tout en » ignore des affaires scandaleuses de malversations  » parmi lesquelles Ercross, Madrid Cité de justice ou la vente de 5000 appartements à des fonds vautours par l’ancienne maire de Madrid, Ana Botella. ERC s’interroge également sur la passivité de la Cour des comptes à l’époque pour auditer la conjoncture économique et financière du Roi, de sa Maison et de la Famille Royale, et ils se demandent même pourquoi il n’y a pas d’audit des propres comptes de la Cour. le régime de rémunération des administrateurs et du personnel de l’organisme.

En ce sens, ils s’intéressent aux quatre millions d’euros par an qui sont versés en productivité aux auxiliaires de justice ; les 500 euros par jour qui sont destinés aux régimes ou les 300 dédiés à la locomotion ; les plus de 5 000 qui sont budgétisés pour les produits pharmaceutiques et les fournitures médicales ; l’augmentation de plus de 1,3 million de baux et de redevances inscrite dans les derniers budgets de l’Etat ou, par exemple, les 46.000 euros avec lesquels est affecté le poste dédié à l’achat de presse, magazines et livres ou les 19.600 pour les vestiaires. De même, les républicains indépendantistes dénoncent une politique d’embauche qui permet, affirment-ils, que 14% des salariés de l’effectif ont un lien de parenté.

ERC couvre de cette avalanche de questions la plainte qu’ils adressent contre la haute instance de contrôle de l’Etat, qu’ils accusent ouvertement de « violer le droit à la défense des indépendantistes ». Ainsi, ils demandent au Gouvernement s’il juge « respectueuse des garanties démocratiques d’une procédure équitable » la manière d’agir de la Cour qui « impose des obligations millionnaires, absolument disproportionnées », « étend la responsabilité comptable avec effets rétroactifs » et « filtre les dossiers à la presse ».

Parmi les questions, signées par la députée Monserrat Bassa, sœur de l’ancienne conseillère, condamnée puis graciée, Dolors Bassa, le Gouvernement est également interrogé pour la prétendue « préoccupation » manifestée par « des organisations européennes et internationales reconnues » pour l’Etat de droit et les droits de l’homme dans l’État espagnol.

Vous pourriez également aimer...