« Fasciste, colon », les insultes à un professeur du cloître de l’Université de Barcelone

García Manrique dénonce avoir reçu cette agression d’un autre professeur et avec l’aval du recteur, Joan Gurdia

Façade de l'UB
Façade de l’UBPhoto : Antonio Heredia

Les insultes et les menaces avec lesquelles des organisations indépendantistes comme Arran, la branche jeunesse du CUP, contraignent depuis des années les étudiants et les professeurs des universités catalanes ont sauté dans le cloître de l’Université de Barcelone (UB). « Fasciste, colon! », sont les crachats verbaux que j’ai reçus le 20 juillet d’un collègue Image de balise Ricardo Garca Manrique dans le cloître de l’UB. Le premier avec Joan Gurdia en tant que recteur, après s’être imposé en décembre aux élections avec une candidature parrainée par l’entité séparatiste ANC.

La raison de l’attaque reçue dans le cours du Cloître, avec la présence de 180 universitaires, est – selon Garca dans son compte Facebook – qu’à son époque il s’est opposé sans succès au débat sur un manifeste de soutien aux dirigeants indépendantistes poursuivis pour le coup d’État à l’ordre constitutionnel d’octobre 2017. « Pour cela j’ai invoqué le devoir de neutralité idéologique des universités », précise le professeur, qui une fois le manifeste approuvé et débattu a décidé de le contester avec d’autres professeurs devant les tribunaux, qui les a terminés en donnant la raison. Le Tribunal contentieux administratif 3 de Barcelone a condamné l’UB fin 2020 pour violation des droits fondamentaux à la liberté idéologique et à la liberté d’expression de ses enseignants et étudiants.

Quelque chose que certains professeurs séparatistes ne semblent pas avoir oublié. Parmi eux se trouvait un membre du Département d’histoire de l’art qui, selon García Manrique, l’avait qualifié de « fasciste et de colon » avant l’approbation passive du nouveau recteur de l’UB. « Traiter quelqu’un de colon en Catalogne, c’est simplement essayer de l’exclure de la communauté, en faisant allusion à ses origines. Sinon, cela s’apparente beaucoup à une insulte xénophobe et raciste », déplore Garca Mrquez, qui regrette que le recteur Gurdia, qui préside son premier cloître, ne le protège pas avant sa protestation et demande le retrait des injures. Bien au contraire, il s’est borné à rappeler que la liberté d’expression prévaut au Cloître tant que les règles de courtoisie académique sont respectées.

Car Garca Manrique a été négativement surpris qu' »aucun des 180 participants » n’ait demandé la parole pour exiger, au moins, une certaine correction et qu’un collègue ne soit pas insulté dans le cloître. « Plus que les invectives énergiques elles-mêmes, c’est ce qui m’a fait le plus mal », avoue-t-il.

Son témoignage a suscité, d’autre part, des réactions de soutien et de solidarité de la part d’entités constitutionnelles telles que la Societat Civil Catalana et S’ha Acabat, ainsi que d’autres professeurs d’université, tels que Isabel Fernndez Alonso, maître de conférences en communication à l’UAB, et Chantal Moll, professeur de droit civil à l’UB, qui a dénoncé la violation du « code de déontologie » de l’Université dans le Claustro

Vous pourriez également aimer...