Feijo accuse Sánchez d’être une « caricature » d’un président qui « nuise gravement » à l’Espagne « chantée » par ses partenaires indépendantistes

Révocation du directeur du CNI

Il dénonce avoir transformé un « problème politique avec ses partenaires en une crise d’Etat » qui discrédite les institutions

il
Le leader du PP, Alberto Nez Feijo, lors de la conférence de presse.XON ROIEFE

Le chef du PP, Alberto Nez Feijo, a averti qu’avec le limogeage du directeur du CNI par le gouvernement, Pedro Sánchez a transformé un « problème politique avec ses partenaires en une crise d’État » et qu’il s’est plongé dans un « dérive » qui traîne et fragilise les institutions. « Nous assistons en direct et en direct à une auto-immolation [sic] du gouvernement qui nuit gravement à l’Espagne », a-t-il condamné.

Pour Feijo, Sánchez est aujourd’hui un président « désorienté », « dépassé par les événements », « pris dans ses propres contradictions » et « une fois de plus victime de chantage » par ses partenaires indépendantistes. Bref, il est « une caricature du président du gouvernement » que nous, Espagnols, « ne méritons pas » et qu’il est à la tête du « pire gouvernement en démocratie ».

Lors d’une comparution au siège du PP à Saint-Jacques-de-Compostelle, il a dénoncé que la directrice du CNI avait été limogée « sans une seule explication » et que son limogeage avait ensuite été communiqué de manière « honteuse et embarrassante » par ceux qui la connaissent. « humiliant » les institutions qu’il représente. « C’est un pas de plus dans une dérive qui semble sans retour possible », a-t-il déploré.

Pour Feijo, la justification de ce licenciement n’est pas dans l’action menée par Paix Étienne au pouvoir, mais plutôt le président s’est « rendu » à des partenaires indépendantistes « insatiables ». « Il a choisi la voie qui lui garantit plus de temps à Moncloa quel que soit le prix que nous devons payer pour cela », a-t-il déclaré. Selon lui, il a choisi de livrer un « bouc émissaire » qui cherche un « écran de fumée » pour servir de pare-feu dans un problème politique entre lui et ses partenaires.

Le chef du PP a également souligné qu’il n’y a aucune information sur ce qui s’est passé et le nombre d’aspects qui continuent « sans savoir » sur le Affaire Pégase. Par exemple, quelles informations ont été espionnées et volées sur le téléphone portable de Sánchez. Et si cette information, a-t-il souligné, « compromet » « l’action » que mène le président du gouvernement ou si elle compromet « l’indépendance du gouvernement » ou la « sécurité de l’État » elle-même. « Nous continuons sans aucune sorte d’explication », a-t-il critiqué.

La même chose qu’avec le dérivé de Pegasus sur les espionnés indépendantistes catalans. Il s’est demandé « qui a ordonné les écoutes téléphoniques », la « raison » et a demandé si Sánchez était au courant de ce que la CNI avait fait « suivant les instructions » de l’exécutif.

« Opération de salissage des établissements »

La gestion de tout cela a été critiquée par Feijo en termes retentissants. « Ce que nous avons vécu ces semaines non seulement érode les fondements de notre démocratie, mais suppose aussi une opération de discrédit de nos institutions perpétrée depuis les institutions. »

Il a décrit que le gouvernement a transformé un problème en « une crise qui a affaibli la nation, qui génère la honte chez la majorité des citoyens et la surprise et la méfiance de la communauté internationale ».

« L’Espagne ne mérite pas un gouvernement qui a fait de la crise son état naturel, ou qui refuse toute explication aux Espagnols tout en se mettant en quatre pour divertir ses partenaires indépendantistes. L’Espagne ne mérite pas un président qui se cache derrière des écrans de fumée pour couvrir les lacunes de sa gestion et la faiblesse de sa présidence », a-t-il dit.

Lors de sa comparution, le leader du PP a rappelé que le PP avait offert lundi dernier son soutien au Gouvernement en matière de sécurité nationale pour faire face à cette affaire du étui pégase. Cependant, il a regretté qu’une fois de plus cette main tendue de sa part ait été « ignorée » pour finir dans les bras des séparatistes.

Vous pourriez également aimer...