Feijo clôt sa succession en Galice et donne « un nouvel horizon au PP » en Espagne

18e Congrès des Galiciens « populaires »

Le chef du PP cède le pouvoir à Alfonso Rueda et, imitant Fraga, déclare : « Il n’y a ni tutelas ni tutas ici »

Albert N .
Alberto Nez Feijo et son successeur, Alfonso Rueda, au congrès du PPdeG.Salvador SASEFE

Alberto Nez Feijo fait définitivement face à une nouvelle étape à la tête du PP. Après avoir apaisé la crise interne avec son élection à la tête du pays et soutenu Madrid avec la présidence d’Isabel Diaz Ayuso, il était temps de boucler la boucle sur ses terres, Galice, qui, avec son saut dans la politique d’État, a perdu le président du parti et du gouvernement. Enfin, le processus de succession a été scellé ce dimanche avec la nomination de Alphonse Rueda en tant que nouveau chef régional.

Rueda a été proclamé président du PPdeG dans sa maison, Pontevedra, dans le cadre du 18e Congrès autonome du parti, dont il était le seul candidat, résultat d’un consensus interne au parti au niveau autonome parrainé par Feijo lui-même. Ses efforts lui ont permis de clore sa succession en un peu plus d’un mois et demi et son successeur est désormais officiellement le nouveau président de la Xunta (pour une semaine) et du parti.

Au cours des 51 jours qui ont suivi son élection à la tête du PP au congrès national à Séville Début avril, il a donc réussi à refonder le PP au niveau national, à unir le parti en éteignant les feux internes et à remettre sa communauté sur les rails. Lors de son discours de clôture du congrès, il a lui-même fait référence à cette crise interne du PP et a passé en revue la « chaîne de crises » à laquelle il est confronté depuis 2006, lorsque le PP galicien de Manuel Fraga a perdu le gouvernement de la Xunta et a cédé la place à un exécutif bipartite PSOE-BNG.

« La question est : aurai-je un jour une période sans crise ? », a réfléchi Feijo, faisant allusion à ce rôle de pompier qui, depuis qu’il a succédé à Fraga en Galice il y a 16 ans, a fait de lui un baron de référence dans le P.P. Il s’est répondu : « Ce ne serait probablement plus utile » si l’avenir du parti et de l’Espagne était calme. En tout cas, il a lui-même tracé sa feuille de route pour cette nouvelle étape, dans laquelle il voudrait « sortir de la crise que nous traversons en ce moment », économique, territoriale, financière et institutionnelle.

Revenant sur ces 51 derniers jours, il a souligné que « la seule chose que nous ayons faite a été de donner au parti un nouvel horizon », ouvrir une période « d’illusion, d’espoir et d’avenir » avec la visite prévue pour les élections nationales et municipales prévues. 2023 et dans les communautés autonomes galiciennes de 2024. « Nous entamons une nouvelle étape », a-t-il lui-même insisté, prédisant « un avenir radieux » pour sa communauté et pour le pays tout entier.

Il a reconnu, en tout cas, que « nous ne savons pas ce qui manque pour les élections générales », faisant allusion au fait que les décisions de l’exécutif actuel de Pedro Sánchez sont toujours plombées par la route tracée par ses partenaires aux États-Unis We Can et les partis qui ont soutenu son investiture. La date des élections, a-t-il rappelé, « dépendra d’ERC et Bildu ou « de Yolanda (Diaz) s’entendant avec Podemos et Podemos avec Yolanda. » Elle dépendra donc « de toute éventualité inférieure à ce dont l’Espagne a besoin », car « c’est malheureusement la réalité de la politique espagnole ».

Feijo a évité dans ce discours, qui était, à son tour, un aperçu de sa nouvelle feuille de route, faisant des allusions directes aux hypothèques que le PP pourrait avoir en Castille et León ou en Andalousie. Ses seules références à ces communautés autonomes étaient de louer les figures des présidents des deux communautés, Alfonso Fernandez Maueco (présent dans la salle) et Juanma Morenobien que si quelqu’un a eu leur soutien inconditionnel, c’est bien Daz Ayuso.

Après sa désignation comme leader régional, il a confirmé l’harmonie avec Sol et renforcé le soutien déjà apporté ce samedi. « Madrid est une machine PP imparable et nous allons protéger les machines PP », a-t-il promis, avançant le plein soutien de Gnova au projet du leader madrilène.

La même confiance qui transfère à Ayuso est accordée à son successeur, nommé chef du PP galicien avec le soutien de 97,2% des délégués. Il souligne qu' »il sait très bien ce qui s’est passé et ce qui se passe » dans le gouvernement galicien, qui « est probablement l’un des meilleurs gouvernements des régions européennes », a-t-il présumé. Mais aussi qu’il connaît « la salle des machines du fonctionnement de l’administration » et qu’il connaît organiquement le PP de Galice et que « c’est un mec bien ».

« Ici il n’y a ni tutelas ni tutas »

Dès ce dimanche, il a annoncé qu’il « l’appellerait président Rueda » et « me mettrait en ordre » et il était sûr que dans cette nouvelle étape où chercher la cinquième majorité absolue consécutive du parti après les quatre propres de Feijo,  » ici il n’y a ni tutelas ni tutas », faisant allusion à la phrase déjà célèbre prononcée par Manuel Fraga en 1990 et rappelée périodiquement par des chefs de partis tels que José Maria Aznar.

Une nouvelle étape libre de servitude parce que le PP n’est responsable devant aucun autre parti en Galice et dans laquelle ils boivent les fruits de ce qui, selon Feijo, est « l’ADN de notre parti »: unité, service et confiance.

Pour Rueda, comme pour le reste du PP, il a marqué le chemin dont il ne doit pas s’écarter, « ici vient travailler, pas poster » et « il vient abandonner des histoires et ne pas raconter d’histoires ». Feijo veut « un parti avec des principes », c’est-à-dire « un parti gagnant, uni et engagé » et qui ne se retrouve pas condamné à « l’arithmétique du pouvoir pour voir si je peux être président additionnant les défaites », une allusion claire et voilée à Président Sanchez.

Cette nouvelle formation qui tente de mener à un nouvel horizon qui se termine dans la Moncloa se vante de ne pas « avoir de comptes à rendre à personne sauf aux Espagnols » et a fait une déclaration énergique en faveur de la Constitution et des institutions démocratiques. « Nous sommes là pour mieux gouverner, mieux gérer, se respecter davantage pour ne jamais s’insulter, pour protéger les institutions de l’Etat, pour que le Gouvernement ne soit pas au-dessus des institutions de l’Etat et pour que le Président de la Le gouvernement est le premier Espagnol », a-t-il rappelé à son parti, avant de dire enfin adieu à son étape galicienne. « Pour toujours ».

Vous pourriez également aimer...