Feijo et Moreno tentent de fixer des minimums parmi les communautés PP sur le financement autonome

Les présidents d’Andalousie et de Galice se réunissent ce vendredi sur la base d’aspirations très différentes concernant le modèle de distribution

Juanma Moreno et Alberto N
Juanma Moreno et Alberto Nez Feijo, lors d’une réunion tenue à Séville.

Ce sont des réalités autonomes différentes, avec des besoins et des objectifs différents dans le débat ouvert sur un nouveau modèle de financement. Mais ils sont condamnés à être compris pour que le dialogue entre les communautés ne se transforme pas en cage de grillons qui sert d’alibi au gouvernement de Pedro Sánchez pour continuer sans ouvrir le melon de financement autonome et sans renouveler un système de distribution que -ceci c’est un fait objectif – il est expiré.

Juanma Moreno et Alberto Nez Feijo tenteront ce vendredi de fixer des critères minimaux dans le débat sur la réforme en se basant sur des conceptions très différentes. En fait, le président de la Junta de Andaluca signale -en tant que plus haut représentant de la région la plus peuplée d’Espagne- le bloc de communautés qui exigent que la distribution soit articulée selon la population. Dans cette même thèse se trouve également la Communauté valencienne ou Murcie, avec laquelle Moreno a déjà accepté des déclarations communes exigeant une réforme dans ce sens du gouvernement Sanchez.

Mais le principal problème en Galice est précisément la déclin démographique et, par conséquent, le Xunta aspire à ce que le futur modèle de distribution soit défini dans des paramètres qui prennent en compte le coût réel des services pour une population dispersée et vieillissante. Selon les propres mots de Feijo, le système ne peut pas assumer une philosophie « darwinienne » condamner les régions dont le développement a été ralenti précisément à cause du retard des investissements et des infrastructures.

Derrière ces deux réalités et face au manque d’élan du gouvernement Pedro Sánchez, ces derniers mois, les communautés autonomes avaient commencé à négocier seules sur deux fronts transversaux : d’une part, celui promu par Juanma Moreno, qui forgé lors de ces deux rencontres bilatérales avec le socialiste Ximo Puig (Communauté valencienne) et le populaireFernando López Miras (Murcie). Et, de l’autre, celui de Nez Feijo, qui avait convoqué huit communautés autonomes, avec des gouvernements également de signatures différentes, à une réunion qui se tiendra le 2 novembre et que le PSOE entend désormais arrêter pour l’empêcher de devenir un foyer. conflit interne.

La stratégie des socialistes, réorientée lors du congrès du parti tenu à Valence la semaine dernière, est désormais d’essayer de négocier un cadre commun entre les communautés régies par le PSOE avant de participer aux fronts de pression avec le PP. Et, de la même manière, dans le Parti populaire, cette rencontre entre Feijo et Moreno à Séville pourrait aussi servir à fixer des minimums qui empêchent le débat sur le financement rompre l’unité du discours du Parti populaire.

Juanma Moreno a pointé ce jeudi dans cette direction dans une interview à TVE. Le président du conseil d’administration comprend que la Galice et l’Andalousie partagent deux arguments de départ : d’une part, que le modèle de distribution actuel a besoin d’une réforme et, d’autre part, que le système est « sous-financé » et nécessite une injection supplémentaire de 16 000 millions d’euros garantir la pérennité des services publics.

Le rendez-vous de ce vendredi au Palacio de San Telmo développera cette nécessité de mieux équiper le modèle et laissera pour plus tard le débat sur la manière de procéder à la distribution, pour éviter ainsi que la négociation ne stagne avant de commencer. Mais ce sur quoi les deux gouvernements s’accordent, c’est que la réforme ne peut pas naître du dialogue bilatéral entre le gouvernement Pedro Sánchez et le Generalitat de Catalogne, une menace qui est précisément ce qui a conduit le reste des communautés à réactiver le débat pour ne pas rester en marge du processus.

En outre, afin que les différences de conception entre les modèles de distribution auxquels aspirent la Galice et l’Andalousie ne finissent pas par retenir toute l’attention, les deux gouvernements autonomes ont décidé d’inscrire d’autres questions à l’ordre du jour de la réunion d’aujourd’hui, telles que les besoins des secteur du tourisme, l’« économie bleue » liés à la mer ou la possibilité de conclure des accords sur l’agriculture et l’énergie, selon les enjeux mis en évidence par Juanma Moreno lors de l’interview sur TVE.

Bref, la réunion de ce vendredi n’aboutira pas à une proposition de distribution définitive, mais c’est un discours qui peut être assumé par toutes les communautés PP pour continuer à mener la bataille des communautés pour forcer le gouvernement à entrer dans le débat.

Vous pourriez également aimer...