Garca Egea appelle à « un parti uni » qui privilégie Casado aux luttes internes

Le secrétaire général du PP évite la mêlée avec Ayuso (« les militants voteront ») et demande de se concentrer sur l’atteinte de la Moncloa et non sur les batailles régionales.

Le secrétaire général du PP, Teodoro Garc
Le secrétaire général du PP, Teodoro Garca Egea, lors de son discours au Congrès régional du parti qui s’est tenu ce samedi à Puertollano, Ciudad Real.
  • Politique Ayuso, prêt à régler la crise du PP « si Casado appelle »
  • Politique Pablo Casado se met de profil avant la polémique avec Ayuso : « Je ne peux pas donner d’avis, celui qui veut se présenter »

Quoi Puertollano Que le kilomètre zéro du cessez-le-feu dans le PP finisse par être très dépendant des messages transmis par trois personnes : Teodoro Garca Egea, Isabel Daz Ayuso et Pablo Casado. Puisque le président du « populaire » a choisi de mettre en scène des gestes de profil, la clé de la trêve est détenue par le secrétaire général et le président du La communauté de Madrid. Tous deux seront à l’affiche ce samedi du congrès de la PP de Castilla La Mancha, mais ils ne traverseront pas.

La baronne est prête à s’entendre avec Gnova « si Casado appelle » par téléphone et lui propose un accord, comme il l’a avancé LE MONDE. Mais la direction nationale du « populaire » préfère geler les hostilités et laisser à plus tard d’éventuelles négociations. « Versez de l’eau sur le feu » est le slogan.

Dans cette clé a été prononcée Garcia Egée à l’arrivée au congrès régional de Castillan La Mancha. Le « numéro deux » de Casado a plaidé pour qu’on cesse de parler de préférence pour le congrès du PP à Madrid : « Les militants voteront ». « Au final, un parti solidaire comme celui-ci, comme celui que nous avons aujourd’hui Paco Nez derrière dans Castilla La Mancha et comme celui qui a Pablo Casado avec lui, il est essentiel de relever de plus grands défis et d’offrir aux Espagnols un projet d’union « , a-t-il expliqué, dans un appel clair à resserrer les rangs également à Madrid.

« Aujourd’hui, nous avons un congrès régional. Aujourd’hui, les militants ont voté comment ils voteront dans le reste des congrès régionaux qui se tiennent dans toute l’Espagne », a-t-il averti. Garcia Egée, dans un autre message voilé adressé à Ayuso: Ce n’est pas le moment de parler maintenant et les affiliés parleront.

Aux questions de la presse, Garca Egea n’a pas voulu évoquer l’intérêt d’Ayuso à régler la lutte par un pacte. Le secrétaire général a détourné la réponse vers un but plus grand, que Casado vienne gouverner. « Le castillan de La Mancha a besoin d’être entendu, précisément, à La Moncloa. Malheureusement, cela n’arrivera pas avant Pablo Casado est dans La Moncloa, jusqu’à ce que Pablo Casado puisse développer son futur projet.  » Traduit : le plus important c’est le national, pas l’autonome.

Dans son discours à l’auditorium, Garca Egea a choisi de se concentrer davantage sur les problèmes des citoyens que sur les troubles internes du parti : « Nous faisons toujours passer nos voisins avant l’intérêt de notre parti.

Dans une référence énigmatique, le secrétaire général a souligné que « le leadership, c’est être capable de voir ce qui va se passer après la tempête ». Et encore un autre : « Il faut choisir pourquoi on veut être président », si occuper le pouvoir ou « offrir un projet de vie aux Espagnols ».

Le numéro deux du PP -qui a été reçu avec une longue ovation- a ironisé, conscient qu’il est au centre de la fusillade dialectique du PP madrilène, avec l’inclusion d’un « amendement » pour que « c’est obligatoire par les statuts de critiquer au secrétaire général ».

Garca Egea a regretté que la vice-présidente Yolanda Daz ait été reçue à Valence en lui jetant des œufs, mais a ajouté qu’il avait déjà mis en garde contre l’épuisement de la rue avec la politique de l’exécutif.

Vous pourriez également aimer...