Guide pour ne pas se perdre dans la guerre du PP à Séville qui se retrouve au tribunal

  • Conflit.

    La crise du PP de Séville brise la confiance du PP andalou de Juanma Moreno avec la direction nationale

  • Pouvoir territorial.

    Pouls entre le PP andalou et la direction nationale de Casado par les congrès provinciaux

La guerre qui se déroule ces jours-ci pour le contrôle du Parti populaire à Sévillefinir, selon toute probabilité, dans les tribunaux. Dans la lutte, les dirigeants nationaux sont impliqués, avec Pablo Casado à la tête, et l’Andalou Juanma Moreno. D’une part, Gnova prend en charge Virginie Prez, candidat à la réélection à la présidence des sévillans «populaires»; et de l’autre, San Fernando, siège à Séville du PP andalou, soutient l’autre candidat à la course provinciale, le maire de Carmona, Juan Vila.

Pour l’instant, Virginia Prez est avec avantage. Ce samedi, vers minuit, il a annoncé que sa candidature avait atteint 1176 voix, tandis que celui dirigé par Juan Vila avait reçu 742 voix des affiliés. Mais c’est encore un résultat provisoire qui, en tout cas, montre l’énorme division interne c’est au sein du PP de Séville. Le congrès provincial doit avoir lieu le 27 mars.

Des sources du PP andalou, qui soutient Vila, ont expliqué à EL MUNDO que ce résultat aux urnes est un « pucherazo » qui a été atteint avec toutes sortes de trucs et « irrégularités » qu’ils compileront dans un procès qu’ils présenteront au tribunal «dès que possible». Selon ces sources, la direction andalouse n’entend pas tolérer ce qu’elle considère « un enlèvement du parti », depuis – il allègue – qu’une bonne partie du militantisme a été empêchée de voter, avec « l’excuse » qu’elle n’était pas à jour avec le paiement des cotisations du parti.

Fini le début de l’accord qui a été entrevu jeudi dernier entre la direction nationale du PP et l’appareil régional andalou, qui a tenté de clore une candidature à l’unité, dirigée par Virginia Prez, puisqu’elle a obtenu plus de soutiens dans la course au congrès sévillan. Juan Vila serait le secrétaire général du PP de Séville, et l’intégration des deux candidats se fera à 50%. Ce dimanche, cet accord préalable est totalement abandonné.

Vous trouverez ci-dessous quelques clés pour éviter de se perdre dans la guerre interne que traverse le parti, dans laquelle Pablo Casado et Juanma Moreno ils jouent.

Personnes non identifiées lors de la réunion
Des personnes non identifiées à la réunion télématique organisée par le congrès de Séville.LE MONDE

Le Congrès

Qu’il y ait eu une lutte dans le PP de Séville a été entrevu presque dès la première minute, lorsque, à la fin de février dernier, Virginia Prez a décidé, avec l’approbation de Gênes, de convoquer le congrès provincial. Il l’a fait contre les directives de la direction du PP andalou, qui était en faveur de ne pas tenir de congrès provincial avant que le pire de la pandémie ne soit passé. Mais il n’y a pas eu d’accord.

Le conseil d’administration qui a approuvé la célébration du congrès provincial était télématique et il y avait plusieurs « irrégularités » qui pourraient être incorporées dans la demande qui finalise la candidature de Juan Vila, selon des sources du PP andalou.

Parmi ces irrégularités, de l’avis de ces sources, il ressort que les statuts du parti n’ont pas été votés et que dans le réunion télématique des personnes non identifiées ou avec leurs caméras en noir participeraient, comme on peut le voir sur les moniteurs sur lesquels apparaissent les participants à cette réunion virtuelle [ver la ilustracin que acompaa esta informacin].

Une autre « irrégularité totale », selon les sources andalouses du PP, est que, parmi les membres du comité d’organisation du congrès de Séville, il n’y a pas une seule personne issue de la candidature de Juan Vila. Cela les amène à ignorer le recensement des délégués et des électeurs.

Frais d’affiliation

La direction nationale du PP a défendu avoir mis fin aux «paiements irréguliers» des cotisations des membres à Séville, aux portes du congrès provincial du parti. D’autre part, du PP andalou allègue juste le contraire: qu’il a été empêché « de manière irrégulière » que les affiliés puissent rattraper les quotas, les empêchant ainsi d’exercer leur droit de vote au congrès.

Les sources du PP andalou expliquent que, traditionnellement, les affiliés des villes n’ont pas payé de frais. Cela explique que, malgré le fait que le PP de Séville compte environ 20 000 membres, seuls 2 000 environ ont voté ce samedi. L’obligation d’être à jour avec les honoraires comme condition de vote dans les congrès a été établie dans le conclave dans lequel Pablo Casado a été élu chef du PP. Et « personne n’envoie de lettre aux affiliés pour expliquer cette nouvelle », ont indiqué les sources.

Une fois le congrès de Séville convoqué, les affiliés qui n’étaient pas à jour avec les frais de parti ont dû payer, dans de nombreux cas, certains 100 euros. En revanche, s’il a été payé avant la convocation du congrès, le versement de l’année dernière, qui est de 20 euros, était suffisant. La candidature de Juan Vila a détecté qu’au début de l’année, lorsque Virginia Prez a laissé entendre qu’elle n’allait pas avoir l’approbation de la direction du PP andalou, elle a promu un processus pour que ses partisans payent les frais et garantissent le vote. au congrès.

Avec l’urgence des dates imposées par la convocation du congrès extraordinaire, de nombreux affiliés ont tenté de payer les arriérés, mais ne l’ont pas pu car la direction du parti à Séville, contrôlée par Prez, l’a empêché, affirmant qu’ils avaient détecté qu’une seule personne avait inscrit le montant des « dizaines d’affiliés » et sans fournir le DNI des personnes représentées. Et cela, de l’avis de la direction nationale du PP, est «irrégulier», car non conforme aux normes de «traçabilité» et « transparence » qu’ils réclament le renouvellement territorial du parti.

PP-A ne le voit pas de cette façon. Cette question fera également partie de la demande qui finalise la candidature de Juan Vila. En fait, deux militants du PP sont déjà allés au tribunal pour dénoncer qu’ils ont été exclus du vote au congrès pour ne pas être à jour avec le paiement des frais.

Deux juges sont d’accord, par précaution, et ils ont affirmé que la situation de défaut ne les prive pas de leurs droits de participation, notamment parce qu’ils ont démontré leur volonté de payer les arriérés à temps.

L’un des plaignants – recueille la résolution judiciaire – s’est rendu à la banque pour payer les frais et « cela a été refusé par la direction de la succursale, parce que les personnes autorisées en compte ont donné des instructions de ne pas faire de dépôts en espèces, en prévention de la réglementation sur le blanchiment d’argent. empêchant ainsi leur inscription sur la liste électorale et, par conséquent, opposer votre droit de vote« .

Vote

Avec un tel panorama, ce samedi, il y avait des militants qui, bien que n’étant pas à jour des quotas, sont venus voter avec une copie de cette décision judiciaire. Certains ont pu insérer le bulletin de vote dans l’urne, avec le ordonnance du tribunal agrafée à elle, mais à d’autres, ils ne l’ont pas permis.

Le jour du vote de ce samedi a également été marqué par incidents. Dans la capitale de Séville, Roco de los Reyes Machuca, une affiliée qui était engagée avec Vila, était au courant du paiement de ses cotisations et était membre d’une table, ne figurait pas sur la liste des affiliées ayant le droit de vote.

Pour régulariser sa situation, il a dû se rendre au siège du parti. Maintenant, dans un message posté sur WhatsApp et sur sa page Facebook, il demande: « Combien d’affiliés ont essayé de voter et ne sont pas partis? Il existe de nombreux affiliés plus âgés qui n’ont peut-être pas la capacité de résoudre ce type de problème. Affiliés de toute vie à perdre. C’était un vote qui aurait rendu Fidel Castro fier. C’est dommage. Heureusement, nous sommes un parti démocratique! « 

Cette affiliée a expliqué à EL MUNDO qu’elle a passé deux semaines à appeler le siège du PP à Séville pour certifier qu’elle était à jour avec le paiement des frais. Ils ont mis du temps à lui répondre, mais finalement ils lui ont dit qu’il était à jour. Cependant, le jour du vote, il a eu la désagréable surprise de ne pas figurer sur la liste. A ces inconvénients s’ajoute qu’il a un handicap de 98%. «J’y suis allé seul, j’ai pu régler le problème du vote et avec deux ovaires, j’ai voté. Bien sûr, j’ai voté!« , a souligné.

Le leadership de Casado

Mais, pourquoi l’insistance de la direction nationale du PP à contrôler ce qui peut se passer au congrès de Séville? La réponse est très simple. Marié s’assure que lorsque son congrès national touchera, il y aura une légion de fidèles qui votent pour lui. De province en province, de congrès en congrès.

Les statuts du PP établissent à l’article 31.2 ce qui suit: « La convocation des congrès autonomes, provinciaux ou insulaires doit avoir lieu dans les quatre mois suivant la célébration du congrès national, sauf disposition contraire du comité exécutif national., Par raison de l’intérêt général du parti « .

Donc, le premier congrès devrait être le national, dans lequel Casado a pu voir son leadership remis en question. Solution? Les congrès provinciaux sont convoqués en premier, contrairement à l’ordre naturel établi dans les statuts, et, pour contourner la norme, ils sont appelés « extraordinaire ».

Ainsi, le leader populaire a imaginé un renouveau de bas en haut, c’est-à-dire qui commence par les congrès pour élire les 50 présidents provinciaux du parti, pour continuer plus tard avec les dirigeants autonomes. Dans le PP andalou, ils interprètent que Casado essaie de contrôler les provinces pour soustraire le pouvoir aux barons, dans le but de mettre l’appareil à égalité pour un futur congrès national du PP. Marié et Moreno le risquent.

Vous pourriez également aimer...