Ils activent un comité technique d’urgence pour surveiller le renflouement du navire échoué à Agaete

L’une des premières mesures de ce comité technique a été d’évaluer la déclaration de niveau 1 du plan maritime national pour ce type d’urgence.

Agaete

Salvamento Martimo commence le sauvetage du passage du ferry échoué dans le port d’Agaete.
EFE

Les îles Canaries et les gouvernements centraux ont activé un comité technique d’urgence pour s’assurer que le sauvetage du navire échoué dans Agaete (Gran Canaria) n’affecte pas l’environnement, sur lequel l’exécutif régional a déclaré que il n’y a aucune raison de craindre un déversement polluant grave sur la côte.

Le Ministre des travaux publics, des transports et du logement du gouvernement des Canaries, Sébastin Franquis, a présidé avec le subdélégué du gouvernement espagnol à Las Palmas, Teresa Mayans, la réunion qui a officialisé la création du comité technique de sécurité pour suivre les tâches de renflouement du catamaran Bentago Express.

L’entité publique Puertos Canarios, la Direction générale de la sécurité et des urgences du gouvernement des îles Canaries, Salvamento Marimo et Capitana Marima de Las Palmas font également partie de ce comité technique auquel la société a adhéré Fred Olsen, propriétaire du catamarn échoué à l’entrée du port d’Agaete, un quai appartenant aux communautés autonomes, jeudi soir dernier.

Le comité technique a été créé après la première tentative de la compagnie maritime de renflouer le bateau qu’elle possède et son enregistrement a échoué. un petit déversement de carburant en raison de l’incident.

L’une des premières mesures de ce comité technique a été d’évaluer la déclaration de Niveau 1 du plan maritime national pour ce type d’urgence, qui a été déclarée par la Direction Générale de la Marine Marchande afin de garantir la protection maximale de l’environnement du littoral de Agaete et éviter les épisodes graves de déversement de carburant.

Cette échelle de niveaux d’intervention va de 0 à 3 et 1 a été choisie car l’incident s’est produit en dehors de la zone portuaire du Agaete et pouvoir disposer plus agile de tous les moyens nécessaires pour renforcer l’intervention si nécessaire.

L’opération actuelle déployée par Capitaine maritime et sauvetage maritime dans la zone d’Agaete, il est composé de quatre remorqueurs, d’un avion et d’un hélicoptère, en plus des moyens humains et techniques mis en place par Fred Olsen.

Jusqu’à présent, il y a eu un déversement, à cause d’une fissure dans la coque du navire, classée «légère» par les techniciens de Maritime Salvage, une marée noire qui est plus volatile et se disperse avant d’autres carburants comme le fioul, qui n’est pas présent dans ce cas.

Ce comité technique se coordonne avec le Compagnie maritime Fred Olsen mettre en œuvre un plan de renflouement permettant de soulever le navire des rochers sur lesquels il est piégé et en même temps d’éviter les déversements graves sur la côte de Agaete.

Pour éviter les effets du déversement déjà survenu, Fred Olsen, en coordination avec le comité technique, a engagé une entreprise spécialisée qui a encerclé la zone la plus proche du navire avec une barrière anti-déversement.

Pour sa part, Sauvetage maritime a effectué une surveillance par voie aérienne du déversement actuel, localisant de petits spots de gazole qui, grâce à la situation météorologique défavorable actuelle, se dissipent plus rapidement et avec peu d’effet sur le littoral.

Vous pourriez également aimer...